Ain. Par passion, elle crée une association qui défend les animaux – Le Progrès

D’où vient votre passion pour les animaux ?

« J’ai commencé très jeune à venir à leurs secours. Petite déjà, quand je trouvais des animaux en détresse, je les ramenais à la maison. Mes parents m’ont beaucoup aidé à les soigner, même si je le leur imposais bien souvent… Vers 14 ans mes sorties étaient souvent au refuge d’Arthaz en Haute-Savoie, d’où je suis originaire. Je sortais en promenade les chiens du refuge souvent en famille ou avec mes amis. À 18 ans, j’ai fait la connaissance d’une race exceptionnelle dont je suis tombée amoureuse, une race victime de délit de sale gueule. Cette race, c’est l’American Staffordshire terrier. Avec mon époux, nous avons toujours été concernés par la protection animale, c’est notre cheval de bataille, nous n’avons jamais laissé un animal en détresse, et lorsque nous faisions de l’élevage, nous avons toujours veillé à ce que l’animal soit bien traité. Nos enfants ont également cette belle passion pour les animaux, ils ont toujours vécu avec nos chiens, chats, perroquets, âne, poney… »

Quel est le but de votre association ?

« Nous venons en aide aux animaux en détresse, en errance, ou victime de maltraitance et qui peuvent être blessés. Nous vérifions systématiquement, sur place, l’identification de l’animal, le but premier étant de retrouver sa famille. Si celui-ci n’est pas identifié et qu’après recherche aucun propriétaire n’est retrouvé, il sera mis en sécurité, en règle et stérilisé ou avec obligation de le faire stériliser part la future famille s’il est trop jeune pour ça. Il sera proposé à l’adoption sous contrat de l’association après un délai de huit jours légaux. Les frais seront à la charge de l’adoptant. Nous intervenons sur Leyment, mais aussi dans les communes limitrophes. »

Quelles recommandations feriez-vous à un futur adoptant ?

« Il faut bien y réfléchir et penser à l’animal avant son plaisir personnel. Il faut avoir du temps pour lui et les moyens de subvenir à ses besoins. Tout cela avec de l’amour et du respect. Quand on adopte un animal, on adopte un être avec des sentiments, des besoins, si vous n’êtes pas sûr de lui apporter cela tous les jours, tout le temps, laissez-lui la chance d’être adopté par une autre famille. N’hésitez pas à nous appeler si vous apercevez un animal errant qui est en danger, nous comptons sur les habitants pour dénoncer les mauvais traitements, contactez une association ou bien nous, voire les autorités. »

Pour venir en aide à l’association Harem du démon secours, ou prévenir qu’un animal est en détresse : 06.50.90.69.65.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Ecologie : quand la crise du coronavirus aide à éveiller les consciences – Europe 1

INTERVIEWLe chemin reste encore long, mais les consciences évoluent. Selon un sondage BVA exclusif pour le…

23 minutes ago

Des cellules photovoltaïques reflétant la lumière permettraient de générer plus d’énergie – Clubic

Participez aux discussions Recevez des notifications   Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous

23 minutes ago

Après avoir eu le vent en poupe en 2019, l’éolien demande de nouvelles mesures en 2020 – Batiactu

Avec de bons résultats, l'éolien tient la route et pourrait même passer à la vitesse…

2 heures ago

Ikea France va commercialiser des panneaux solaires « clé en main » – La Tribune

Le géant suédois de l'ameublement Ikea va commercialiser à partir de ce mardi "un service…

3 heures ago

La STEG et Akuo : contrat d’achat d’électricité pour un projet de 10 MWc – Economiste Maghrebin

ce projet devra produire 36 Gigawatt d'électricité par an Akuo, producteur indépendant Français d’énergie renouvelable…

3 heures ago

Dole met à profit le soleil pour se rapprocher de sa promesse de devenir carboneutre – LeLézard.com

Classé dans : L'environnement, Science et technologie, Chasse, pêche et plein airSujet : Nouveaux produits…

4 heures ago

This website uses cookies.