Le journal Politis organise un débat pour « faire dialoguer social et écologie » – Médiaterre

Le 3 juin 2020, l’hebdomadaire indépendant Politis a organisé une rencontre entre le secrétaire général de la Confédération Générale du Travail, Philippe Martinez, et le président de Greenpeace France, Jean-François Julliard. En rendant visible tant leurs convergences que leurs oppositions, ce débat offre un précieux aperçu de la manière dont différents acteurs tentent aujourd’hui de s’organiser collectivement pour sortir de la crise.

« Nous ne nions pas les désaccords, mais nous nous retrouvons autour de valeurs communes et du constat que le monde ne fonctionne pas bien » affirme le président de Greenpeace. D’une manière générale, les deux intervenants appellent à ne pas céder à la croyance tendant à opposer fondamentalement les représentants d’entreprises polluantes et les défenseurs de l’environnement, ni à l’illusion que ces deux parties auraient, de fait, des différends irréconciliables. Ils s’accordent à dire que les emplois considérés comme « polluants » devraient, plutôt que de disparaître complètement, se transformer en s’adaptant aux nouvelles normes environnementales. Cela ne sera toutefois possible que par des investissements importants dans ces secteurs en vue de soutenir le coût de ces reconversions, affirme Philippe Martinez.

L’un des principaux points d’opposition entre les deux intervenants demeure la question du nucléaire. En effet, bien que reconnaissant la nécessité d’investir dans les énergies renouvelables afin de contrebalancer ses effets, la CGT continue de considérer que « le nucléaire est indispensable » tandis que Greenpeace se revendique comme purement et simplement « antinucléaire ». Toutefois, Jean-François Julliard souligne que l’organisation a désormais intégré pleinement la question sociale dans la conduite de ses actions et reconnait l’importance de prendre en compte le sort des travailleurs qui perdront leurs emplois du fait de la sortie du nucléaire : « nous avons une approche pragmatique de cette question et nous ne sommes pas favorables à ce que quiconque perde son emploi à cause de la transition écologique. L’idée est d’anticiper autant que possible, pour commencer dès maintenant à convertir des secteurs » soutient-il.

Finalement, en dépit de leurs divergences, c’est une culture de compromis qui semble s’instaurer entre ces deux parties, autorisant ainsi un dialogue constructif entre social et écologie.

[MOGED]

Pour consulter l’article : https://www.politis.fr/articles/2020/06/faire-dialoguer-social-et-ecologie-41970/

Illustration : Pixabay

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Le Japon s’engage à fermer de vieilles centrales à charbon – La Presse

(Tokyo) Le gouvernement japonais s’est engagé vendredi à étudier des mesures concrètes pour réduire sa…

21 minutes ago

Energies renouvelables : Les investissements du Maroc cités en exemple par l’ONU – Infomédiaire

Les investissements réalisés par le Maroc dans les énergies renouvelables qui permettent au Royaume de…

21 minutes ago

Energies renouvelables : Le Maroc crée une commission nationale de l’hydrogène – Infomédiaire

Une commission nationale d’hydrogène a été créée en vue de renforcer la stratégie du Maroc…

21 minutes ago

50Hertz imagine un mix 100% EnR en 2032 – GreenUnivers

(c) PixabayC’est une annonce étonnante que vient de faire le gestionnaire de réseau allemand 50Hertz.…

1 heure ago

Non à une nouvelle centrale au fioul en Guyane – Libération

Tribune. Lors de son assemblée générale du 7 mai dernier, EDF votait à 99,9 % sa «raison…

1 heure ago

Energies renouvelables : la Tunisie et l’Inde veulent renforcer le partenariat – Economiste Maghrebin

Le ministre de l’Energie, des Mines et du Transfert énergétique, Mongi Marzouk a affirmé lors…

1 heure ago

This website uses cookies.