Mauvaise nouvelle pour les ménages. L’électricité va augmenter. Le Figaro a pu consulter le résultat de la consultation de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) sur les tarifs de réseau. Ainsi, les opérateurs RTE et Enedis ont demandé une hausse annuelle de 1,4% des prix de l’électricité sur la période 2021-2024. Cela représentera en 2024 une augmentation de 50 euros de la ligne « tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité » (Turpe) pour les particuliers. La raison de cette hausse : l’accélération de la transition écologique et les investissements nécessaires en matière d’énergies renouvelables.

La hausse ne devrait néanmoins pas être aussi importante, mais plutôt comprise entre 13 et 23 euros. Cette fourchette fera l’objet d’une dernière consultation entre les opérateurs et le public, entre le 14 octobre et le 20 novembre. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) devrait rendre sa décision finale début 2021, mais cette hausse semble déjà presque actée. « Faire moins que 20 euros, ce sera compliqué. L’ampleur des investissements à venir pèsera inévitablement sur la facture. La CRE doit toutefois veiller à ce que ces hausses restent maîtrisées. Il y va de l’acceptabilité même de la transition énergétique dans son ensemble », explique au Figaro le président de la CRE, Jean-François Carenco. Le nouveau tarif doit entrer en vigueur le 1er août 2021.

>> A lire aussi – Electricité : une hausse surprise des taxes va alourdir votre facture dès 2021

Les investissements sur les 15 prochaines années d’Enedis devraient avoisiner 69 milliards d’euros, « particulièrement pour le raccordement de la production décentralisée, mais également pour moderniser le réseau existant », précise la CRE, citée par Mieux Vivre Votre Argent. Quant à RTE, les investissements devraient se situer entre 33 et 35 milliards d’euros. De quoi justifier une hausse des tarifs de l’électricité. Néanmoins, la Commission assure attacher « la plus haute importance à ce que toute hausse tarifaire soit justifiée par des hausses de coûts inévitables et limitées au strict nécessaire ».

>> A lire aussi – Solaire : Voltalia s’allie à LCL (Crédit agricole) sur l’électricité verte d’origine France