L’Ecosse peut-elle être indépendante sur le plan économique ? – Le Parisien

Une Ecosse indépendante aurait-elle les moyens de s’en sortir sur le plan économique? A en croire le gouvernement écossais, elle dispose en tout cas de solides atouts : des ressources naturelles, une main-d’œuvre hautement qualifiée, une réputation de nation innovante avec des produits et des entreprises compétitifs au plus haut niveau sur les marchés internationaux. Ce pays de 5 millions d’habitants affiche un PIB de 180,4 milliards de livres (environ 201 millions d’euros), un niveau comparable à celui du Portugal.

Loin de l’image d’Epinal d’une Ecosse cantonnée à la production de whisky (qu’elle exporte d’ailleurs significativement, en particulier vers les Etats-Unis), la nation se révèle être la destination la plus attractive du Royaume-Uni, après Londres, pour les investissements directs étrangers. Glasgow, Edimbourg et Aberdeen demeurent des pôles d’affaires importants.

L’essor du secteur des nouvelles technologies a par ailleurs contribué à faire de l’Ecosse un des pays avec le taux d’emploi (74 %) parmi les plus élevés d’Europe. Edimbourg, la capitale, déjà première ville du Royaume-Uni pour l’accueil de start-up, serait en passe de devenir la capitale européenne de la data, attirant de nombreux investissements étrangers, selon Tech Nation.

Leader mondial des énergies renouvelables

Côté ressources naturelles, l’Ecosse possède parmi les plus grandes réserves de pétrole en Europe depuis la découverte de gisements en mer du Nord dans les années 1970. Elle était d’ailleurs le premier producteur d’or noir de l’Union européenne avant le Brexit. Les énergies renouvelables sont également un secteur prolifique pour le pays qui compte 12 000 km de côtes et plus de 790 îles. Ce qui en fait techniquement le leader mondial des énergies renouvelables. L’entreprise française Total vient d’investir, avec l’entreprise SSE Renewables, 78 millions d’euros dans le projet de l’un des plus grands parcs éoliens en mer du Nord, en cours de construction.

De sérieux arguments donc. Mais cela sera-t-il suffisant pour « survivre » sans le Royaume-Uni ? Pas si simple, car Londres demeure le principal partenaire commercial de l’Ecosse. Pas moins des deux-tiers des exportations du pays ont pour destination le Royaume-Uni. Un divorce ne serait donc pas sans lourdes conséquences…

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Energie: Rossel fait passer ses journaux au «vert» – Le Soir

Le groupe de presse a fait construire, en partenariat avec Luminus, une éolienne à côté…

27 minutes ago

Total: Le PDG évoque un objectif de renouvelables plus ambitieux – La Tribune

PARIS (Reuters) - Total vise près de 100 gigawatts (GW) de capacités brutes de production…

1 heure ago

Total-Le PDG évoque un objectif de renouvelables plus ambitieux – Investir

PARIS, 27 janvier (Reuters) - Total vise près de 100 gigawatts (GW) de capacités brutes…

2 heures ago

Les futurs tarifs du photovoltaïque seraient actés – La France Agricole

Énergies renouvelables réservé aux abonnés 1 h photovoltaïque <!-- --> <!-- --> Les tarifs d’achat…

2 heures ago

Priorité aux écoles pour développer les toitures photovoltaïques à Marseille – Made in Marseille

Afin de développer la production d’énergies renouvelables à Marseille, la Ville va lancer des études…

3 heures ago

L’intelligence artificielle face au défi de la transition énergétique – JDN

Total investit massivement dans l'IA au service de l'électricité verte. C'est aussi le cas d'Enedis…

3 heures ago

This website uses cookies.