BP : BP passera une dépréciation pouvant atteindre $17,5 mds au T2 – Investir

par Ron Bousso

LONDRES, 15 juin (Reuters) – BP a annoncé lundi qu’il enregistrerait dans ses résultats du deuxième trimestre une charge de dépréciation pouvant atteindre 17,5 milliards de dollars (15,5 milliards d’euros) après avoir abaissé ses perspectives de cours du pétrole et du gaz, conséquence d’une accélération de la transition vers les énergies propres.

Le géant pétrolier britannique doit publier ses résultats le 4 août et son directeur général, Bernard Looney, devrait dévoiler en septembre une nouvelle stratégie pour « réinventer » BP, qui veut accentuer ses activités dans le secteur des énergies renouvelables.

Dans un communiqué, BP souligne que l’épidémie de coronavirus aura pour conséquence d’accélérer la transition vers une économie décarbonée, conformément aux objectifs de l’accord de Paris sur le climat de 2015.

« Nous avons revu nos prévisions de cours (du pétrole) pour tenir compte de cet impact et la probabilité d’un effort supplémentaire visant à bâtir dans de meilleurs conditions un monde cohérent avec l’accord de Paris », écrit Bernard Looney.

L’action BP reculait de 4,42% à 308,65 pence à la Bourse de Londres vers 08h15 GMT, contre un repli de 1,85% pour l’indice FTSE 100.

L’intermédiaire Berenberg estime que l’annonce de BP va exercer une pression supplémentaire sur le dividende. « À ce stade, nous pensons qu’il est très probable que BP suive Shell et annonce une baisse significative du dividende (lors de la publication) des résultats du T2 », écrit-il.

Sur la période 2021-2050, BP s’attend désormais à un cours moyen du Brent à 55 dollars le baril et un prix moyen pour le gaz Henry Hub à 2,90 dollars par million d’unités thermiques britanniques (MMBTU).

Ces nouvelles prévisions constituent une baisse d’environ 30% par rapport aux précédentes, selon un porte-parole de la compagnie britannique.

BP a par ailleurs fortement relevé le montant de la facture prévue qu’il devra régler aux Etats pour le dioxyde de carbone émis par ses activités pétrolières et gazières. Elle est passée de 40 dollars à 100 dollars la tonne de CO2 en 2030.

Le groupe va en conséquence passer une dépréciation 13 à 17,5 milliards de dollars après impôts au deuxième trimestre.

BP va également réexaminer certains projets pétroliers et gaziers dont l’exploration est à un stade préliminaire.

Le groupe a annoncé la semaine dernière son intention de supprimer environ 15% de ses effectifs pour faire face à la crise du coronavirus et dans la perspective de la nouvelle stratégie vers les énergies renouvelables. (version française Henri-Pierre André)

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Que propose Joe Biden pour le climat ? (Episode 3/4- Podcast) – RTBF

En décembre dernier, Joe Biden a présenté les membres de son équipe chargée de mettre en…

13 minutes ago

Israël et les Émirats vont développer ensemble l’énergie solaire – La Presse

(Jérusalem) Des entreprises israélienne et émiratie ont signé un premier accord de coopération dans le…

34 minutes ago

Énergies renouvelables : Création d’une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables – El Watan

Une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables «analogue à Sonelgaz» sera créée…

3 heures ago

Le Maroc s’active fortement pour le développement de l’hydrogène vert – Infomédiaire

Le ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, Aziz Rabbah, a mis en avant…

3 heures ago

Autoconsommation : les circuits courts de l’électricité – Gazette des communes

<!--SytLE publication / mise à jour / sources / NOM DE L’AUTEUR --> Samedi 14…

3 heures ago

This website uses cookies.