Energies renouvelables au Burkina Faso : Une feuille de route pour opérationnaliser la régulation – afriqueactudaily

Comment rompre avec l’anarchie et favoriser le développement du secteur des énergies renouvelables (ER) au Burkina Faso ? Telle est la problématique qui a réuni les participants au Forum national sur la régulation du secteur tenu les 22 et 23 juillet 2020 à Ouagadougou, à l’initiative des organisations de la société civile du Programme « voix pour le changement » (V4CP).

A l’ouverture du Forum, le parrain, Docteur Souleymane KONATE, Conseiller technique du Ministre de l’Energie, a relevé que le thème du forum, « Réflexions sur l’opérationnalisation de la régulation du secteur des énergies renouvelables au Burkina Faso » s’accorde parfaitement au plan d’action du ministère de l’énergie en matière d’assainissement dudit secteur.

Initié dans le cadre du Programme « voix pour le changement » (V4CP) par les Organisation de la Société Civile (OSC) du secteur en l’occurrence la SNV, le CEAS Burkina, l’AGEREF/Comoé-Léraba et l’OCADES Dédougou, le forum a connu la participation des principaux acteurs œuvrant pour l’accès des populations à des services et équipements d’énergies renouvelables de qualité.

Au terme des travaux, une feuille de route visant l’opérationnalisation des normes de régulation du secteur des énergies renouvelables a été adoptée par les participants. Elle porte sur trois axes principaux : Equipements et matériels, Services, Politique et réglementation.

Concernant les équipements et matériels d’énergies renouvelables, les participants au forum préconisent :

l’incitation à l’installation d’usines d’assemblage des équipements solaires ;

des réflexions pour la mise en place d’un fonds pour le renforcement des financements à travers l’octroi de micro crédit ou la facilité de payement pour permettre aux utilisateurs d’accéder au marché des équipements et services ER de qualité ;

la multiplication des initiatives de projets d’énergies renouvelables pour faciliter l’accès au grand nombre tout en tirant profit des leçons apprises des projets menés avec un accent particulier sur le service après-vente/installation et la pérennité des installations ;

la facilitation de l’accès aux matériels d’ER de qualité par la voie de la micro finance.

Pour ce qui est de la promotion des services d’énergies renouvelables, les participants suggèrent :

– la promotion des filières d’ER des installateurs PV afin de valoriser l’enseignement dans le domaine des ER ;

le renforcement des capacités des formateurs intervenant dans le secteur ;

l’inscription d’activités d’ER dans les plans locaux de développement ;

la sensibilisation les collectivités à la problématique des ER ;

la mise à disposition de référentiels de métiers et de formation dans le secteur ER ;

la promotion de la certification par habilitation.

S’agissant de la politique et de la règlementation du secteur des énergies renouvelables au Burkina Faso ; les participants recommandent :

L’opérationnalisation de la loi 014-2017/AN du 20 avril 2017 portant règlementation générale du secteur de l’énergie ;

la relecture de l’article 303 de la loi de finance 2017 en vue de l’actualisation de la liste des équipements exonérés ;

la certification des installateurs ;

la délivrance d’agréments aux entreprises ;

l’organisation des acteurs ;

l’élaboration d’un texte sur les normes acceptables sur les équipements ;

l’élaboration d’un guide d’efficacité énergétique dans le bâtiment ;

l’implication de l’Agence Nationale pour les Energies renouvelables et l’Efficacité Energétique (ANEREE) ; dans la validation des dossiers d’appels d’offre et la réception des équipements.

Afin de veiller à la mise en œuvre de la feuille de route, il a été mis en place un comité de suivi fort de sept (7) membres comprenant des représentants de la société civile, des collectivités territoriales, du secteur privé et des structures en charge de la régulation, notamment l’ANEREE et l’ABNORM. Le comité de suivi est présidé par la Coalition Nationale pour la Promotion des Energies Renouvelables et de l’accès à l’Energie Durable au Burkina Faso (CNPDER-BF).

Dans son mot de clôture, Monsieur Martin Van Dam, Coordonnateur du secteur des Energies Renouvelables de l’Organisation Néerlandaise de Développement (SNV), s’est félicité de la forte participation des différentes parties prenantes et de l’esprit constructif qui a prévalu tout au long des travaux.

Burkina

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Plan de relance industrielle 2021-2023: M. Elalamy annonce 3 chantiers stratégiques – Industrie du Maroc Magazine

Casablanca – Le ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, Moulay…

9 minutes ago

The Parliament Magazine : Le Maroc, un pont d’énergie verte entre… – Industrie du Maroc Magazine

Le Maroc est devenu un pont d’énergie verte entre l’Europe et l’Afrique, écrit la publication…

9 minutes ago

Le Maroc, un pont d’énergie verte entre l’Europe et l’Afrique – Industrie du Maroc Magazine

Le Maroc est devenu un pont d’énergie verte entre l’Europe et l’Afrique, écrit la publication…

1 heure ago

«Pour une stratégie industrielle de la future filière hydrogène-nucléaire.» La tribune de Julien Aubert et sept élus LR – L’Opinion

Le gouvernement a récemment dévoilé le montant du plan de relance consacré au développement de…

1 heure ago

A Bordeaux, sur le chantier de la plus grande centrale solaire urbaine d’Europe – Construction Cayola

Avec une puissance installée de 59 MW, la centrale de Labarde sera la plus grande centrale…

2 heures ago

Photovoltaïque et fa’a’apu : une solution d’avenir ? – La Dépêche de Tahiti

Proposer un système de double-production, avec des serres agricoles surmontées de panneaux photovoltaïques, c'est le…

2 heures ago

This website uses cookies.