L’environnement subit déjà les effets négatifs des plans de relance – L’Echo

La pandémie a entraîné une baisse des émissions de gaz à effet de serre record dans le monde. Malheureusement, ces statistiques réjouissantes cachent un retour en arrière en matière de lutte contre le changement climatique dans de nombreux pays.

En Chine, les mesures de confinement mises en place pendant plus de deux mois ont engendré une chute de 25% des émissions de CO2. La baisse des émissions globales en 2020 sera tout simplement du jamais vu. En effet, la mise à l’arrêt de nombreux secteurs tels celui du transport et de l’industrie a permis à notre planète de respirer un peu mieux pendant quelques semaines. Il serait facile de tomber dans le panneau et de se réjouir de ces changements, mais malheureusement le déconfinement montre déjà l’envers du décor. On savait que la relance chinoise se ferait sûrement en dépit de l’Accord de Paris et en favorisant la croissance économique à tout prix. Par contre, je montre dans cet article que la Chine est loin d’être la seule a profité de la crise sanitaire pour mettre ses ambitions climatiques de côté.

Boost pour les énergies fossiles

En Chine, de nombreux projets d’ouverture de centrales à charbon ont été acceptés cette année, qui à eux seuls pourraient rajouter 40 GW de production d’énergie dans les années à venir. La production des centrales à charbon a déjà augmenté de 0,9% cette année. Le gouvernement chinois semble suivre le modèle qu’il avait utilisé après la grande récession, c’est-à-dire la croissance avant tout, sans se soucier de l’impact environnemental.

En Australie, dès le début de la pandémie, le gouvernement a encouragé l’expansion des mines à charbon, déjà planifiée depuis le début de l’année, pour combattre les pertes d’emplois.

Aux États-Unis, Donald Trump met tout en œuvre pour aider le secteur des énergies fossiles tout en délaissant celui des énergies renouvelables. En effet, l’industrie des énergies renouvelables a demandé à plusieurs reprises des aides financières spécifiques de l’État pour surmonter la crise du coronavirus, car cette dernière menace selon la SEIA, d’éliminer la moitié des emplois dans le secteur de l’énergie solaire et un tiers des emplois dans l’énergie éolienne. Malheureusement, ces demandes sont restées sans réponse et certains rapports disent que Trump s’est impliqué personnellement dans la suppression d’extensions de crédits d’impôt pour les énergies vertes, qui faisaient normalement partie du package fédéral.

Il faut absolument qu’une part importante des 11.000 milliards de dollars de crédit octroyés par les gouvernements du monde entier pour la relance économique aille dans la transition écologique.

L’Union européenne, malgré son package « Next Generation EU », dans lequel la transition climatique semble avoir une place prééminente, n’est pas innocente non plus sur le sujet. En effet, le programme de rachat de dettes revigoré par la Banque centrale européenne (BCE) pour répondre à la volatilité des marchés et à la crise économique, inclut des compagnies comme Shell, Eni et Total.

Sauver les industries polluantes

Outre sa tentative de sauver les compagnies pétrolières, le gouvernement américain a également débloqué 61 milliards de dollars pour aider les compagnies aériennes, fortement touchées par la crise. C’est le cas également pour l’Union européenne, qui sauve une compagnie aérienne après l’autre, sans peser le pour et le contre. De plus, aux États-Unis, les investissements publics visant l’infrastructure vont sûrement cibler la construction d’autoroutes ou de « pipelines ». En Chine et en Inde aussi, ce sont les projets de nouvelles autoroutes ou autres travaux publics polluants qui seront privilégiés.

Les règles environnementales assouplies

L’administration Trump s’est servie de la crise sanitaire comme distraction et en a profité pour continuer sa guerre contre l’Environmental Protection Agency (EPA) en exigeant de sa part d’assouplir une myriade de lois qui nuisaient à la performance des secteurs polluants. En effet, celle-ci se doit d’être moins « regardante » quand il s’agit des entreprises polluantes, des normes de consommation de carburant pour les véhicules, ainsi que de la qualité de l’eau aux États-Unis. De plus, l’administration Trump encourage l’exploration pétrolière et gazière (l’Australie suit le même chemin). En Chine aussi, on parle de suspendre la supervision environnementale de certaines industries pour qu’elles sortent plus facilement de la crise économique.

De nombreux experts avaient déjà annoncé la couleur au début de la pandémie: le coronavirus ne serait pas une bonne nouvelle à long terme pour l’environnement. Aujourd’hui, des mesures soi-disant prises pour lutter contre la pandémie et pour stimuler l’économie, sont les preuves de ce rapport négatif entre la pandémie et les ambitions climatiques de certains pays. Il faut espérer que ces changements nocifs soient temporaires, et que des bouleversements plus écologiques arrivent à prendre le dessus (comme la chute des revenus qui met aujourd’hui en danger l’industrie du charbon en Europe). Enfin, des crédits de 11.000 milliards de dollars vont être octroyés par les gouvernements du monde entier pour la relance économique. Il faut absolument qu’une partie importante de ce montant considérable aille dans la transition écologique, car nous n’avons ni le temps ni les moyens de mettre sur pause nos ambitions climatiques.

Par Céline Boulenger, macroéconomiste chez Degroof Petercam ©doc
admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Le gouvernement s’apprête à sabrer les aides au solaire – Le Figaro

Réservé aux abonnésLa remise en cause unilatérale de contrats par l’État pourrait provoquer de graves…

44 minutes ago

Hydrocarbures : « Les réserves confirmées sont en recul mais il existe d’autres moyens » (Attar) – Algérie Eco

« Les réserves confirmées sont en recul mais il existe d’autres moyens, d’où l’impératif d’adopter une…

44 minutes ago

Le « bâtiment du futur » passera par les réseaux… et par la cyber-sécurité – Batiactu

En raison de la pandémie de coronavirus - et encore plus avec le reconfinement qui…

2 heures ago

Mersen : CA du Troisième Trimestre 2020 – Zonebourse.com

COMMUNIQUE DE PRESSE MERSEN : CHIFFRE D'AFFAIRES DU 3EME TRIMESTRE 2020 EN AMELIORATION PAR RAPPORT…

3 heures ago

Une tuile solaire fabriquée à Châtellerault – Info-éco

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili est venue le constater, jeudi 15 octobre,…

4 heures ago

Séoul espère atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 – Le Monde de l’Energie

Le président sud-coréen Moon Jae-in a promis mercredi que son pays ferait tout pour atteindre…

4 heures ago

This website uses cookies.