Categories: Industry News

L’après-Covid et l’après-pétrole – El Watan

Le gouvernement vient de décider cette semaine de mettre dix milliards de dollars dans un plan de relance de l’économie nationale. Un montant qui viendra s’ajouter à dix autres milliards mobilisables à tout moment, à en croire le ministre des Finances.

Ce sont donc pas moins de 20 milliards qui seront injectés pour redonner un nouveau souffle à la création de la richesse et des emplois, cette fameuse relance économique tant attendue. Le nouveau grand argentier du pays n’aura pas été plus prolixe, du moins si l’on croit ce qui est sorti du dernier Conseil des ministres qui a examiné et donné son accord à ce fameux plan.

Une relance espérée et attendue après deux décennies d’immobilisme, non moins accompagnées d’un consumérisme «à tout-va», dilapidation de précieuses ressources, de gaspillage et de corruption effrénée, comparés aux faibles retombées en matière de productivité et de rentabilité économiques. Sans parler de l’inexistence ou presque des bienfaits sociaux sur les Algériens. A l’exception somme toute des efforts fournis dans le logement à travers les programmes de l’AADL ou ceux de l’accession à la propriété, etc.

Mais là n’est sans doute pas l’essentiel, même si la question de la mobilisation des ressources demeure une préoccupation, surtout après le recours effréné, ces dernières années, à la planche à billets et la hantise de l’endettement extérieur qui a occupé l’esprit des Algériens depuis les années 1980 après le choc pétrolier. En effet, depuis 2014, avec l’effondrement des recettes pétrolières, les Algériens vivent avec la crainte de revivre un «remake» horrible et insupportable des années où la dette extérieure algérienne a explosé, avec les conséquences et les effets qu’il est inutile de rappeler.

Mais au-delà de cette question du financement de ce plan qui dans l’absolu est loin d’être négligeable, bien au contraire, elle est même déterminante pour la viabilité et la pérennité de cette relance économique, telle qu’elle est envisagée par l’Exécutif actuel. Cependant, de prime abord, il semblerait que ce dernier ait encore une fois privilégié les activités extractives minières en plus des hydrocarbures, et destinées à l’exportation, comme le zinc, le phosphate ou encore le fer, à travers le méga-projet de Gara Djebilet, dont on vantait l’importance régionale dans les années 1970 et qui s’est avéré difficilement exploitable…

Des projets exhumés donc de vieux cartons, ce qui ne peut que susciter l’impression que dans les ministères de la République on est vraiment en panne d’innovations, de conceptions nouvelles en matière d’économie et d’activités durables…

On pensait d’ailleurs à juste titre qu’avec la création d’un ministère de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, dorénavant les dirigeants regarderaient plus en direction de l’économie verte, des énergies non fossiles et du développement durable. Activités elles-mêmes créatrices de millions d’emplois et susceptibles d’attirer de jeunes entrepreneurs et qui pourraient être au centre des préoccupations du département ministériel chargé des Start-up. Hélas, ce ne sera pas cette fois que l’on songera à une telle synergie dans la perspective d’un développement durable.

On préfère encore recourir aux branchements et aux raccordements au gaz naturel et à l’électricité, obsolètes mais moins coûteux, tout en négligeant le solaire dans un pays qui bénéficie de 300 jours d’ensoleillement par an. Nos voisins tunisiens, avec moins de moyens, songent déjà à installer des centrales électriques solaires sur des lacs. Nous, depuis le projet mort-né Desertec, qui aurait fait de l’Algérie un pays producteur et exportateur d’énergie renouvelable, on préfère gaspiller ce qui nous reste d’hydrocarbures épuisables.

Post Views: 147

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Israël et EAU: l’accord de paix culmine sur des années de fréquentation secrète – News 24

Et ça ne s’est pas très bien passé. L’un des membres israéliens a tweeté avec…

4 heures ago

Nationale – Chitour appelle à la rationalisation – L’Expression

Le ministre attire l'attention sur la consommation des carburants. Conférant une importance capitale pour l'économie…

6 heures ago

Parc éolien de la Dune-du-Nord : la mise en service retardée d’un an – ICI.Radio-Canada.ca

La COVID-19 a retardé de deux mois la reprise du chantier au printemps, mais le…

8 heures ago

WeCasablanca: Un outil pour promouvoir l’attractivité – L’Opinion

La démarche engagée à cet effet entend promouvoir l’identité de la ville et surtout impliquer…

10 heures ago

Chine : hausse de la capacité des énergies renouvelables au premier semestre_French.news.cn – xinhuanet.com

BEIJING, 2 août (Xinhua) -- La Chine a connu une forte croissance de la capacité…

11 heures ago

Culture urbaine. Pour Lamzo Dia, rappeur mulhousien, « le quartier, c’est une grande force et rien d’autre » – DNA – Dernières Nouvelles d’Alsace

« Écrire, s’évader, sortir un son. C’était un challenge. Qui sera le plus chaud en freestyle ?…

13 heures ago

This website uses cookies.