La FNSEA vante le rôle des agriculteurs pour « refroidir » le climat – Le Monde de l’Energie

Le secteur agricole, souvent montré du doigt pour sa contribution au réchauffement climatique, entend montrer qu’il peut aussi participer à “refroidir” le climat, a souligné mercredi la présidente de la FNSEA.

L’agriculture “est cause” d’émissions de gaz à effet de serre, et “assume cette part de responsabilité”, mais elle “est aussi solution”, a déclaré Christiane Lambert lors de la conférence de presse de rentrée du premier syndicat agricole français.

Elle présentait le rapport d’orientation 2020 de l’organisation, intitulé “Faire du défi climatique une opportunité pour l’agriculture”, qui fixe la “ligne” de la FNSEA pour les trois ans à venir. Ce texte doit être débattu, amendé et voté jeudi lors d’une assemblée générale publique, puis sera édité sous forme de livre, préfacé par l’écrivain Erik Orsenna.

L’agriculture est l’un des secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre en France (près de 20% des émissions), derrière les transports et quasiment à égalité avec le bâtiment/logement.

Son rôle est notamment pointé dans les émissions de méthane, via les troupeaux d’élevage.

Mais par la photosynthèse des plantes cultivées, des haies ou des prairies, les systèmes agricoles participent aussi à l’absorption du CO2 et donc au refroidissement de la planète.

Les agriculteurs peuvent “devenir fiers d’être des acteurs positifs du climat, des +climacteurs+ comme on dit, ou des refroidisseurs du climat”, a affirmé Christiane Lambert.

“Oui, l’agriculture est un secteur refroidisseur du climat”, a-t-elle répété, soulignant que “dans nos champs, nos prés, nos vignes, on capte” du carbone.

Et la FNSEA de dénoncer la bétonisation: “8% du potentiel de capture du carbone dans les sols peuvent être perdus d’ici 2050 par l’artificialisation des terres agricoles”, a souligné Henri Bies-Péré, 2e vice-président de la FNSEA et un des quatre rapporteurs.

Pour une transition écologique “réussie”, le syndicat souhaite notamment voir s’accélérer le développement des énergies renouvelables d’origine agricole (méthanisation via des filières qui valorisent les déchets et effluents agricoles, photovoltaïque, biocarburants), ainsi que la production de biomatériaux comme le chanvre ou le lin.

C’est une manière de diversifier les revenus des agriculteurs qui ne doit pas empiéter sur la production alimentaire, a souligné Olivier Dauger, céréalier dans l’Aisne chargé des questions énergie/climat à la FNSEA.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

NEOEN a besoin de renouveler son énergie – Zonebourse.com

Valeur chérie des investisseurs depuis son arrivée en bourse, le spécialiste des énergies renouvelables Neoen…

38 minutes ago

La longueuilloise Innergex décroche deux contrats à Hawaii – La Presse

Le soleil d’Hawaii est décidément profitable à Innergex. Après avoir remporté deux appels d’offres de…

2 heures ago

Énergie Electricité renouvelable : la rentabilité justifie la baisse des aides, selon l’État – Enviscope

L’amélioration de la rentabilité des énergies renouvelables justifie la baisse des aides décidée ces dernières…

3 heures ago

Les opportunités prometteuses de la coopération bilatérale au centre d’entretiens à Rabat de l’ambassadeur de la Finlande – MAP Express

vendredi, 18 septembre, 2020 à 11:35 Rabat – L’ambassadeur de la Finlande à Rabat, Pekka…

3 heures ago

Les énergies renouvelables peuvent-elles répondre aux pics de consommation ? – Le Parisien

Pourquoi les énergies renouvelables posent-elles problème pour alimenter en continu le réseau électrique ?L'intermittence du solaire…

4 heures ago

TILLE-ET-VENELLE : Les habitants invités à se fournir en électricité verte et locale – infos-dijon.com

Les neuf éoliennes du parc des Sources du Mistral produisent plus que prévu. La CNR…

7 heures ago

This website uses cookies.