Le Matin – Entretien avec Pedro Almagro, directeur général d’Abengoa Eau et Énergie – LE MATiN

Fortement présent au Maroc depuis plus de quatre décennies, Abengoa se concentre actuellement sur les travaux d’ingénierie et de construction dans les secteurs de l’énergie, de l’eau, de la transmission et des infrastructures. L’entreprise a pour objectif de renforcer son positionnement dans les énergies renouvelables et le dessalement, mais aussi l’hydrogène. Parmi ses grands chantiers au Maroc, l’usine de dessalement de Souss-Massa, qui, d’une capacité de 275. 000 m³/jour, sera la plus grande au monde conçue pour l’utilisation combinée de l’eau potable et de l’irrigation.

Le Matin : Pourquoi le Maroc est-il un marché stratégique pour votre entreprise ?
Pedro Almagro : Abengoa est présent au Maroc depuis plus de quatre décennies, en particulier depuis 1977. Depuis lors, notre compagnie a développé d’importants grands projets dans le pays, devenant un acteur clé dans le secteur de la transmission électrique à haut-voltage. En fait, on est l’un des constructeurs de lignes principales, avec environ 1.000 kilomètres construits et de nombreux travaux de restauration du réseau. En outre, l’entreprise a développé d’importants travaux de téléphonie mobile et de fibre optique pour les principaux opérateurs de télécommunications du pays, tout en étant responsable de la conception, de l’ingénierie et de la construction de la première usine ISCC (Integrated Solar Combined Cycle) située dans la ville d’Aïn Beni Mathar, qui produit 10% de l’électricité consommée au Maroc.
D’une superficie totale de 160 hectares, cette usine a été inaugurée le 12 mai 2010 en tant que première centrale solaire thermique en Afrique et aussi la première usine avec la technologie ISCC qui est entrée en exploitation commerciale dans le monde. La centrale, qui combine l’énergie solaire, le gaz naturel et la vapeur et est à l’avant-garde de ce type de technologie, a une capacité de 472 MW. Depuis son ouverture à ce jour, notre entreprise est également responsable de son exploitation et de sa maintenance.
Nous travaillons sur d’autres projets importants qui garantissent également la présence d’Abengoa à long terme dans le pays, comme l’usine de dessalement d’Agadir-Chtouka, qui est l’un des principaux projets d’investissement public-privé dans le pays aujourd’hui. Avec tout cela, nous pouvons dire qu’Abengoa parie sur le Maroc en tant que pays stratégique non seulement pour les connaissances et l’expérience qu’il a, mais aussi pour les perspectives de croissance qu’il nous présente sur les marchés où l’entreprise a un net avantage concurrentiel.

Quelles sont alors les nouvelles opportunités qui s’offrent à vous au Maroc ?
Comme vous le savez, Abengoa se concentre actuellement sur les travaux d’ingénierie et de construction dans les secteurs de l’énergie, de l’eau, de la transmission et des infrastructures. Tous sont des créneaux de forte croissance au Maroc, à la fois pour répondre aux besoins du pays et ceux des marchés tiers. En ce sens, de nombreux projets sont prévus dans ces domaines, que nous suivons de près pour la présentation d’offres à la fois seuls, mais aussi avec des partenaires marocains ou autres.
En ce sens, la décarbonisation du secteur de l’énergie se présente comme une grande opportunité. En effet, Il s’agit de la mise en service d’usines de production d’énergie renouvelable qui permettent la disponibilité pendant la plupart de la journée, grâce à la combinaison de différentes technologies de production et de stockage. Abengoa dispose, en plus de son savoir-faire dans les énergies renouvelables, d’une grande expérience dans l’intégration de toutes sortes de technologies de production renouvelable avec les technologies conventionnelles : thermosolaire, photovoltaïque, éolienne avec des cycles combinés, etc. Cela nous donne une longueur d’avance sur le marché.
Par ailleurs, en ce qui concerne la nécessité d’un stockage d’énergie pour permettre la gestion de l’énergie tout au long de la journée, Abengoa, en plus d’avoir de l’expérience dans le stockage de la chaleur portant sur les sels, travaille également avec le stockage dans les batteries de différentes solutions technologiques (batteries au lithium et batteries de débit). Enfin, l’entreprise travaille sur l’hydrogène depuis plus d’une décennie, en mettant en valeur le grand champ que ce vecteur d’énergie ouvre, tant pour sa génération à travers une combinaison d’énergies renouvelables, que pour sa polyvalence d’utilisations, et la possibilité de stockage et de transport. Tout cela fait de ces technologies de l’hydrogène une réalité importante déjà à l’heure actuelle, dans laquelle nous avons des références significatives, et aussi un secteur de développement décisif à l’avenir.
De même, nous considérons que le binomial de l’eau et de l’énergie (water-energy nexus) représente une grande opportunité pour le pays, car il est situé à une latitude où le changement climatique accentue le déficit de l’eau et où l’eau représente une richesse pour le développement industriel et agricole. La production d’eau douce à partir de l’eau salée, l’application des technologies d’osmose inverse les plus avancées, et leur combinaison avec l’utilisation des énergies renouvelables, est un autre point fort d’Abengoa pour se développer au Maroc.

Comment entrevoyez-vous l’avenir, surtout après la Covid-19 ?
Le Maroc a développé des politiques très positives de contrôle et de protection contre la pandémie de la Covid-19, que nous avons scrupuleusement suivies. Pour notre part, à Abengoa, dès le premier moment on a créé le Comité de crise Covid-19 qui, depuis lors, surveille quotidiennement l’impact de cette pandémie sur le personnel et l’activité commerciale. Ce comité a mis en place des mesures adaptées à la situation dans chacun des pays dans lesquels nous opérons, et nous avons également adapté tous les plans de prévention, de sécurité et de santé des projets à cette crise, permettant ainsi la continuité de l’entreprise et minimisant les risques de contagion entre les travailleurs.
D’une manière générale, cette pandémie doit avoir des conséquences qui affecteront notre mode de vie et notre travail pour l’avenir. Il est toutefois tôt pour savoir lesquelles peuvent être de nature structurelle. Toutefois, si nous pouvons dire que certaines tendances, telles que la numérisation, l’approfondissement vers une économie verte grâce à une transition énergétique plus rapide, ainsi que de nouvelles formes de commerce et d’investissement internationaux, peuvent déjà dessiner notre avenir. Quoi qu’il en soit, nous croyons que dans ces circonstances actuelles et en reconnaissant le grand défi auquel sont confrontés les gouvernements, les entrepreneurs, les travailleurs et l’ensemble de la société, nous pouvons participer activement à la lutte contre la pandémie : la sécurité et la santé au travail peuvent sauver des vies.

———————————–

Secteur de l’eau :Abengoa sur l’un des principaux projets marocains

Abengoa travaille au Maroc sur l’un de ses principaux projets dans le secteur de l’eau. C’est l’usine d’Agadir-Chtouka, qui, d’une capacité de 275.000 m³/jour et située dans la région de Souss-Massa, sera la plus grande au monde conçue pour l’utilisation combinée de l’eau potable et de l’irrigation. Il s’agit donc d’un projet unique pour deux clients, qui fournira 150.000 m³/jour d’eau potable à l’ONEE et 125.000 m³/jour d’eau pour l’irrigation, ainsi que la construction du réseau d’irrigation correspondant pour le ministère marocain de l’Agriculture. Ainsi, l’eau produite par l’usine a un double objectif : contribuer au développement du Grand Agadir (et du secteur du tourisme) à travers l’eau destinée à la consommation humaine, et sauvegarder le patrimoine naturel (et l’industrie agroalimentaire) grâce au système d’irrigation.
Tout cela a été mis en valeur de sorte que l’usine a été décernée dans la catégorie Meilleur Partenariat public-privé (Best Public-Private Partnership 2019) par l’Association internationale de dessalement (International Desalination Association). En particulier, Abengoa est responsable de l’ingénierie et de la construction du projet, qui envisage la possibilité d’augmenter la capacité de l’usine à 400.000 m³/jour et l’option de fonctionnement de l’énergie éolienne.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Le Maroc et le Malawi signent 4 accords de coopération – Infomédiaire

Le Maroc et le Malawi ont signé, à Rabat, quatre accords couvrant les domaines de…

3 heures ago

Le Matin – Jet Energy et Azelio partenaires dans un projet de 45MW au Maroc et en Afrique francophone – LE MATiN

Le marocain Jet Energy et le suédois Azelio mettent en place un projet de stockage…

3 heures ago

Signature à Rabat de quatre accords de coopération entre le Maroc et le Malawi – libération

Autres articles Le Maroc et le Malawi ont signé, samedi à Rabat, quatre accords couvrant…

3 heures ago

UE : Appel à Candidature Pour L’accélération De La Transition Verte Et L’accès à L’énergie – Ecoactu

UE : Appel à Candidature Pour L'accélération De La Transition Verte Et L'accès à L'énergie…

3 heures ago

Entretien. Reconfinement en Europe et recomposition des chaînes d’approvisionnement: quels impacts sur le Maroc? – Le360.ma

Selin Özyurt, économiste senior chez Euler Hermès-Allianz, analyse les derniers développements de la crise sanitaire…

4 heures ago

Ville nouvelle de Hassi Messaoud: le projet mis sous la tutelle du ministère de l’Habitat – Algérie Presse Service

ALGER - Le projet de réalisation la Ville nouvelle de Hassi Messaoud (Ouargla) a été…

5 heures ago

This website uses cookies.