Agriculture et stress hydrique : les recommandations de la DEPF – Agriculture Maroc

La DEPF a émis un certain nombre de recommandations pour lutter contre les aléas climatiques.

En vue d’endiguer le fléau du stress hydrique, la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) a indiqué dans son dernier «policy brief», qui s’inscrit dans le cadre du programme prioritaire national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, que les politiques d’adaptation climatique engagées par le Maroc devraient être davantage orientées vers la sécurité hydrique du pays.

“La DEPF a rendu publique une analyse approfondie sur la situation, les impacts et les politiques de réponse dans les secteurs de l’eau et de l’agriculture au Maroc. Un travail mené en collaboration entre l’AFD, la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), la Direction générale de la météorologie (DGM), la Direction de la recherche et de la planification de l’eau (DRPE) et l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale (IMBE)”, rapporte Aujourd’hui Le Maroc.

L’idée étant d’apporter un éclairage sur la situation du changement climatique au Maroc, ses projections futures et ses impacts. Cette analyse a également pour objectif de mettre en relief l’engagement volontariste du Royaume face à cette donne et les réponses stratégiques entreprises dans ces deux secteurs. Un projet de modélisation est ainsi décrit couplant à la fois une approche hydro-agricole et une approche macroéconomique.

Lire aussi : Maroc : Comment l’agriculture peut s’adapter face à la rareté de l’eau ?

«L’objectif, en effet, de l’approche hydro-agricole est de comparer les besoins en eau pour l’agriculture marocaine (bour et irriguée) aux ressources qui seront effectivement disponibles, à horizon 2050, dans un contexte d’aridification croissante», relève-t-on de la DEPF.

Et de préciser que «l’approche macroéconomique vise à comprendre les mécanismes de transmissions des chocs de stress hydrique sur l’agriculture vers l’économie marocaine». Face à la recrudescence du phénomène du changement climatique, qui accentuera davantage le déficit hydrique du pays à l’horizon 2050, la DEPF a émis un bon nombre de recommandations.

Outre le renforcement des politiques mises en œuvre, la DEPF préconise la réalisation des études approfondies dans le domaine en vue de mieux appréhender les incidences à moyen et long termes du changement climatique sur l’économie nationale. Ces travaux analytiques et de modélisation permettront, en effet, d’éclairer sur les interactions intersectorielles et interrégionales des secteurs qui dépendent de la ressource hydrique.

«A ce titre, il est primordial de mener des travaux portant sur la cohérence des stratégies sectorielles avec l’évolution future des ressources hydriques, ce qui permettrait de mieux s’outiller pour concevoir des politiques proactives de nature à atténuer les déficits hydriques futurs dont la résorption serait onéreuse pour la collectivité», précise la DEPF. Celle-ci estime par ailleurs que les actions d’envergure à mettre en œuvre pour faire face au changement climatique engendreraient des investissements conséquents qui gagneraient à être évalués pour mesurer leur impact sur les finances publiques.

L’analyse de la DEPF a mis en exergue des scénarios envisageables pour aboutir à des politiques soutenables. Les pistes proposées allient en effet la mobilisation des ressources en eau non conventionnelles et les énergies renouvelables.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Pour une électricité verte et bon marché, il va falloir repasser – libération

Autres articles Mauvaise nouvelle pour les écologistes marocains et ceux africains en général : la…

47 minutes ago

L’agglo de Vannes mise sur le soleil et le bois pour mettre les entreprises au chaud – Le Télégramme

1 Le Fonds chaleur, c’est quoi ? Il s’agit d’un dispositif visant à développer la…

56 minutes ago

Lyon : les élus écologistes veulent voir fermer la centrale du Bugey avant 2024 – Lyon Mag

Les élus écologistes s'attaquent désormais à l'Ain et à la centrale nucléaire du Bugey. Dans…

3 heures ago

Le Canada nommé membre officiel du conseil de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables – Magazine MCI

Le ministre des Ressources naturelles du Canada, l’honorable Seamus O’Regan Jr., annonce qu’au terme d’un…

3 heures ago

Investissement : Bank of Africa s’allie au chinois CADFund – Leseco.ma

Bank of Africa vient de conclure un partenariat avec le Fonds de développement Chine-Afrique, confirmant…

4 heures ago

De nouveaux parcs éoliens à Chimay? La Ville est contre (Chimay) – l’avenir.net

Namur Comment chouchouter ses poules Adopter des poules au jardin, voilà un acte qui opère…

5 heures ago

This website uses cookies.