Deuxième rejet du projet : Desertec, ou l’art de remettre en cause les engagements de l’Etat – El Watan

Que vaut la signature d’un document engageant deux Etats lorsqu’au moindre changement de tête au niveau du gouvernement ou même plus haut on remet en question cette signature ? Quelle garantie donner aux contractants étrangers d’un projet avec la partie algérienne si l’on continue à remettre en cause des décisions endossées pourtant par les plus hautes autorités de l’Etat ?

Le projet Desertec est un exemple de ce manque de vision stratégique sur ce que l’on veut construire comme avenir pour ce pays. On nous vend un projet comme étant la plus merveilleuse trouvaille et la solution idoine pour sortir de la dépendance aux hydrocarbures, puis le même projet devient obsolète et inutile. Plus qu’un autre projet, Desertec se fait jeter pour la deuxième fois par l’Algérie après l’avoir présenté comme l’issue idéale pour la transition énergétique. Bouteflika l’avait loué à Berlin, puis fait vite de le ranger dans le tiroir après, dit-on, des pressions françaises.

Comme par magie, le projet que tout le monde croyait mort et enterré a été déterré cette année à la faveur de la signature en avril dernier d’un mémorandum d’entente entre la Sonelgaz et l’initiative allemande Desertec pour lancer des centrales solaires. Au mois de juin, Mohamed Arkab alors ministre de l’Energie avait annoncé des concertations avec la partie allemande pour élaborer une vision commune de la coopération dans le cadre de ce projet. Aujourd’hui, le nouveau ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, juge ce projet obsolète. Attar a affirmé lundi que le «projet Desertec est dépassé» et plus encore «qu’il faut l’oublier». Attar, qui a hérité lors du dernier remaniement du département de l’Energie, estime que le projet Desertec était valable avant 2010 quand il avait été proposé la première fois à l’Algérie en offrant des investissements dans les énergies renouvelables.

Le même responsable estime que le projet n’a plus les mêmes objectifs en notant que les investisseurs étrangers voulaient vendre des équipements et de la technologie pour l’exploitation des énergies renouvelables, en contrepartie du gaz. Attar juge aussi le projet Desertec très coûteux et exige un investissement énorme pour le pays. Quel alternative donc à tous ces efforts pour lancer des centrales solaires géantes ? Le ministre souligne que l’Algérie va recourir à d’autres moyens moins onéreux pour l’économie de l’énergie, notamment des investissements simples dans de petites centrales solaires de 50 MW en lieu et place des centrales d’une capacité de 1000 MW. Le même responsable compte aussi sur son collègue du département de la Transition énergétique et des énergies renouvelables, qui serait en cours de préparation d’un projet alternatif concentré sur la rationalisation de la consommation d’énergie.

Deux rejets donc et deux camouflets au projet Desertec qui renseignent sur le manque de sérieux dans l’étude des contrats engageant l’Algérie avec ses partenaires étrangers. Au-delà du projet Desertec lui-même, ce qui est regrettable, c’est cette facilité à applaudir une option et à lui enlever tout crédit pour on ne sait quel dessein. S’il est vrai que ce projet est une option désuète, pourquoi ne pas auditionner les parties ayant travaillé sur sa concrétisation sans tenir compte de tous ces aspects de coût excessif et de «chantage» pour pomper du gaz ? Il y a de quoi s’interroger sur la compétence et l’efficacité des équipes en charge d’étudier ces contrats engageant pourtant un secteur aussi stratégique que l’énergie.

Post Views: 158

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Le solaire sera-t-il le nouveau Roi des énergies ? Solaire – Révolution Énergétique

L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) a publié ce 13 octobre son traditionnel rapport annuel : le…

57 minutes ago

EDF: nouvelle mobilisation des syndicats mardi pour protester contre le projet « Hercule » – BFMTV

Les syndicats organisent mardi une nouvelle journée de mobilisation contre le projet "Hercule" qui prévoit…

4 heures ago

Alerte sur les systèmes électriques en Europe – Journal La Croix

L’Europe risque-t-elle de manquer de courant en 2030 ? C’est la question posée par France…

7 heures ago

Alerte sur les systèmes électriques en Europe – La Croix

L’Europe risque-t-elle de manquer de courant en 2030 ? C’est la question posée par France…

8 heures ago

Et si vous placiez votre épargne au profit des énergies renouvelables ? – Révolution Énergétique

En France, les taux d’intérêts des livrets d’épargne réglementés sont si bas qu’ils ne rapportent…

8 heures ago

La Russie s’élance dans le développement éolien – Révolution Énergétique

Jusqu'il y a peu, la Russie n'avait accordé que peu d'intérêt au développement de l'éolien3e…

8 heures ago

This website uses cookies.