Emploi : le bilan mitigé des éoliennes – Le Point

À première vue, le chiffre impressionne : du solaire au vent en passant par l’eau, les énergies renouvelables emploient dans le monde 11,5 millions de personnes, en hausse de 4, 5 % entre 2018 et 2019 selon un rapport récent de l’Irena (Agence internationale pour les énergies renouvelables). Cette augmentation ne surprend guère quand on regarde la hausse rapide des capacités de production en clair, l’envolée du nombre de panneaux solaires, d’éoliennes ou d’installations de biocarburants un peu partout sur la planète.

Pourtant, il s’agit de relativiser ces chiffres. D’abord, les emplois sont concentrés dans un petit nombre de pays, surtout en Asie, qui regroupe 63 % d’entre eux. La Chine est le principal pays pourvoyeur de jobs dans les énergies renouvelables, avec 30 % de l’ensemble, en particulier dans le solaire. Ensuite, il s’agit de distinguer par type d’énergie. Les chiffres varient alors assez fortement. Sans surprise, l’emploi dans l’hydraulique est en baisse (2,05 millions en 2018, 1,96 en 2019), car la construction de nouveaux barrages dans le monde ralentit, faute de capacités.

Lire aussi Kervasdoué – Ces mesures « écolos » qui accroissent les inégalités sociales

Le biocarburant à vive allure

Le solaire a en revanche le vent en poupe. Il fait travailler 3,75 millions de personnes, contre 3,68 l’année précédente. Il est vrai que le monde se couvre de panneaux solaires : 97 Gigawatt (GW) de puissance ont été installés en 2019, dont la moitié en Asie l’Europe suit avec 19 GW, puis les États-Unis avec 9 GW. Vient ensuite le biocarburant, qui se développe à vive allure surtout dans les pays d’Amérique du Sud. Cette filière emploie 3,58 millions de salariés de par le monde.

L’éolien se place sur la troisième marche du podium des employeurs mondiaux. Les jobs, directs et indirects, sont évalués à 1,17 million en 2019. Mais, par rapport aux autres sources d’énergie, la hausse est timide : elle n’est que de 0,86 % en un an, avec quelque 10 000 postes en plus seulement dans le monde. Par comparaison, le secteur des bioénergies croît bien plus vite en termes d’emplois (+ 12,6 %), tout comme celui du photovoltaïque (+ 1,9 %).

Lire aussi Quand trop d’énergies renouvelables privent la Californie… d’électricité

Le nombre d’éoliennes ne cesse pourtant de grossir sur la planète. En 2019, les capacités de production d’électricité par le vent ont crû de 54 GW, pour atteindre un total de 594 GW (dont 17 en France). Selon l’Irena, 23 000 nouvelles éoliennes ont ainsi été plantées sur la planète en une année. La comparaison est sans doute délicate, mais le photovoltaïque, de son côté, a augmenté sa puissance de 97 GW (environ deux fois plus que l’éolien), mais ses emplois ont grossi de 70 000 (environ sept fois plus).

Plus de 2 millions de jobs dans l’éolien en quatre ans

Comme pour l’ensemble des énergies renouvelables, c’est la Chine qui, en matière d’éolien, concentre le plus d’emplois, avec 518 000 jobs, soit 44 % du total. Suivent l’Allemagne (121 700) puis les États-Unis (120 000). La France ne figure pas dans le top 10 des pays pourvoyeurs d’emplois dans l’éolien, devancée par des pays comme le Royaume-Uni, le Danemark ou encore les Philippines.

Dans son Observatoire de l’éolien publié en septembre, France énergie éolienne, qui regroupe la filière hexagonale, présente les créations d’emplois sous un jour plus optimiste. En France, explique FEE, l’éolien emploie 20 200 personnes, un chiffre en hausse de 11 % par rapport à 2018. Aujourd’hui, le pays compte quelque 8 000 éoliennes, et le gouvernement entend bien accélérer la cadence : il vise une capacité totale de 24,1 GW dans quatre ans, et entre 33, 2 et 34, 7 en 2028, contre 17 aujourd’hui en clair, un doublement en huit ans, ce qui ne signifie pas un doublement du nombre de mâts, qui sont toujours plus puissants, ni de jobs !

Lire aussi La charge de Michael Moore contre les énergies « vertes »

À l’image de la France, la plupart des pays multiplient les implantations d’éoliennes. Malgré la crise épidémique, le Global Wind Energy Council estime que, dans quatre ans, 344 GW de capacités mondiales seront ajoutés aux 594 qui existent déjà presque 60 % de plus ! L’emploi dans la filière devrait, selon le GWEC, augmenter lui aussi, à peu près dans les mêmes proportions. Pas sûr que l’argument soit suffisant pour calmer les ardeurs des anti-éoliennes…

Lire aussi L’éolien veut plus de moyens

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni à Tunis reçu par Jerandi – webmanagercenter

Le ministre des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens à l’étranger, Othman Jerandi,…

1 heure ago

Le chef conservateur vante les syndicats et critique les grandes compagnies – Le Journal de Montréal

Le nouveau chef du Parti conservateur, Erin O’Toole a considérablement recentré le discours économique de…

2 heures ago

Energias de Portugal: recul du bénéfice pénalisé par la pandémie – Zonebourse.com

Lisbonne (awp/afp) - Le groupe portugais Energias de Portugal (EDP) a annoncé jeudi un bénéfice…

3 heures ago

« On veut être dans le Top 5 mondial des énergies renouvelables », Patrick Pouyanné (PDG Groupe Total) – Toute-la-Franchise.com

Dans son Journal télévisé de 20h du 10 octobre dernier, TF1 consacrait une enquête à…

7 heures ago

Que signifierait-il pour l’investissement dans le changement climatique si Biden était président des États-Unis? – Marseille News .net

Joe Biden à la Maison Blanche et le contrôle du Sénat par les démocrates pourraient…

8 heures ago

ENI, Total Direct Energie, Planète Oui, le top hebdo des offres d’électricité – MonPetitForfait

L'hiver approche à grand pas, les premiers froids commencent à se faire sentir, il est…

8 heures ago

This website uses cookies.