La mobilité électrique se développe en Corse – Association AVEM

Cette période des vacances estivales est un bon créneau pour évoquer la mobilitéélectrique en Corse. Tout d’abord avec un document de 8 pages produit par l’Ademe et intitulé « Enjeux de la mobilité électrique en Corse ». Ensuite avec 2 exemples concrets, l’un à exploiter pendant ce mois d’août, et l’autre rappelant que la rentrée se dessine déjà.

Zone non interconnectée

Le développement de la mobilité électrique impose de s’intéresser en amont aux bouleversements que la multiplication des voitures branchées peut créer. En particulier au sujet de la consommation globale d’énergie supplémentaire et à l’impact de la recharge sur les pics de consommation. Pour la Corse s’ajoute un prisme particulier, celui d’une zone non interconnectée.

50.000 véhicules rechargeables à horizon 2030

Parmi les 5 objectifs fixés pour 2030, obtenir une flotte de 50.000 véhicules électriques et hybrides rechargeables, soit 20% du parc automobile total de la Corse. Un scénario incitatif en rupture avec une tendance qui mènerait à un pourcentage réduit à 12%. A comparer avec la situation actuelle : les modèles branchés représentent moins de 1% du parc roulant. Cibles prioritaires du passage à la mobilité électrique, et représentant 77% des véhicules en circulation sur l’île et la majorité des consommations de carburant et des émissions de CO2 : particuliers résidents, flottes publiques et privées, utilitaires légers pour le transport des marchandises.

7.000 points de recharge accessibles au public

Les simulations ont mis au jour que, pour répondre aux besoins des utilisateurs de véhicules branchés en toute saison, « 7.000 points de recharge accessibles au public seraient nécessaires, dont un maximum de 320 bornes de recharge rapide ». Ce volume représenterait « 1 point de recharge pour 8 véhicules rechargeables en circulation en haute saison ». A noter que ce ratio est supérieur à la valeur de référence nationale et de l’Union européenne qui est de 1 PDC pour 10 véhicules électriques. Elle traduit 2 réalités de terrain : 46% des ménages corses ne disposent pas d’une place de stationnement à leur domicile, et la forte activité touristique. Enveloppe à mobiliser : 58 millions d’euros sur une période de 12 ans, toutes puissances confondues. Parkings publics, des commerces, des hôtels et des parcs-relais sont les lieux d’implantations à privilégier.

Points de recharge à piloter

Selon les estimations de Solstyce pour l’Ademe, 50.000 véhicules rechargeables en circulation génèreraient une consommation totale d’électricité de 105 GWh/an, majoritairement concentrée entre 19 et 22 heures. Sans mesures adaptées, ce scénario entraînerait « une augmentation de puissance l’été au moment des pics de consommation allant jusqu’à 30 MW (+ 8%) ». Y répondre avec les énergies renouvelables nécessiterait d’accroître « les capacités de production insulaires à hauteur de 74 MW d’installations photovoltaïques et 20 MW de parcs éoliens ». Les rédacteurs appellent à « l’introduction d’un système de pilotage de l’électricité » qui permettrait de décaler la recharge dans la nuit. Ainsi, l’augmentation de la puissance appelée à la pointe baisserait de 30 à 9 MW. « Cela implique que 75% des points de recharge installés au domicile et sur les parkings de flottes comportent une recharge pilotée », assurent les signataires de l’étude.

Reporter vers la journée 50% de la recharge

Curieux, non, de vouloir reporter en journée la recharge habituellement recommandée dans la nuit !? Pas tant que ça, puisque ce scénario favorise particulièrement en Corse l’exploitation des énergies renouvelables. Parmi les mécanismes envisagés pour rendre possible ce report : des incitations financières, et l’équipement volontariste des parkings publics et des lieux de travail. Ainsi, « la production d’énergies renouvelables couvrirait 68% des consommations d’électricité générées par la recharge ». En complément, une capacité de stockage de l’ordre de 80 MWh permettrait de passer à 80% de couverture réelle. L’ajout d’architectures V2G réduirait le coût d’une solution de stockage centralisé estimé à 12 millions d’euros. Solstyce imagine une flotte de 8.000 véhicules électriques mobilisés quotidiennement à cet effet. Un service qui devra être rémunéré afin de décider les électromobiens à y participer.

Augmentations des capacités

Afin d’accompagner le développement progressif des véhicules électriques et hybrides rechargeables en Corse, il faudrait « augmenter graduellement les capacités de production d’énergies renouvelables correspondant au besoin en électricité du parc », plaide les rédacteurs de l’étude. Ces chiffres de 74 et 20 MW de seuils à atteindre respectivement pour les projets photovoltaïques et éoliens ne constituent qu’un exemple de mix possible.

Le rectorat de Corse donne l’exemple

En fin de mois dernier, le rectorat de Corse, installé à Ajaccio, a reçu un Maxi Kangoo Z.E. et sa borne à 2 points de recharge fabriquée localement, à une centaine de kilomètres à peine. Cette action s’inscrit dans une démarche globale de l’administration en faveur de la transition énergétique. L’établissement se pose ainsi en pionnier sur le territoire insulaire. Un second véhicule électrique devrait compléter cette flotte naissante en début d’année prochaine.

Louez une chinoise électrique

Le constructeur chinois Aiways a réservé ses premiers exemplaires de l’U5 pour l’Europe à Hertz Filippi Auto. Ce dernier envisage de convertir à l’électrique 70% de sa flotte à horizon 2022. Cette opération porte un nom : « Electrify Corsica ». Au total, ce sont des centaines d’exemplaires de ce SUV branché qui sont attendus sur l’île. Son autonomie d’environ 400 kilomètres est obtenue d’une batterie de 63 kWh de capacité énergétique. En privilégiant la Corse en plein milieu de la période estivale, le constructeur chinois compte se faire remarquer des nombreux touristes français et étrangers ayant choisi cette destination pour leurs vacances.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Intelligence artificielle et énergies renouvelables: un couple durable ? – EURACTIV France

L’imprévisibilité, tel est le grand défi auquel sont confrontés les énergies renouvelables. L’offre et la…

35 minutes ago

La nécessaire consolidation de l’économie verte – allnews.ch

Les investissements dans les énergies renouvelables devraient être de 1’000 à 2’000 milliards de dollars…

2 heures ago

« Dans l’après Covid, un modèle zéro carbone fera plus que jamais sens » – Le Petit Journal

Loreto Ordoñez est depuis 2011 à la tête de la filiale espagnole du groupe ENGIE…

3 heures ago

Le Mené. Trois jours de partages autour des énergies renouvelables – maville.com

Kévin Porée, ingénieur en autonomie énergétique au Mené, sera présent à la dixième édition des…

6 heures ago

Transition énergétique : investissons dans l’humain – Gazette des communes

Par les représentants du réseau des Territoires à énergie positive (Tepos) Face à la crise…

6 heures ago

DIKWE : une digue pour protéger les ports et produire de l’énergie grâce aux vagues – Meretmarine.com

Lauréat du Blue Challenge 2020 du Pôle Mer Bretagne Atlantique, DIKWE est un ingénieux projet…

7 heures ago

This website uses cookies.