A Saint-Nazaire, General Electric fait enfin des éoliennes pour la France – Les Échos

Publié le 17 sept. 2020 à 10:45

En face de Saint-Nazaire, il n’y a toujours pas d’éoliennes à l’horizon . Pourtant à terre, le travail s’accélère. Sur le parking situé juste devant l’usine de General Electric, à Montoir-de-Bretagne, dans l’estuaire de la Loire, trône une nacelle d’éolienne de plus de 400 tonnes. Sur son générateur se distinguent très nettement les lettres bleues entrelacées sur fond blanc du logo de General Electric.

Tout juste sortie des chaînes d’assemblage situées à quelques mètres de là, elle est la première à être fin prête pour équiper le premier parc éolien en mer français. Elle devra toutefois attendre encore un peu avant de prendre la mer : 79 autres nacelles doivent encore sortir d’usine. Les pâles et les mats devront aussi rejoindre Saint-Nazaire. Ils seront respectivement produits par une autre filiale de General Electric et par un sous-traitant en Espagne. Assemblés en mer, ces géants commenceront à produire de l’électricité au printemps 2022. Soit dix ans, tout de même, après l’attribution du projet à EDF et à son partenaire canadien Enbridge !

Des années de patience

« Cette usine peut enfin produire depuis la France et pour la France ! C’est une nouvelle étape historique pour notre pays », s’est toutefois félicité le PDG de General Electric renouvelable, Jérôme Pécresse, venu inaugurer la nacelle tant attendue. Pour l’usine de General Electric de Montoir-de-Bretagne, emblématique de la filière éolienne offshore française, cette étape atteste d’une sortie du désert face aux atermoiements de la France en matière d’éolien offshore.

Lancée en 2013 par Alstom pour accompagner l’essor de cette filière d’avenir, cette usine – passée depuis sous le giron de General Electric -, a longtemps attendu les commandes fermes. A tel point que General Electric, engagé auprès d’EDF pour équiper trois de ses parcs éoliens en mer français, a revu ses ambitions en France à la baisse en cours de route.

Devant les retards de ces projets empêtrés dans de nombreux recours, le groupe américain a décidé de n’équiper que le parc de Saint-Nazaire. « On a eu un creux de charge de plusieurs mois avant de démarrer la production pour EDF en avril 2020 », atteste Guillaume Vinsous, responsable de production sur le site de General Electric. Il explique que pour faire face à ces aléas, le site emploie 70 % d’intérimaires sur les 200 salariés chargés de la production.

Un avenir à l’export

A Montoir-de-Bretagne, en dépit des progrès de la filière française, General Electric voit désormais son avenir à l’export. Une fois la production pour EDF bouclée, le site, qui emploie 350 personnes, se dédiera à deux contrats remportés aux Etats-Unis et en Angleterre avec son éolienne géante l’Haliade X. De quoi faire tourner ses chaînes de montage jusqu’en 2025, voire 2026.

Nettement plus grands que les éoliennes destinées au parc de Saint-Nazaire, ces nouveaux modèles impliquent une extension de l’usine et entraînent la création de 100 emplois supplémentaires sur le site. « Les promesses de création d’emplois de General Electric ont été parfaitement tenues dans les énergies renouvelables », assure Jérôme Pécresse. Engagé dans une restructuration de ses activités de production d’équipements pour les barrages et pour les réseaux électriques, le groupe américain a engagé par ailleurs la suppression de 753 postes en France ces derniers jours. Autrement dit, si la transition énergétique crée des emplois, elle en détruit aussi par ailleurs bien d’autres.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Après avoir eu le vent en poupe en 2019, l’éolien demande de nouvelles mesures en 2020 – Batiactu

Avec de bons résultats, l'éolien tient la route et pourrait même passer à la vitesse…

26 minutes ago

Ikea France va commercialiser des panneaux solaires « clé en main » – La Tribune

Le géant suédois de l'ameublement Ikea va commercialiser à partir de ce mardi "un service…

1 heure ago

La STEG et Akuo : contrat d’achat d’électricité pour un projet de 10 MWc – Economiste Maghrebin

ce projet devra produire 36 Gigawatt d'électricité par an Akuo, producteur indépendant Français d’énergie renouvelable…

1 heure ago

Dole met à profit le soleil pour se rapprocher de sa promesse de devenir carboneutre – LeLézard.com

Classé dans : L'environnement, Science et technologie, Chasse, pêche et plein airSujet : Nouveaux produits…

2 heures ago

Solaire photovoltaïque : des dispositifs d’aide dans le viseur du Gouvernement – Batiactu

Sabrer dans les dispositifs d'aide au photovoltaïque pour boucler le budget de l'année prochaine, telle…

2 heures ago

Economic Policy Dialogue : « Déficit énergétique et énergies renouvelables » – Economiste Maghrebin

Organisée par le Groupe de la Banque Mondiale et le Programme des Nations Unies pour…

2 heures ago

This website uses cookies.