L’AIE appelle à placer les énergies renouvelables au coeur des plans de relance – Trends-Tendances

Le soutien aux énergies renouvelables devra être au coeur des plans de relance post-Covid-19, a appelé mercredi l’Agence internationale de l’énergie (AIE), qui prévoit cette année un ralentissement, pour la première fois depuis 20 ans, des installations de sites et centrales.

« Après une baisse cette année, l’addition de nouvelles capacités de production d’énergie renouvelable devrait repartir en 2021, mais la stabilité en matière de politiques sera essentielle pour assurer la confiance des investisseurs », insiste l’AIE dans un rapport consacré à l’impact de la crise sanitaire sur la transition énergétique.

Bien « avant que la pandémie de Covid-19 ne frappe, le monde devait absolument accélérer, et ce significativement, le déploiement des renouvelables pour avoir une chance d’atteindre ses objectifs énergétiques et climatiques », souligne son directeur, l’économiste Fatih Birol.

« Avec les extraordinaires défis sanitaires et économiques d’aujourd’hui, les gouvernements ne doivent pas perdre de vue cette tâche essentielle de transition vers une énergie propre, pour nous permettre de sortir de cette crise sur une voie sûre et durable ».

Eolien, solaire, biomasse ou hydro-électricité… ces sources d’énergie ont, selon l’AIE, fait preuve d’une « résistance impressionnante » en ces temps de crise, et leur position continue de se renforcer.

La capacité de production d’énergie renouvelable dans le monde devrait croître de 6% en 2020.

Pour autant, si le monde disposera de 167 gigawatts (GW) de capacités de production renouvelable supplémentaires en 2020, ce sera 13% de moins par rapport au bilan des installations de 2019, selon les estimations de l’Agence, qui conseille les pays dans leur politique énergétique.

– Tous les marchés concernés –

Ce ralentissement dans la construction de sites et centrales tient aux perturbations dans la production d’équipements, aux mesures de confinement et de distanciation sociale, mais aussi de plus en plus à des blocages financiers.

En 2021, les additions de capacités devraient retrouver leur niveau de 2019, notamment grâce à deux projets de méga-barrages en Chine. Mais la croissance combinée de 2020 et 2021 resterait 10% en-deçà de ce que l’AIE avait prévu avant la crise.

Tous les marchés matures sont concernés, à l’exception des Etats-Unis où l’activité se maintient avant l’expiration prévue d’un dispositif fiscal. En Europe, après une année 2019 exceptionnelle, les installations nouvelles devraient se trouver réduites d’un tiers en 2020, la plus forte baisse annuelle constatée depuis 1996, avant une « reprise partielle » l’an prochain.

Seul l’éolien offshore devrait être épargné, du fait de temps de construction plus longs.

Pour l’AIE, les gouvernements devraient miser sur des secteurs à la fois créateurs d’emplois et sources de moindres émissions de gaz à effet de serre, avec la décarbonation des transports et du bâtiment.

« La chute continue du coût des renouvelables ne suffira pas à les protéger des incertitudes accrues par le Covid-19 », pointe M. Birol: « D’où l’importance critique de plans de relance permettant de garantir la confiance des investisseurs », ajoute-t-il, citant par exemple le risque que, face au faible coût du pétrole, des projets visant à se passer des énergies fossiles soient abandonnés.

« Après une baisse cette année, l’addition de nouvelles capacités de production d’énergie renouvelable devrait repartir en 2021, mais la stabilité en matière de politiques sera essentielle pour assurer la confiance des investisseurs », insiste l’AIE dans un rapport consacré à l’impact de la crise sanitaire sur la transition énergétique.Bien « avant que la pandémie de Covid-19 ne frappe, le monde devait absolument accélérer, et ce significativement, le déploiement des renouvelables pour avoir une chance d’atteindre ses objectifs énergétiques et climatiques », souligne son directeur, l’économiste Fatih Birol. »Avec les extraordinaires défis sanitaires et économiques d’aujourd’hui, les gouvernements ne doivent pas perdre de vue cette tâche essentielle de transition vers une énergie propre, pour nous permettre de sortir de cette crise sur une voie sûre et durable ».Eolien, solaire, biomasse ou hydro-électricité… ces sources d’énergie ont, selon l’AIE, fait preuve d’une « résistance impressionnante » en ces temps de crise, et leur position continue de se renforcer.La capacité de production d’énergie renouvelable dans le monde devrait croître de 6% en 2020.Pour autant, si le monde disposera de 167 gigawatts (GW) de capacités de production renouvelable supplémentaires en 2020, ce sera 13% de moins par rapport au bilan des installations de 2019, selon les estimations de l’Agence, qui conseille les pays dans leur politique énergétique.- Tous les marchés concernés -Ce ralentissement dans la construction de sites et centrales tient aux perturbations dans la production d’équipements, aux mesures de confinement et de distanciation sociale, mais aussi de plus en plus à des blocages financiers.En 2021, les additions de capacités devraient retrouver leur niveau de 2019, notamment grâce à deux projets de méga-barrages en Chine. Mais la croissance combinée de 2020 et 2021 resterait 10% en-deçà de ce que l’AIE avait prévu avant la crise.Tous les marchés matures sont concernés, à l’exception des Etats-Unis où l’activité se maintient avant l’expiration prévue d’un dispositif fiscal. En Europe, après une année 2019 exceptionnelle, les installations nouvelles devraient se trouver réduites d’un tiers en 2020, la plus forte baisse annuelle constatée depuis 1996, avant une « reprise partielle » l’an prochain.Seul l’éolien offshore devrait être épargné, du fait de temps de construction plus longs.Pour l’AIE, les gouvernements devraient miser sur des secteurs à la fois créateurs d’emplois et sources de moindres émissions de gaz à effet de serre, avec la décarbonation des transports et du bâtiment. »La chute continue du coût des renouvelables ne suffira pas à les protéger des incertitudes accrues par le Covid-19″, pointe M. Birol: « D’où l’importance critique de plans de relance permettant de garantir la confiance des investisseurs », ajoute-t-il, citant par exemple le risque que, face au faible coût du pétrole, des projets visant à se passer des énergies fossiles soient abandonnés.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Avesnois: aider à produire son électricité solaire, la lumineuse idée du Parc – La Voix du Nord

Le Parc naturel régional (PNR) de l’Avesnois comme on l’aime ! C’est-à-dire source de propositions pour…

19 minutes ago

Investissement: En finir avec le dogme des ratios financiers – L’Économiste

La crise du Covid-19 impose plus que jamais aux chefs d’entre­prise de se repenser. C’est…

20 minutes ago

Enerlis : l’entreprise qui accélère la transition énergétique – Magazine Décideurs

Décideurs : Qu’est ce qui a présidé à la création d’Enerlis ? Comment les enjeux écologiques sont…

2 heures ago

Enfin le vrai départ pour l’énergie hydrogène et la pile à combustible ? – Le nouvel Economiste

Il est généralement admis que les voitures électriques à batterie sont l’avenir de l’automobile. Mais…

2 heures ago

Ecoparc Catalan : visites guidées de quatre communes cet été – LE JOURNAL CATALAN

Dans le cadre du projet de développement économique du territoire Ecoparc Catalan, la Communauté Urbaine…

3 heures ago

Autoconsommation électrique : enjeux et pistes de valorisation – Cahiers Techniques du Bâtiment

Alors que les énergies renouvelables devront représenter au mois 35% du mix électrique en 2028,…

4 heures ago

This website uses cookies.