La Flandre intègre la transition énergétique dans ses tarifs énergétiques – L’Echo

Le régulateur flamand de l’énergie passe à une méthode tarifaire axée sur la capacité pour financer son réseau électrique. Un changement censé abaisser les pics de consommation tout en accompagnant la transition énergétique.

Pour mieux accueillir la transition énergétique, la Flandre change de paradigme quant à sa manière de financer son réseau électrique. Dans sa nouvelle méthodologie tarifaire (2021-2024), le régulateur flamand du secteur, la Vreg, décide d’instaurer un tarif fondé sur la capacité de l’installation électrique des consommateurs, et non plus sur le volume d’électricité effectivement consommé, et ce, à compter de 2022.

du tarif de distribution
À partir de 2022, 80% du tarif de distribution sera déterminé par la capacité en Flandre.

De la sorte, c’est la puissance de crête de l’installation qui déterminera 80% de la part de la facture liée aux coûts et des taxes d’exploitation du réseau électrique. Alors qu’il représentait jusqu’à présent la totalité des frais de réseau, le nombre total de kilowattheures (kWh) utilisés ne sera plus responsable que de 20% de cette section de la facture.

Consommer mieux

Le raisonnement derrière ce changement est simple. À mesure que se dessine la transition énergétique et que les particuliers se munissent de panneaux photovoltaïques, pompes à chaleurs, batteries domestiques et de véhicules électriques, la charge pesant sur le réseau s’alourdit. Et les investissements nécessaires à sa mise à jour aussi.

Dans cette logique, c’est la quantité maximale d’électricité que l’infrastructure peut supporter à un instant t qui compte le plus. La nouvelle méthodologie entend ainsi décourager les particuliers d’utiliser trop d’appareils gourmands en énergie en même temps. Aussi, charger sa voiture électrique tout en allumant la climatisation et en lançant un cycle de lavage sur lave-vaisselle coûtera plus cher en Flandre à partir de 2022. Le régulateur flamand entend ici mettre l’accent sur la consommation intelligente.

Enfin, notons qu’une contribution minimale s’appliquera à chaque ménage. Celle-ci correspondra à une capacité de pointe de 2,5 kilowatts (kW). Même lorsqu’une famille enregistre une consommation de pointe inférieure, le tarif est aligné sur ce montant. Dans le cas où plus de 2,5 kW de puissance sont nécessaires, le tarif de capacité augmente.

Quid de la Wallonie?

Au sud du pays, le calendrier n’est pas le même. La méthodologie tarifaire actuelle court en effet jusque 2023, aussi la réflexion lancée quant à la prochaine période (2024-2028) n’en est qu’à ses débuts.

« Aujourd’hui, nous nous demandons comment les tarifs de distribution peuvent orienter les habitudes de consommation. »
Antoine Thoreau
Directeur de la tarification à la Cwape

Les préoccupations n’en demeurent toutefois pas moins similaires. Au nord comme au sud, les habitudes de consommation et d’autoproduction changent et il revient au régulateur d’accompagner les gestionnaires du réseau de distribution dans leur travail d’intégration des énergies renouvelables. « Aujourd’hui, nous nous demandons comment les tarifs de distribution peuvent orienter les habitudes de consommation », indique Antoine Thoreau, directeur de la tarification à la Cwape, le régulateur wallon de l’énergie.

Et la méthode capacitaire telle qu’adoptée par la Flandre ne fait pas encore l’unanimité. « En Wallonie, presque la totalité du tarif de distribution est dépendante des kWh prélevés au réseau. Afin de limiter les pics de consommations aux heures de forte consommation, nous utilisons le système des heures pleines et des heures creuses. De la sorte, l’électricité consommée en soirée, par exemple, coûte plus cher qu’après 22h« , explique Antoine Thoreau.

Par cette méthode, le régulateur entend éviter que les pics de consommation aient lieu au même moment pour l’ensemble des consommateurs afin de réduire la charge supportée par le réseau. Selon Antoine Thoreau, cette question de temporalité n’est pas prise en compte par la méthode capacitaire de tarification. Peut-être l’essai flamand témoignera-t-il du contraire? Réponse en 2022.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Après avoir eu le vent en poupe en 2019, l’éolien demande de nouvelles mesures en 2020 – Batiactu

Avec de bons résultats, l'éolien tient la route et pourrait même passer à la vitesse…

1 heure ago

Ikea France va commercialiser des panneaux solaires « clé en main » – La Tribune

Le géant suédois de l'ameublement Ikea va commercialiser à partir de ce mardi "un service…

2 heures ago

La STEG et Akuo : contrat d’achat d’électricité pour un projet de 10 MWc – Economiste Maghrebin

ce projet devra produire 36 Gigawatt d'électricité par an Akuo, producteur indépendant Français d’énergie renouvelable…

2 heures ago

Dole met à profit le soleil pour se rapprocher de sa promesse de devenir carboneutre – LeLézard.com

Classé dans : L'environnement, Science et technologie, Chasse, pêche et plein airSujet : Nouveaux produits…

3 heures ago

Solaire photovoltaïque : des dispositifs d’aide dans le viseur du Gouvernement – Batiactu

Sabrer dans les dispositifs d'aide au photovoltaïque pour boucler le budget de l'année prochaine, telle…

3 heures ago

Economic Policy Dialogue : « Déficit énergétique et énergies renouvelables » – Economiste Maghrebin

Organisée par le Groupe de la Banque Mondiale et le Programme des Nations Unies pour…

3 heures ago

This website uses cookies.