Le gouvernement veut revoir les aides au photovoltaïque à la baisse – Moniteur

Afin de tenir compte de la chute des coûts de l’énergie solaire, les aides accordées à certains parcs solaires vont être revues à la baisse. Le gouvernement entend économiser 300 à 400 M€ par an.

« Il y a une rémunération excessive », fait-on valoir au gouvernement. Les doutes des opérateurs des premiers parcs photovoltaïques français subventionnés par l’Etat étaient donc bien fondés. Les aides aux parcs solaires seront en effet revues à la baisse, sur les contrats d’une durée de 20 ans, signés durant la période de 2006 à 2010.

Ces subventions sont jugées trop élevées, en comparaison à la chute drastique des coûts du photovoltaïque depuis cette époque. En 2006, les tarifs de rachat de la production solaire étaient de l’ordre de 600 euros le mégawattheure, un tarif dix fois supérieur au prix du marché actuel. Entre 2006 et 2010, les coûts ont été divisés par quatre pour les industriels du secteur.

« Une rente pour certains énergéticiens »

« Autour des années 2010, le soutien n’a pas su être réajusté en tenant compte de la chute des coûts de la filière », fait-on valoir au gouvernement. « Il y a une rente pour certains énergéticiens » et c’est devenu « un soutien au détriment du contribuable et d’autres énergies renouvelables », selon ces sources gouvernementales.

Seuls les plus gros contrats seront touchés par la révision. Les installations de moins de 250 KW environ ne seront pas concernées, afin d’épargner les particuliers, les agriculteurs ou les « petits » professionnels.


» Trouver un nouvel accord acceptable entre les parties »


Pour Daniel Bour, président d’Enerplan, « cette mesure annoncée est tout bonnement incompréhensible et inacceptable. J’ai l’impression que le gouvernement ne mesure pas la portée de cette remise en cause, qui met gravement en doute la confiance accordée à sa parole. Le choix d’annoncer cette mesure maintenant, alors que le gouvernement appelle à la mobilisation des agents économiques, dans le cadre de la transition énergétique et du plan de relance, interpelle. Toute révision d’un contrat quel qu’il soit, nécessite que les signataires négocient, pour trouver un nouvel accord acceptable par les parties. Il est encore temps de choisir cette voie, et de stopper cet amendement. Si malgré tout l’amendement était déposé, alors, j’appelle les parlementaires qui examineront cette disposition, à faire preuve de plus de discernement, au risque de créer un nouveau moratoire de fait sur les énergies renouvelables.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

La société pétrolière ATOG veut renforcer ses investissements dans les énergies renouvelables en Tunisie – Espace Manager

La société pétrolière tuniso-britannique ATOG (Anglo-Tunisian Oil & Gas) a exprimé sa volonté de développer…

10 minutes ago

Signature d’un accord pour améliorer l’efficacité énergétique dans les entreprises de conserves alimentaires – webmanagercenter

Une convention de partenariat a été signée, mardi 24 novembre, entre l’Agence nationale pour la…

1 heure ago

L’énergie dans la science-fiction : de la dépendance aux énergies fossiles aux transitions à venir – Usbek & Rica

L’intérêt d’évoquer l’énergie dans une œuvre de science-fiction est double. C’est d’abord un ressort narratif :…

2 heures ago

Equipement en énergies renouvelables : où en est la France ? – Les Échos

Publié le 25 nov. 2020 à 8:17[embedded content]>>> Lire aussi : Rénovation énergétique : les…

2 heures ago

Joe Biden nomme John Kerry, l’ancien co-artisan de l’Accord de Paris. Un espoir pour le climat ? – UP Magazine

L’ancien secrétaire d’État de Barack Obama, John Kerry, 76 ans, sera l’émissaire spécial du président…

3 heures ago

Vidéo. Dessalement de l’eau de mer, voici où en est le Maroc – Le360.ma

A ce jour, le Maroc compte 8 stations de dessalement, mais dans un contexte de…

3 heures ago

This website uses cookies.