Gaz, charbon… l’Australie lance des projets géants dangereux pour l’environnement – Capital.fr

Publié le 30/09/2020 à 9h01 Mis à jour le 30/09/2020 à 9h02

Pixabay

Alors que l’Australie cherche actuellement à relancer son économie après une déroute historique liée à la crise du coronavirus, l’île-continent donne le coup d’envoi à deux projets controversés d’extraction d’énergies fossiles. Mais dans ce pays très vulnérable au changement climatique, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer l’impact sur l’environnement… Les autorités de Nouvelle-Galles du Sud ont annoncé mercredi un feu vert conditionnel pour un projet d’extraction de gaz de couche (gaz de charbon ou gaz de houille) à 3,6 milliards de dollars australiens (2,1 milliards d’euros), porté par le groupe australien Santos. La Première ministre de cet Etat dont Sydney est la capitale, Gladys Berejiklian, issue du Parti libéral du Premier ministre australien Scott Morrison, s’est dite « soulagée » qu’une commission indépendante ait donné son feu vert à Santos, en expliquant que le gaz était « central pour notre sécurité énergétique future ».

Ce projet est une des pierres angulaires de la stratégie de M. Morrison, celle d’une « relance économique alimentée par le gaz » pour sortir de la crise provoquée par le coronavirus, qui a plongé le pays dans sa première récession en près de 30 ans. Santos projette de creuser 850 puits sur une surface de 1.000 hectares, avec l’ambition de fournir la moitié des besoins en gaz de l’Etat le plus peuplé du pays. L’opposition écologiste a dénoncé l’impact de ce projet sur les forêts et terres agricoles de Narrabri, au nord-ouest de Sydney, tout en fustigeant le fait que le Premier ministre conservateur continue de miser à fond sur les énergies fossiles. « Ce feu vert fait que nous risquons de devenir des parias accros aux énergies fossiles, au moment où le monde fait sa transition vers les énergies renouvelables et où les pays renforcent leurs engagements en faveur du climat », a déclaré la parlementaire verte Cate Faehrmann.

>> A lire aussi – Le retour de la ruée vers l’or en Australie avec deux énormes pépites découvertes

Mardi, le gouvernement du Queensland a donné de son côté son approbation définitive à ce qui sera la troisième plus grande mine de charbon de cet Etat du nord-est. Les autorités estiment qu’elle aura une durée de vie de 80 ans et emploiera un millier de personnes. Ce projet, qui permettra d’extraire de la houille destinée à la fabrication d’acier, est moins controversé que les opérations voisines de charbon thermique qui émettent davantage de gaz à effet de serre. Et l’opposition s’est concentrée sur le fait qu’il impliquera de raser des zones forestières habitées par les koalas. « Raser ces forêts poussera cette espèce un peu plus près de l’extinction », a déploré sur les ondes d’ABC Gavan McFadzean, de la Fondation australienne pour la conservation (ACF).

>> Notre service – Faites des économies sur vos factures d’électricité et de gaz avec notre comparateur Énergie

Riche en ressources naturelles, l’Australie est récemment devenue l’un des premiers exportateurs d’énergies fossiles. Certaines estimations la placent en troisième position derrière la Russie et l’Arabie saoudite. Ces projets sont validés alors que de nombreuses voix s’étaient élevées pour affirmer que la pandémie constituait une occasion unique pour l’économie d’amorcer un virage à 180 degrés en optant pour une « relance verte ». D’autant que le pays a connu il y a un an une des pires saisons des feux de forêt de son histoire. Sécheresses et pénuries d’eau, deux fléaux aggravés par le réchauffement climatique, sont perçues en Australie, selon un récent sondage, comme les pires menaces pour le pays, avant même la pandémie et la crise économique mondiale.

>> A lire aussi – Pourquoi Warren Buffett mise gros sur le gaz naturel

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Signature d’un accord pour améliorer l’efficacité énergétique dans les entreprises de conserves alimentaires – webmanagercenter

Une convention de partenariat a été signée, mardi 24 novembre, entre l’Agence nationale pour la…

31 minutes ago

L’énergie dans la science-fiction : de la dépendance aux énergies fossiles aux transitions à venir – Usbek & Rica

L’intérêt d’évoquer l’énergie dans une œuvre de science-fiction est double. C’est d’abord un ressort narratif :…

1 heure ago

Equipement en énergies renouvelables : où en est la France ? – Les Échos

Publié le 25 nov. 2020 à 8:17[embedded content]>>> Lire aussi : Rénovation énergétique : les…

1 heure ago

Joe Biden nomme John Kerry, l’ancien co-artisan de l’Accord de Paris. Un espoir pour le climat ? – UP Magazine

L’ancien secrétaire d’État de Barack Obama, John Kerry, 76 ans, sera l’émissaire spécial du président…

2 heures ago

Vidéo. Dessalement de l’eau de mer, voici où en est le Maroc – Le360.ma

A ce jour, le Maroc compte 8 stations de dessalement, mais dans un contexte de…

2 heures ago

Energie: Un accord pour améliorer l’efficacité énergétique des entreprises de l’industrie des conserves alimentaires – webmanagercenter

Une convention de partenariat a été signée, mardi, entre l’Agence Nationale pour la Maîtrise de…

4 heures ago

This website uses cookies.