Eure-et-Loir : « L’éolien coûte beaucoup d’argent public pour un bilan énergétique nul » – L’Action Républicaine

<!– –>
Brigitte Pistre, maire de Frazé aux côtés de Julien Aubert, député du Vaucluse. Il est le président de la Commission d’enquête sur l’impact économique, industriel et environnemental des énergies renouvelables et Laure de La Raudière, députée d’Eure-et-Loir lors de cette soirée consacrée à l’enjeu du développement de l’éolien : un sujet technique qui passionne la population. (©Action Républicaine)

Laure de La Raudière, députée d’Eure-et-Loir et Brigitte Pistre, maire de Frazé, ont organisé une réunion publique animée par Julien Aubert, député du Vaucluse. Il est le président de la commission d’enquête sur l’impact économique, industriel et environnemental des énergies renouvelables.

À lire aussi

Un sujet sensible qui passionne

Les enjeux liés au développement de l’éolien avec les territoires est un sujet sensible qui passionne ! Comme en a témoigné la forte participation lors de cette soirée avec la venue d’une centaine de personnes, dont des élus locaux, des responsables d’associations de sauvegarde du patrimoine, des acteurs du tourisme et économique du Perche.

« En effet, la population s’est rendu compte que l’éolien dégrade nos paysages et surtout qu’il représente un coût considérable pour nos finances publiques pour un bilan énergétique nul. Ce point à fait consensus dans tous les groupes politiques à l’Assemblée Nationale » affirme le député dont la commission est chargée de répondre aux objectifs fixés par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte par la Directive Européenne sur les Énergies Renouvelables.

« Dans la tête des Français, la transition énergétique, c’est l’éolien. On en a fait le symbole de l’écologie ! Or ce sujet devenu sensible à la suite du mouvement des « gilets jaunes » a montré des résistances locales que ce soit pour des enjeux de santé publique, d’esthétique, d’écologie puisqu’en effet l’impact sur le CO2 est zéro » a-t-il souligné.

Il souhaite aussi une meilleure prise en compte des enjeux industriels, économiques, patrimoniaux et budgétaires ou encore en lien avec l’équilibre du réseau électrique en France, dont les questions d’approvisionnement liées au Black-out.

« Car c’est une fausse énergie décentralisée… Les lobbys qui se sont spécialisés dans le domaine, en ont retiré des gains d’argent importants » ajoute le député qui veut évite pour autant de diaboliser la filière éolienne.

« La France dépense beaucoup d’argent »

Sur ce même volet des dépenses, il estime également « que la France dépense beaucoup d’argent pour remplacer une énergie décarbonée – le nucléaire – produite avec des emplois industriels en France, par une autre énergie décarbonée -l’éolien- qui favorise les entreprises des pays voisins ». En termes de création d’emplois, 60 % de la valeur ajoutée part ailleurs à l’étranger. Bref, l’incidence industrielle est mauvaise.

Le débat qui a suivi n’a pas pris de tour polémique, et cela malgré la présence dans la salle de deux fournisseurs d’éoliens (qui ne sont pas exprimés). Les prises de paroles étant globalement toutes contre l’implantation de l’éolien sur le territoire. Parmi eux, Jean-Michel Bouvier, le président du Parc Naturel Régional du Perche a témoigné « avoir été démarché et avoir répondu par la négative, sans se laisser appâter par l’argent et les lobbys des promoteurs éoliens ».

« Les promoteurs vont mentir »

Le démontage des socles en cas de démantèlement de parc éolien « sous-évalué » a été pointé par une personne. « L’idée que ces promoteurs puissent s’enrichissent avec des aides publiques, est insupportable » dénonce un responsable d’association de sauvegarde du patrimoine citant le projet éolien des Autels Villevillon.

« Les promoteurs de l’éolien vont mentir en disant faire du financement participatif, en réalité, c’est vous qui payez ! » dénonce un autre. Sur le volet emprise du foncier, « est-ce qu’on n’a pas plutôt intérêt de sensibiliser les agriculteurs qui vont autoriser les ventes de terrain ? » s’interroge un agriculteur de Montlandon.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Rapport de l’AIE sur l’électricité : «Développer la politique énergétique pour faire face à de nouveaux risques – El Watan

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a appelé hier tous les pays à faire face aux…

9 minutes ago

CDURABLE.info l’essentiel du développement durable : : Intimité comment opter pour une sexualité durable et écologique ? – Cdurable.info

Les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir changer leur quotidien pour se…

38 minutes ago

Lieu événementiel : pourquoi changer de fournisseur d’électricité et de gaz ? – Evenement.com

Que vous soyez un centre de congrès, une salle de concert, un traiteur ou même…

58 minutes ago

Université de Ouargla : Deux étudiantes expérimentent un cuiseur solaire – El Watan

Elles s’appellent Chifa Bendouma et Zeno Karima, deux étudiantes de la Faculté des énergies renouvelables…

2 heures ago

La sécurité énergétique garantie jusqu’aux horizons 2040-2050 – Algérie Presse Service

La sécurité énergétique garantie jusqu'aux horizons 2040-2050 - mercredi 28 octobre 2020 10:48 Arkab insiste…

2 heures ago

Toute l’énergie vers la neutralité carbone en 2050 – La Tribune

Le recul temporaire et contraint des émissions de gaz à effet de serre (GES) provoqué…

3 heures ago

This website uses cookies.