Des stratégies claires et intégrées qui portent leurs fruits – LE MATiN

La préservation de l’environnement et la promotion d’un développement durable est l’un des objectifs majeurs tracés par le Royaume sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi. Un objectif qui s’est traduit par la mise en place de réformes successives et la prise de mesures importantes. Outre l’adoption de la stratégie nationale de développement durable, une stratégie énergétique nationale a été mise en place en 2009, afin d’accroître la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité, parallèlement au lancement de plusieurs projets pilotes et structurants en matière d’énergie solaire, éolienne et hydroélectrique.

Le Royaume du Maroc s’est engagé à relever les défis liés aux changements climatiques en faisant de la préservation de l’environnement et du développement durable un vrai projet de société et un nouveau modèle de développement sous l’impulsion éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Cet engagement s’est traduit par des réformes successives et des mesures importantes mises en place dans la perspective de préserver l’environnement et assoir les bases solides d’un développement durable.
C’est dans cet esprit que le Royaume s’est doté d’une politique volontariste de préservation de l’environnement, fondée sur la mobilisation des énergies et la canalisation des efforts pour un développement durable solide. Cette politique a érigé l’environnement en pilier majeur, en intégrant la dimension environnementale dans les différentes stratégies sectorielles et les divers plans de développement. En outre et parallèlement à ces efforts, le Royaume s’est doté d’une stratégie nationale de développement durable (SNDD).
Un processus qui a été renforcé par l’adoption de la Charte nationale de l’environnement et du développement durable, dont l’élaboration a été lancée suite aux directives de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, lors de son discours du Trône du 30 Juillet 2009. La concrétisation de ce processus s’est traduite par le processus d’intégration des principes de développement durable dans les stratégies sectorielles, la mise en œuvre de la stratégie de mise à niveau de l’environnement (MANE) et de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH).
En outre et étant conscient de la nécessaire synergie entre les divers agendas internationaux, visant globalement la lutte contre le changement climatique, le Maroc a veillé à aligner constamment sa Contribution déterminée au niveau national (CDN) sur les objectifs de développement durable, afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. C’est dans ce sens qu’a été créé, en octobre 2016, un Centre de compétences du changement climatique (C4). Outil d’accompagnement et d’aide aux acteurs nationaux, ce centre permet au Maroc de partager son expérience en ce domaine et de promouvoir ainsi la coopération Sud-Sud, en particulier avec les pays islamiques et africains.
Par ailleurs, le Maroc s’est assigné, sous l’Impulsion Royale de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, l’objectif de réduire de 42% ses émissions de gaz à effet de serre. C’est dans cette perspective qu’une stratégie énergétique nationale a été mise en place en 2009, afin d’accroître la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité, parallèlement au lancement de plusieurs projets pilotes et structurants en matière d’énergie solaire, éolienne et hydroélectrique.
Le Maroc a en outre entamé l’élaboration et la mise en œuvre du Plan national d’adaptation (PNA), qui a pour finalité d’adapter les priorités nationales aux engagements internationaux face aux changements climatiques. Ce plan se fixait pour objectif le renforcement de la capacité d’adaptation aux priorités sectorielles et aux spécificités des divers espaces territoriaux, tout en mobilisant le soutien technique et financier adéquat pour atteindre les objectifs tracés. Par ailleurs et dans le souci de promouvoir la coopération islamique commune dans le domaine de l’environnement, Sa Majesté le Roi Mohammed VI avait annoncé dans son discours lu en octobre 2019, lors de la tenue de la huitième Conférence islamique des ministres de l’Environnement, le lancement du processus de création de l’Académie islamique pour l’environnement et le développement durable. Ce projet commun, à vocation académique, a pour ambition d’approfondir la réflexion académique autour de cette thématique. Le but étant de susciter une prise de conscience accrue des enjeux environnementaux et de développement, actuels et futurs, et d’identifier les meilleurs moyens d’y faire face, en termes de gouvernance, de sciences, de technologies et de renforcement des compétences.
admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Des voiliers cargos pour du café et du chocolat encore plus vertueux – Le Courrier du Vietnam

>>Les entreprises de transport misent sur le fret>>Les gardes-côtes portent une lourde mais glorieuse responsabilité…

1 heure ago

Microsoft : l’expérience d’un data center sous l’eau est une réussite totale – Futura

Deux ans après avoir plongé un data center composé de 800 serveurs au large de…

2 heures ago

Dans la Drôme, un référendum pour choisir entre l’installation de panneaux solaires et la protection de la for – France 3 Régions

Des arbres, ou des panneaux solaires ? Les habitants de Grignan (Drôme) sont invités à…

2 heures ago

Mint, Wewiki, Planète Oui : l’offre électricité de la semaine ? – MonPetitForfait

Au fil des années, les offres électricité ont évolué afin de s'adapter. Proposés à prix…

3 heures ago

Montrez de quel bois vous vous chauffez en soutenant les micro-chaudières d’Ambricourt – La Voix du Nord

Jusqu’au 30 septembre, on peut voter dans le cadre du Budget citoyen pour aider des…

4 heures ago

This website uses cookies.