Categories: Industry News

« Îles d’outre-mer, les sentinelles du climat », Face aux défis du réchauffement – L’Obs

Cyclones, ouragans, séismes, érosions, montées des eaux : les catastrophes naturelles s’accélèrent et semblent frapper les plus démunis, notamment les îliens. La France, avec les DOM-TOM, est particulièrement concernée. Pour faire face au dérèglement climatique, faut-il déplacer les populations ? En Martinique, l’avancée de la mer oblige les habitants à reculer dans les terres. « A terme, nous n’aurons plus de plage », s’inquiète l’un des principaux restaurateurs de la région. Déjà, les compagnies d’assurances ne veulent plus garantir « leur outil de travail au bord de l’eau » car elles jugent la facture trop lourde.

La Réunion, vitrine de la transition énergétique

En 2017, l’ouragan Irma ravage Saint-Martin et Saint-Barthélemy, aux Antilles. Les dégâts sont considérables, les habitants se sentent abandonnés. Mais un département d’outre-mer a pris son destin en main : la Réunion se veut une île verte, vitrine de la transition énergétique. Le mode de vie y est sérieusement remis en question et trois objectifs sont mis en avant : consommer moins, gaspiller moins, vivre davantage en harmonie avec la nature. Les initiatives foisonnent pour limiter au maximum les importations d’énergies fossiles (charbon, pétrole) et de produits agricoles.

La Réunion se lance dans la production d’énergie électrique : sur 35 hectares, des milliers de panneaux solaires – 27 000 au total – permettent d’alimenter 12 000 foyers. Autour du centre de détention de Bardzour, les friches ont été transformées en terres cultivables. Les détenus y travaillent, l’apprentissage des métiers de la terre par le biais de la permaculture facilite leur réinsertion. La transition agricole est engagée et permettra à terme à l’île de réduire sa dépendance aux producteurs extérieurs. Tout en allégeant sa facture énergétique d’au moins 30 %. A Mafate, un écoquartier est en pleine construction. D’ici à 2030, la Réunion ambitionne de devenir autonome sur le plan énergétique et d’être pionnière dans l’aménagement durable tropical.

Mercredi 19 août à 21h40 sur France 5. « Sale Temps pour la planète !  », Série documentaire de Morad Aït-Habbouche (2020). 52 min.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Les énergies renouvelables ne dépendent (presque) pas des terres rares – usbeketrica.com

Les terres rares ne sont pas si rares, et ni les énergies renouvelables ni les…

30 minutes ago

Parlons de l’environnement : Énergies renouvelables au Mali, l’exploitation « est timide », regrettent des experts – Studio Tamani

Le Mali a un énorme potentiel d’énergies renouvelables. Toutefois, les énergies fossiles occupent plus de…

30 minutes ago

BeHydro présente son moteur à hydrogène pour le transport maritime – Clubic

AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter Allier méthode de communication…

49 minutes ago

Un million de dollars investi crée près de 8 emplois permanents – LE MATiN

Oxford Smith School of Enterprise and the Environment a enquêté auprès de 231 responsables de…

1 heure ago

Entre charrette et panneaux solaires, voyage au pays des amish – Le Point

Amos, avec sa longue barbe de patriarche, son costume noir et son chapeau de paille…

2 heures ago

ONU: le Maroc appelle à la création d’un fonds spécial pour la mise en œuvre des ODD en Afrique – 2M Maroc

Le chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a appelé, vendredi, les Nations-Unies à créer…

2 heures ago

This website uses cookies.