Engie va accélérer dans les énergies renouvelables et restructurer sa branche Services – Transition énergétique – L’Usine Nouvelle

Après un premier semestre marqué par une baisse de son chiffre d’affaires en données organiques de 8,8 % au premier semestre, Engie annonce un recentrage de ses activités et de nouveaux objectifs, notamment dans le domaine des énergies renouvelables. Sur les six premiers mois de l’année, le chiffre d’affaires du fournisseur de gaz et d’électricité s’établit à 27,43 milliards d’euros, contre 30,2 milliards durant la même période l’année précédente.

« Le groupe est convaincu qu’il a un rôle essentiel à jouer dans la transition énergétique et qu’il lui faut clarifier ses priorités », a résumé Jean-Pierre Clamadieu, président du conseil d’administration, durant une conférence téléphonique de présentation des résultats vendredi 31 juillet, il a donc été décidé d’accélérer fortement les investissements dans les énergies renouvelables et les infrastructures ».

Pour ce faire, le groupe annonce doubler ses investissements dans le domaine à moyen terme. « 8 milliards d’euros seront alloués aux segments des énergies renouvelables, d’ici 2022, ou un peu au-delà », a déclaré Jean-Pierre Clamadieu.

L’espoir d’une forte reprise rapide du marché

Durant les six premiers mois de l’année, le résultat net part du groupe s’est établi à 24 millions d’euros, contre 2,08 milliards un an plus tôt. Son résultat net récurrent a reculé de 50% en données publiées et de 51,9% à taux de change et périmètre constants, à 0,7 milliard d’euros. Le résultat opérationnel courant du groupe s’est replié de 29,3% sur une base organique, pour atteindre 2,17 milliards d’euros (-0,85 milliard d’euros). Le fournisseur français a dégagé un excédent brut d’exploitation de 4,48 milliards d’euros, en baisse de 14 % en données organiques. Enfin, le groupe porte une dette financière nette de 25,1 milliards d’euros, en baisse de 0,8 milliard d’euros par rapport au 31 décembre 2019, grâce notamment à une consolidation de son flux trésorerie opérationnel qui s’établit à 3 milliards d’euros.

Après ces mauvais résultats, Engie s’attend « une forte reprise par rapport au deuxième trimestre », et prévoit un résultat net récurent compris entre 1,7 et 1,9 milliards d’euros sur l’ensemble de l’année. Le groupe ne prévoit pas pour l’heure de suppression de postes.

Engie lance une revue stratégique de son segment Solutions Clients, particulièrement touché par la crise

La division Solutions Clients demeure la branche la plus touchée du groupe au premier semestre, avec un repli de 16%. Le groupe annonce dans un communiqué séparé une revue stratégique des deux tiers de ce segment, correspondant aux activités hors solutions bas carbone. Un audit effectué en vue d’une « révision de ses priorités, en accord avec un recentrage d’activités vers la transition énergétique », selon le président du groupe. « Une réduction de dépenses de 500 millions d’euros, soit 9%, a déjà été effectuée dans la branche au premier semestre », d’après Judith Hartmann, directrice financière.

« Nous avons fait le constat que certaines activités de notre service client sont au cœur de notre volonté d’être leader de la transition énergétique, d’autres en sont loin », a commenté Jean-Pierre Clamadieu. Le groupe n’exclut pas de créer un géant des services bas carbone et de l’introduire en bourse. « C’est une modalité, a lâché Jean-Pierre Clamadieu, mais il y en a bien d’autres, nous attendons la revue stratégique, avant de conclure, Engie ouvre un nouveau chapitre de son histoire ».

« Etre un leader de la transition énergétique »

Engie a profité de la présentation de ses résultats semestriels pour présenter de nouveaux objectifs et ambitions à court et moyen termes. D’ici la fin 2020, le groupe compte investir entre 7,5 milliards et 8 milliards d’euros, « dont environ 4 milliards d’euros d’investissements de croissance, environ 2,5 milliards d’euros d’investissements de maintenance et environ 1,3 milliard d’euros de financement des provisions nucléaires », indique son communiqué.

Par ailleurs, pour devenir un champion de la transition énergétique, il va doubler ses investissements dans le domaine, en engageant 8 milliards d’euros d’ici 2022. « Ces investissements se concentreront dans le développement des énergies renouvelables et dans les infrastructures décentralisées à l’usage des entreprises et des collectivités territoriales », précise Jean-Pierre Clamadieu.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Transition climatique : les ambitions polonaises jugées insuffisantes – Les Échos

Publié le 22 oct. 2020 à 16:32Mis à jour le 22 oct. 2020 à 17:27Le…

10 secondes ago

Stockage énergie solaire : le suédois Azelio signe un accord avec Jet Energy Maroc – Médias 24

Azelio a signé un protocole d'accord (MoU) avec Jet Energy, entreprise basée au Maroc, pour…

2 heures ago

Un timbre-poste spécial Noor Ouarzazate – L’Économiste

Le Groupe Barid Al-Maghrib vient d’émettre un timbre-poste en partenariat avec Masen illustrant le complexe…

2 heures ago

Photovoltaïque : le groupe lyonnais Terre et Lac mise sur les projets de territoires – Tout Lyon

Publié le 22 octobre 2020 - Julien THIBERT - Dossiers © Terre et Lac -…

4 heures ago

Barid Al-Maghrib et Masen émettent un timbre-poste spécial – Finances News Hebdo

Groupe Barid Al-Maghrib et l'Agence marocaine pour l'énergie durable (Masen) ont émis, jeudi à Rabat,…

4 heures ago

Le complexe solaire Noor Ouarzazate tient son timbre – Infomédiaire

Groupe Barid Al-Maghrib et Masen s’associent pour l’émission d’un timbre-poste spécial illustrant le complexe solaire…

5 heures ago

This website uses cookies.