A quoi vont servir les 100 milliards d’euros du plan de relance? – BFMTV

Le plan de relance présenté ce jeudi par le gouvernement comprend trois grandes priorités: la reconquête industrielle, la transition énergétique et le soutien à l’emploi. Revue de détails.

Après des mois de travail, de discussions avec les organisations patronales, les syndicats, les économistes, le projet final est dévoilé ce jeudi par Jean Castex. Un événement à la hauteur des enjeux. Jamais la France n’avait prévu de dépenser autant d’argent public pour relancer son économie mise à mal par une crise: 100 milliards d’euros au total, l’équivalent de 4% de son PIB. Avec une double ambition: que cet argent sauve des emplois et en crée de nouveaux mais aussi, que les sommes investies se retrouvent dans le PIB d’ici à cinq ans. Autrement dit, que la dette publique qui aura été portée à 120% du PIB puisse baisser à nouveau. Pour y parvenir le gouvernement mise donc davantage sur le soutien aux entreprises que sur les aides aux ménages. Mais en établissant des priorités qui, pour certaines, peuvent s’entrecroiser.

> Première priorité : la reconquête industrielle

Les différentes pistes qu’entend suivre le gouvernement pour y parvenir représente une dépense évaluée à 35 milliards d’euros. Y figure notamment la baisse des impôts dits de production: 10 milliards d’euros de moins à payer pour les entreprises industrielles en 2021, puis à nouveau en 2022. L’Etat s’engage à compenser le manque à gagner pour les collectivités locales concernées. Les TPE et les PME auront, par ailleurs, droit à un « quatrième » plan d’investissement d’avenir axé sur l’innovation et la numérisation.

L’Etat compte également mobiliser plusieurs milliards pour favoriser la relocalisation de certaines industries. On a beaucoup parlé de la production de médicaments, sujet majeur de souveraineté sanitaire, mais d’autres filières ont été identifiées, parmi lesquelles l’ordinateur quantique. Car l’objectif est de relocaliser des productions d’avenir, de rebâtir de vraies chaînes de valeurs en France et non de transférer des usines existantes.

> Deuxième priorité : la transition énergétique

30 milliards d’euros vont y être consacrés. La rénovation thermique des bâtiments devrait représenter à elle seule une dépense de près de 7 milliards d’euros. L’Etat financera les projets publics en la matière mais il subventionnera également les chantiers que voudront bien engager les ménages. Et pour relancer la machine, les contribuables les plus aisés ne seront plus exclus de la Prim Rénov. Le montant de cette subvention ne sera en revanche pas le même pour tout le monde.

Autre priorité, le développement de l’hydrogène. A la fois pour transporter hommes et marchandises mais aussi comme énergie à usage industrielle et stockage de la production électrique assurée par les énergies renouvelables. De ce point de vue la France veut faire plus fort encore que l’Allemagne en devenant une nation indépendante dans la production d’hydrogène, grâce au nucléaire.

Bruno Le Maire reconnaît qu’il faudra dix à quinze ans pour que cet investissement d’avenir devienne rentable. Ce qui suppose que l’Etat y investisse sur le long terme. « Cela fera sans doute au final 30 milliards d’euros, mais on sera gagnant » assure le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance.

Les transports moins polluants ne seront évidemment pas oubliés. L’Etat compte apporter 5 milliards d’euros à la SNCF pour assurer notamment un soutien aux petites lignes et développer le fret. Le vélo figure également parmi les priorités, notamment la construction de pistes cyclables. Ainsi que le développement de l’agriculture biologique, afin de réduire la part des importations dans cette filière.

> Troisième priorité: le soutien à l’emploi

L’enveloppe prévue est de 28 milliards d’euros. Il s’agit sans doute du volet le plus complexe. Les mesures de chômage partiel n’ont pas vocation à durer éternellement. Le Premier ministre a ainsi annoncé la semaine passée que de dispositif proposée par l’État aux entreprises les plus touchées par la crise « demeurera ouvert dans les conditions actuelles au moins jusqu’au 1er novembre » et que « toutes les entreprises couvertes par un accord sur l’activité partielle longue durée » pourront y « recourir au-delà, pendant deux ans ».

Mais, désormais, le gouvernement mise d’abord sur la formation pour faire en sorte que les centaines de milliers de salariés qui risquent de perdre leur emploi dans les secteurs les plus mis à mal par la crise puissent en trouver un autre dans les entreprises épargnées. Cet effort complétera l’enveloppe déjà engagée de 6,5 milliards d’euros pour aider les quelques 600.000 jeunes qui arrivent cette année sur le marché du travail.

L’exécutif table au total sur 160 000 création d’emplois en 2021, puis 240 000 emplois en 2022. Le taux de chômage qui sera repassé au-dessus des 10% l’an prochain pourrait ainsi repasser sous ce seuil symbolique au début de 2022.

> Des aides pour les Français les plus touchés par la crise

Au-dela de l’aide indirecte apportée par le chômage partiel, le gouvernement entend limiter son soutien à la demande aux Français qui en ont le plus besoin. Ont ainsi été intégrés dans le plan de relance, la hausse exceptionnelle de l’allocation de rentrée scolaire de 100 euros par enfant scolarisés accordés aux trois millions de familles les moins aisées ou le passage à 1 euro le repas dans les Crous pour les étudiants boursiers.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Il ne faut pas faire confiance au lobby du nucléaire, l’avenir est renouvelable et public – solidaire.org

Le 27 septembre, le peuple suisse se prononcera sur l’achat d’une quarantaine de nouveaux avions…

1 heure ago

Énergie Énergies renouvelables : le Gouvernement accroît son soutien de 25 % en 2021 – Enviscope

Dans le cadre du plan de relance, l’État engage un effort sans précédent en faveur…

4 heures ago

Deux Marseillais testent leur van 100% électrique et solaire sur les routes de France – Made in Marseille

Le Van démonstrateur de Rémi Pillot roulant grâce à des batteries électriques et l’énergie solaire,…

5 heures ago

Greenlight Planet, leader du marché des produits solaires en prépaiement, obtient un investissement de 90 millions $ – LeLézard.com

Classé dans : L'environnement, Le Covid-19Sujets : Product/Service, Funding Greenlight Planet Inc., le plus grand…

8 heures ago

LPA-CGR avocats conseil de Triodos Bank et de Crédit Coopératif – Fiscalonline.com

LPA-CGR avocats a accompagné Triodos Bank et le Crédit Coopératif à l’occasion du financement, pour…

11 heures ago

Le Burkina Faso a désormais sa propre usine de fabrication de panneaux solaires – LeFaso.net

Située dans la zone industrielle de Kossodo à Ouagadougou, cette usine spécialisée dans la fabrication…

15 heures ago

This website uses cookies.