Comment Total met les gaz dans les renouvelables – Challenges

Pendant le confinement, Total n’a pas perdu de temps. Alors que la plupart des entreprises mettaient la pédale douce sur les dépenses, le groupe pétrolier et gazier en a profité pour accélérer dans… l’électricité et les renouvelables : renforcement dans l’éolien terrestre avec la reprise de Global Wind Power France, lancement d’un projet de stockage par batteries à Dunkerque, acquisition de 2,5 millions de clients résidentiels en Espagne, entrée dans trois projets éoliens offshore au Royaume-Uni et en Corée du Sud… En trois mois, il a bouclé dans les énergies vertes quasiment autant de deals que durant toute l’année 2019.

La multinationale ne vire pas pour autant écolo. Elle se contente de préparer l’avenir. En 2040, les « énergies bas carbone » – une nomenclature qui intègre aussi le gaz, ressource moins polluante que le pétrole et le charbon – devraient représenter entre 15 et 20 % de ses ventes. « Il y a trois ans, on investissait 1 milliard de dollars par an, indique Philippe Sauquet, directeur général de la branche GRP (gas, power, renewables) de Total. Aujourd’hui, c’est près du double. » Et, contrairement aux dépenses globales du groupe qui, suite à la crise du Covid-19, sont passées de 17 à 14 milliards de dollars, celles dévolues aux renouvelables n’ont pas été revues à la baisse.

Dix ans d’acquisitions

C’est la crise climatique et le discrédit jeté sur les énergies fossiles qui poussent les pétroliers à s’encanailler du côté des électriciens. Si la trajectoire de l’Accord de Paris est respectée, leur business devrait en effet se contracter de 30 % d’ici à 2040, estime l’Agence internationale de l’énergie.

Total a débuté sa quête dans les nouvelles énergies il y a près de dix ans en prenant, pour 1 milliard de dollars, 66 % du fabricant de panneaux solaires californiens SunPower. En 2016, il acquiert Saft, une entreprise de batteries haut de gamme, puis Lampiris, un fournisseur d’électricité belge. Deux ans plus tard, il rachète le français Direct Energie et s’offre un ticket de 23 % chez le producteur de renouvelables Eren RE. Avec les opérations de cette année, Total franchit un nouveau cap. « Nous allons passer de 3 gigawatts de capacités électriques fin 2019 à 6 gigawatts fin 2020, note Philippe Sauquet. Notre croissance est supérieure à celle de nos pairs pétroliers et comparable à celle des pure players des renouvelables. » Et Total compte bien poursuivre à ce rythme dans les années à venir : il ne vise pas moins de 25 gigawatts de capacités électriques en 2025 – l’équivalent d’une vingtaine de centrales nucléaires.

Passe d’armes avec EDF

Grâce au cash-flow dégagé par les hydrocarbures, la multinationale a les moyens d’aller vite. Au grand dam des ex-monopoles. Depuis deux ans, le petit monde de l’énergie se délecte des passes d’armes entre le PDG de Total Patrick Pouyanné et son homologue d’EDF Jean-Bernard Lévy. La dernière a eu lieu en pleine crise sanitaire : alors que la consommation d’électricité chute de 20 %, le pétrolier demande à l’électricien de renoncer aux électrons qu’il lui a précommandés en invoquant « un cas de force majeure ». EDF répond par la négative. Total porte alors l’affaire en justice et obtient gain de cause au tribunal de commerce de Paris. Mais l’affaire n’est pas terminée. EDF a fait appel.

Total est bien décidé à « agiter la concurrence », comme le dit Patrick Pouyanné. Mais la multinationale n’y parvient pas toujours. Exemple dans l’éolien offshore français. Cette énergie subventionnée a longtemps été hors de prix, aux alentours de 200 euros le mégawatt­heure, soit quatre fois plus que l’électricité payée par les ménages. Suite à la baisse drastique des coûts, Total espérait que l’Etat rouvrirait les négociations sur le deuxième appel d’offres. Il n’en a rien été. Quant au troisième appel d’offres, celui de Dunkerque, lancé en 2018, c’est EDF qui l’a emporté en proposant un prix imbattable.

Patchwork à unifier

Habitué aux mégachantiers aux quatre coins du monde, Total ne maîtrise pas encore tous les codes des ministères et de l’administration. Mais le pétrolier sait se montrer opportuniste et flairer les bonnes affaires. Ce fut le cas au printemps en Espagne. C’est la reprise l’an dernier des barrages espagnols d’Energias de Portugal (EDP) par Engie qui lui met la puce à l’oreille. Détenue en partie par des entreprises chinoises et des fonds vautours, EDP est une entreprise fragile qui souffre d’une surexposition sur la péninsule ibérique. « On les a approchés en leur disant qu’on aimerait posséder des actifs de production ainsi qu’une base de clients et on a réussi à s’entendre », résume Philippe Sauquet.

Avec la France, la Belgique et maintenant l’Espagne, Total dispose d’un portefeuille de 8,5 millions de clients et compte franchir la barre des 10 millions en 2025. En quelques années, le pétrolier a fait son trou dans tous les domaines des énergies vertes, hormis l’hydraulique. « Il doit maintenant intégrer ses actifs en un ensemble cohérent », indique Emmanuel Fages, consultant au cabinet Roland Berger. Un vrai défi, car la jeune division gaz, électricité et renouvelables est encore un patchwork où parfois les divisions se concurrencent les unes les autres.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Togo : bientôt une plateforme nationale pour gérer les installations solaires hors réseau – Agence Ecofin

(Agence Ecofin) - Le Togo veut mettre en place une plateforme nationale de gestion des…

17 minutes ago

Economie – L’emploi dans le secteur des énergies renouvelables continue de croître dans le monde – LES PETITES AFFICHES

Les énergies renouvelables continuent d’apporter des avantages socio-économiques en créant de nombreux emplois dans le…

17 minutes ago

Energies : Du biogaz dans le réseau lausannois – lematin.ch

il y a 51minDès janvier 2021, les Services industriels de Lausanne injecteront 10% de biogaz…

31 minutes ago

Taxe Carbone : L’industrie Marocaine Face à Une Nouvelle Barrière Non Tarifaire – Ecoactu

Taxe Carbone : L'industrie Marocaine Face à Une Nouvelle Barrière Non Tarifaire Nous utilisons des…

31 minutes ago

Énergies renouvelables : 11,5 millions d’emplois dans le monde en 2019 – Emploi-Environnement.com

Le secteur des énergies renouvelables employait 11,5 millions de personnes en 2019 à travers le…

1 heure ago

Montereau : Florence Parly présente la nouvelle stratégie énergétique de Défense – Le Moniteur de Seine-et-Marne

le 29 septembre 2020 - Rédaction - Territoires - Infos région DR La ministre de…

2 heures ago

This website uses cookies.