Caspar Herzberg: « Nous sommes en discussion avancée pour développer de grands projets innovants en Afrique sub – Afrimag

Caspar Herzberg, le Président Afrique et Moyen-Orient du Groupe Schneider Electric évoque l’importance du continent africain pour le géant mondial des infrastructures et du matériel électriques. Il estime que l’Afrique doit aller vers des solutions innovantes pour pallier le déficit de production énergétique, tout en omettant pas de rappeler l’offre de son groupe allant dans ce sens.

Caspar Herzberg, président Afrique de Moyen-Orient.

AFRIMAG : Que représente aujourd’hui le continent africain dans l’activité du Groupe Schneider Electric ?

Caspar Herzberg : L’Afrique est devenue un moteur et un levier de croissance des activités pour le Groupe Schneider Electric. Nous constatons depuis plusieurs années une demande croissante sur ce continent.

Schneider Electric répond aux besoins de tous les marchés finals, des bâtiments résidentiels aux édifices commerciaux en passant par les sites Industriels, les infrastructures ou encore les data centers.

En tant que spécialiste mondial en gestion de l’énergie et en automatisation, nous intervenons, également dans le secteur vital de l’eau, domaine en pleine mutation en Afrique. Nous accompagnons les industriels du secteur dans l’ensemble des étapes du cycle de l’eau, depuis sa mobilisation jusqu’à sa distribution finale après son passage obligé par les opérations d’assainissement et de traitement.

Le Groupe aide ses clients dans l’amélioration des processus par l’utilisation des solutions innovantes et propres.

Nous sommes aussi très présents dans le secteur pétrolier et gazier dans lequel nos solutions bénéficient de plus de 30 ans d’expertise et avons une proposition de valeur très pointue et très spécifique à ce secteur, contribuant par exemple à 80% de la production onshore et des marches d’exploitation.

Fort d’une présence en Afrique depuis plusieurs décennies, Le Groupe dispose de nombreux sites commerciaux, industriels et usines implémentées en Algérie, Egypte, au Kenya et Afrique du sud.

Par ailleurs, le continent africain comme le reste du monde, se ‘’digitalise’’ et offre des perspectives en termes de besoins en fournitures de «Data Centres et Services cloud». C’est l’une des principales raisons pour laquelle le Groupe en a fait une priorité absolue et un axe majeur dans sa stratégie de développement de ses activités.

Récemment, Schneider Electric a conclu un accord historique en Egypte de plusieurs centaines de millions d’Euros avec EEHC – Egyptian Electricity Holding Company- afin de convertir l’intégralité du réseau national de distribution électrique en un réseau intelligent pour desservir plus de 20 millions de personnes dans 4 villes égyptiennes.

Le Groupe est, en outre, en discussion avancée avec des clients et partenaires dans l’objectif de développer des projets similaires et innovants dans plusieurs pays de l’Afrique subsaharienne.

Environ 600 millions de personnes sur le continent africain n’ont toujours pas accès à l’électricité. Que leur propose Schneider Electric pour accéder à l’énergie ?

Pour répondre à l’augmentation de la population, aux enjeux économiques et aux besoins de développement des pays émergents, notamment en Afrique, le Groupe a souhaité mettre à disposition l’énergie d’une façon durable à l’ensemble de la population.

En effet, nous considérons que l’accès à l’énergie est un droit fondamental.

Dès lors, dans le cadre de la COP21 et des Programmes de développement durables des Nations unis (SDGs), le Groupe Schneider Electric a pris dix engagements parmi lesquels l’accès à l’énergie.

Nous nous sommes engagés à fournir d’une part, de l’énergie de façon durable à près de 50 millions d’Africains et d’autre part à permettre la quantification concrète de l’impact carbone au niveau de nos grands projets.

Le Groupe propose, également, l’accès à l’énergie de façon décentralisée, en offrant diverses solutions destinées en priorité, aux populations rurales comme les systèmes solaires individuels tels les lampes portables pour charger les téléphones.

Nous contribuons à l’électrification soit d’une façon individuelle par les systèmes solaires domestiques, soit d’une façon collective en fournissant les microcentrales solaires décentralisées, le système de pompage d’eau et les lampadaires solaires. Le but étant de satisfaire et de répondre aux besoins immédiats des foyers, des services publics ainsi que des entreprises.

Nous avons même pensé aux situations les plus précaires. Ainsi, nous travaillons actuellement sur un prototype permettant de fournir de l’électricité dans les camps de réfugiés ou les zones touchées par des catastrophes naturelles telles que les tremblements de terre.

Par ce type d’actions, le Groupe offre, à ses clients les solutions les plus intégrées et les plus modernes du marché pour assurer la sécurité, la fiabilité, l’efficacité, le contrôle à distance, et enfin la réduction des émissions de CO2.

Comment expliquez-vous le phénomène de délestage récurrent dans un grand nombre de pays d’Afrique subsaharienne alors même que ceux-là disposent de sources quasiment infinies pour produire de l’énergie à partir de l’eau, du soleil, du vent…?

La récurrence du phénomène de délestage constitue une véritable problématique et une préoccupation permanente en Afrique subsaharienne. Le fait n’est pas nouveau et peut être lié à la qualité globale des infrastructures de production, de transport et de distribution de l’énergie électrique parfois vétustes ou insuffisamment entretenues sur site, créant des pertes importantes dans le réseau de distribution et qui présentent encore des insuffisances technologiques et des déficits énormes en infrastructures électriques modernes.

C’est pourquoi, Il était impératif de trouver d’autres modèles et innovations technologiques tels que le ‘’smart Grid’’ pour palier à cet aléa. Cela doit s’accompagner d’une volonté politique courageuse, visant à adopter des stratégies d’investissement dans le domaine des énergies renouvelables.

En effet, plusieurs facteurs doivent être pris en compte avant toute prise de décision en matière de choix de la meilleure technologie à retenir et appliquer pour l’électrification, en fonction de la spécificité de chaque ville.

Aujourd’hui, nous insistons sur l’intégration des sources multiples de production d’énergies renouvelables en vue de parvenir à la création d’un écosystème local, capable d’induire des activités économiques durables et à faible coût.

Comment l’urbanisation africaine peut-elle tirer profit de vos solutions afin de réduire la consommation en électricité que les populations trouvent élevée ?

Schneider Electric accélère son offensive pour répondre aux besoins des utilisateurs finaux en élargissant ses marchés par des solutions adaptées aux impératifs de la gestion de l’énergie.

Le Groupe propose des technologies et solutions connectées et innovantes de Smart building qui optimisent l’efficacité opérationnelle, en garantissant des économies d’énergie de 30% à 50% et par une diminution des coûts globaux d’exploitation par rapport aux coûts d’exploitation ; tout en privilégiant la sécurité et la cybersécurité.

L’industrie du transport, bénéficie également de solutions Schneider complètes comprenant le système d’exploitation, le système de distribution, les dispositifs électromécaniques ainsi que les pièces de rechange. Ces dispositifs ont permis à nos clients de passer d’une réponse passive à une maintenance proactive, d’une part et par une diminution de l’investissement total pendant le cycle de vie, notamment, pendant la phase Opex.

Le Groupe Schneider de ce fait, capitalise sur son portefeuille intégré d’activités, grâce à une plateforme baptisée ‘’EcoStruxure’’ qui vise à supporter des applications de plus en plus sophistiquées. Celle-ci regroupe des solutions qui répondent aux attentes des clients en vue d’atteindre un niveau optimal d’efficacité énergétique, tout en réduisant d’une façon très significative la consommation électrique.

Il est à noter que les solutions digitales du Groupe Schneider Electric, appliquées en Afrique participent grandement à l’amélioration de la performance des réseaux électriques. Ainsi, notre Solution ADMS*, implantée dans un pays de l’Afrique de l’Ouest, a permis de faire l’économie de l’équivalent de 10 millions d’euros d’énergie non distribuée durant la première année de son installation. L’énergie non distribuée est un indicateur de performance d’un réseau électrique précisant la qualité des services offerts aux abonnés.

De même, nous avons contribué, dans un grand pays de l’Afrique du Nord, à l’accélération et au développement de l’automatisation du réseau électrique national. A travers la mise en place et l’installation systématique de capteurs intelligents sur le réseau, cette solution, permet une réduction très importante des temps de coupures et des interventions très rapides des équipes de maintenance dans le domaine de la prise en charge du réseau, Ainsi, l’information de Panne/défaut et sa localisation très précise sont remontées automatiquement et instantanément à un système central de contrôle et de commande.

Que fait Schneider Electric pour le transfert de compétences au profit des Africains ?

Le volet Formation et Transfert de technologie occupe une place importante dans notre stratégie. Nous participons, activement et simultanément à un grand nombre d’initiatives visant à promouvoir et à accélérer le transfert de compétence.

Pour soutenir l’innovation en Afrique, le Groupe Schneider Electric a créé un fonds d’aide à l’investissement, Energy Access Ventures ‘EAV’, pour la création de startup de haute technologie dont les objectifs en la matière répondent aux problématiques posées et sur lesquelles le Groupe souhaite se renforcer, notamment dans les domaines de l’énergie, de la communication, de l’automatisation et de l’exploitation des matériaux avancés et de l’électronique.

Ce fonds d’investissement apporte un soutien financier et une assistance technique pour aider les startups à réussir leur passage à l’échelle. Ceci constitue une source de partenariats particulièrement productive et noue chaque année des contacts avec plus d’un millier de petites et moyennes entreprises.

Par ailleurs, Schneider Electric Academy avec l’association de nos partenaires africains, nous développons et dispensons des sessions de formation afin de faire émerger des compétences de hauts niveaux tant scientifiques que technologiques.

A titre d’exemple, Schneider Electric a lancé un programme de formation des électriciens au Nigeria. C’est une initiative tripartite entre l’Agence française pour le développement (AFD), l’Institut national de formation de l’énergie (NAPTIN) et Schneider Electric.

Ce programme de formation des électriciens vise à développer un cursus flexible et abordable pour encourager les jeunes Nigérians à améliorer la qualité et la sécurité des pratiques électriques dans leur pays.

Il vise également à promouvoir l’entrepreneuriat chez les jeunes Nigérians dans le secteur de l’énergie.

En 2017, Schneider Electric en partenariat avec la Fondation Visiola, par le biais des camps d’été Visiola à former de jeunes filles à des métiers relevant des sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STEM). Elles ont pu évoluer en passant du statut de novice à la capacité de construire et de présenter des projets solaires dans le cadre de leur examen pratique.

C’était une excellente collaboration dans la mesure où Schneider a pu fournir des équipements pour la formation, du personnel enseignant expert local pour dispenser des sessions relatives aux thématiques des énergies renouvelables, et de l’entrepreneuriat.

Il est utile de préciser que nos partenaires des institutions internationales et africaines sont des alliés indispensables pour cette démarche. Nous menons une politique de partenariats long terme avec des acteurs locaux et globaux ayant cette faculté de réplication visant à développer la formation de futurs cadres dans le secteur énergétique.

En 2015 Schneider Electric avait publié la première enquête jamais réalisée sur la contrefaçon de produits électriques en Afrique. Depuis qu’est-ce qui a changé dans cette façon de faire illicite ?

De par sa position de leader de la gestion électrique (moyenne tension, basse tension, énergie sécurisée et systèmes d’automatisme), Schneider Electric a subi de plein fouet la contrefaçon de ses équipements. A la suite d’ une vaste enquête sur la contrefaçon de matériel électrique menée en Afrique, les conclusions ont en effet démontré que 50 à 70% des matériels les plus courants sont contrefaits.

Les conséquences sont généralement l’explosion des disjoncteurs qui entrainent des dégâts matériels couteux, avec des perturbations dans le réseau électrique qui occasionnent un nombre d’heures conséquent pour leur remise en état, et également des incendies qui peuvent avoir des conséquences tragiques sur des vies humaines.

A ce titre, un plan d’action, à large communication, a été déployé, ainsi qu’une organisation et des processus à même de permettre aux usagers de prendre pleinement conscience du phénomène de la contrefaçon et des dangers y résultant.

Schneider électrique a décidé d’étendre les formations à l’ensemble des professionnels du secteur pour les rendre plus à même de reconnaître les produits contrefaits en mettant en place un dispositif innovant de contrôle et de vérification de l’authenticité, à savoir un hologramme ultra-sécurisé de «technologie Izon». Nous travaillons en étroite collaboration avec les administrations concernées afin de renforcer les compétences existantes pour parvenir à éradiquer ce fléau.

En effet au Cameroun, à partir du 21 mai 2019, tout matériel commandé devra être conforme aux normes définies par l’ANOR (Agence des normes et de la qualité au Cameroun) et la Douane camerounaise de ce fait, joue pleinement son rôle à cet effet.

Nous y collaborons avec de multiples partenaires locaux, ancrés dans ces pays afin de les sensibiliser sur l’impact de cette contrefaçon en termes de sécurité des personnes et des biens.

C’est à ce niveau que la ‘’bataille’’ contre les produits électriques contrefaits doit être menée dans la mesure où c’est là, que réside le vrai danger de la contrefaçon électrique.

Bio-express

Caspar Herzberg

Caspar Herzberg est le Président de Schneider Electric Afrique et Moyen Orient.

Caspar gère les opérations de SE dans plus de 80 pays, avec 15 000 employés en Afrique et Moyen-Orient, y compris l’Asie centrale et la Turquie. Schneider Electric propose à ses clients des solutions d’efficacité intégrées, combinant énergie, automatisation et logiciels dans la gestion de l’énergie et les systèmes d’automatisation industrielle.

Avant de rejoindre Schneider, Caspar Herzberg était Vice-président des services de conseil Cisco pour l’Asie-Pacifique, la Chine et le Japon. Il a précédemment occupé divers postes de direction au sein de Cisco et Accenture en Europe, en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient.

Avec 20 ans d’expérience dans l’industrie, Caspar est reconnu comme un leader d’opinion pour les villes intelligentes, la transformation numérique et l’IoT, pionnier de la plate-forme numérique pour les nouvelles villes économiques en Arabie saoudite, Songdo en Corée du Sud et la puissance économique de Chongqing en Chine.

Il est l’auteur publié du livre « Smart Cities, Digital Nations » (Roundtree Press 2017). Classé parmi les 100 meilleurs dirigeants du monde arabe par Forbes en 2017 et 2018, il siège au conseil d’administration de la Fondation NewCities et a été conseiller au Conseil consultatif économique international du maire de Chongqing.

Caspar a été officier dans l’armée allemande. En plus, il est titulaire d’une maîtrise ès sciences en politique internationale de la SOAS, Université de Londres, et d’un baccalauréat ès arts en études arabes et modernes du Moyen-Orient de l’Université d’Oxford. Il a grandi en Egypte et parle couramment l’arabe, l’allemand, le français et l’anglais.

A propos de Schneider Electric

«Chez Schneider Electric, nous croyons que l’accès à l’énergie et au digital est un droit fondamental. A chaque instant, nous donnons à chacun le pouvoir d’utiliser au mieux son énergie et ses ressources, partout dans le monde. Life is On. Nous développons des solutions numériques combinant énergie et automatismes, pour plus d’efficacité, au service d’un monde plus durable. Grâce à nos technologies uniques de gestion de l’énergie, d’automatismes en temps réel, de logiciels et de services, nous proposons des solutions intégrées pour l’habitat résidentiel, les bâtiments tertiaires, les data centers, les infrastructures et les industries. Cette vision partagée, ce désir permanent d’innover au service de notre mission, sont au cœur de nos valeurs et rassemblent notre communauté de par le monde. », dixit Schneider Electric.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Un million de dollars investi crée près de 8 emplois permanents – LE MATiN

Oxford Smith School of Enterprise and the Environment a enquêté auprès de 231 responsables de…

18 minutes ago

Entre charrette et panneaux solaires, voyage au pays des amish – Le Point

Amos, avec sa longue barbe de patriarche, son costume noir et son chapeau de paille…

48 minutes ago

ONU: le Maroc appelle à la création d’un fonds spécial pour la mise en œuvre des ODD en Afrique – 2M Maroc

Le chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a appelé, vendredi, les Nations-Unies à créer…

1 heure ago

La moitié de l’électricité danoise provient d’énergies renouvelables – usbeketrica.com

Le Danemark vient de battre un record : en 2019, la part des énergies renouvelables…

1 heure ago

Épuration des eaux industrielles : Sonatrach lance un projet de recherche avec le CDER – El Watan

Sonatrach annonce le lancement d’un projet de recherche expérimentale pour l’épuration des eaux industrielles par…

4 heures ago

Revue de presse quotidienne de ce samedi 19 septembre 2020 – Hespress Français

Ci-après les principaux titres développés par la presse nationale de ce samedi 19 septembre 2020…

5 heures ago

This website uses cookies.