Categories: Industry News

Les astronomes font leur auto-critique climatique – Le Temps

Ils contemplent les étoiles, mais n’oublient pas de se regarder dans le miroir. Dans une série d’articles publiés dans le journal Nature Astronomy le 10 septembre dernier, des astronomes ont fait leur auto-critique en étudiant les émissions de dioxyde de carbone (CO2) causées par leur activité. Celle-ci est loin d’être négligeable.

Les principales sources d’émissions diffèrent d’un endroit à l’autre. Dans la première étude menée en Australie, Adam Stevens de l’Université de Western-Australia pointe du doigt la consommation électrique des superordinateurs qui traitent les données recueillies par les astronomes. Sur un total de 37 tonnes de CO2 par an liées aux activités astronomiques, 22 seraient dues à leur utilisation.

En Allemagne, l’Institut Max Planck d’astronomie (MPIA) a conclu que chacun de ses employés était à l’origine de 18 tonnes de CO2 chaque année, mais cette fois, ce sont les voyages professionnels qui sont les premières causes de pollution. Au Canada-France Hawaii Telescope (CFHT) au sommet du Mauna Kea ce sont les équipements du télescope qui consomment énormément: 16 tonnes de CO2 par employé et par an.

Pas plus de 2,7 tonnes de CO2 par individu

Les montants sont loin d’être astronomiques, surtout comparés à la pollution générée par les industries pétrolières par exemple. Mais alors que l’Accord de Paris recommande de ne pas dépasser les 2,7 tonnes de CO2 par individu par an, force est de constater que les astronomes sont loin du compte. A titre de  comparaison, un Suisse émet en moyenne 14 tonnes par an, soit 14 allers-retours Genève New York.

C’est ce qui a poussé les auteurs de ces différents articles à se pencher sur la question. «Nous voulions montrer l’exemple, précise Adam Stevens. Chaque industrie pollue et la nôtre ne fait pas exception. Nous devons trouver le meilleur moyen de réduire cette contribution au changement climatique.»

Une prise de conscience accompagnée de propositions de solution, certaines ayant déjà été mises en place récemment de manière un peu brusque: «Le confinement nous a forcés à nous rendre compte que dans bien des cas, les déplacements n’étaient pas forcément nécessaires», confie Faustine Cantalloube, chercheuse française au MPIA. Cloués au sol, les chercheurs de l’institut allemand en ont profité pour revoir leur politique et doivent désormais indiquer le coût carbone et l’intérêt scientifique de leur déplacement pour obtenir le feu vert.

En tant que chercheurs, nous sommes impliqués. Nous ne pouvons pas faire comme si nous ne voyions pas le problème

Nicolas Flagey, auteur d’un étude sur les émissions de CO d’un télescope hawaien

Les conférences virtuelles deviennent la norme, avec des avantages pas seulement écologiques, selon Faustine Cantalloube: «C’est beaucoup plus inclusif avec davantage de place laissée aux jeunes chercheurs et aux instituts qui ne peuvent pas se payer de tels voyages. Cela donne la parole à plus de gens.» Même les activités de recherches peuvent s’effectuer à distance: «A l’observatoire européen austral, 30% de nos observations se font à distance via des salles de contrôles», détaille Julien Milli, co-auteur d’une des études qui a passé sept ans dans ce complexe au Chili.

Les astronomes étant nombreux à utiliser des instruments nocturnes, l’énergie solaire n’est pas toujours une option pour eux. Pour Nicolas Flagey, auteur de l’étude sur le télescope hawaien, «nous sommes dépendants des énergies fossiles, difficile d’installer des panneaux solaires sur le dôme de l’observatoire! Donc nos équipements consomment beaucoup d’énergies fossiles.»

Et les autres disciplines?

Son observatoire a toutefois réussi à faire diminuer de 90% la consommation des bureaux, désormais alimentés par l’énergie solaire. Même schéma en Australie où depuis la publication de ces articles, deux superordinateurs sont passés à 100% à l’énergie renouvelable. Tous les chercheurs interrogés assurent avoir eu des retours très positifs sur ces articles qui ne cherchent pas à remettre en cause l’activité des astronomes, mais avant tout à identifier les problèmes pour trouver des solutions.

«En Suisse, c’est un sujet qui est de plus en plus présent depuis quelques années, assure Emeline Bolmont de l’Observatoire de Genève. Nous avions déjà créé un groupe de travail dédié au développement durable et nous prenons des mesures à notre échelle locale. Mais ces papiers peuvent encourager une approche plus globale.»

Les auteurs espèrent aussi déclencher des réactions similaires parmi les autres disciplines scientifiques. «En tant que chercheur, conclut Nicolas Flagey, nous sommes impliqués. Nous ne pouvons pas faire comme si nous ne voyions pas le problème.»

Lire aussi: Le CERN fait son examen de conscience écologique

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Perspectives des titres d’infrastructure – allnews.ch

Les investissements accrus dans les infrastructures soutiennent la reprise dans le monde entier. Sur les…

37 minutes ago

Barbara Pompili : « Nucléaire ou renouvelables, nous devons avoir plusieurs options » – Le Monde

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, à Paris, le 25 janvier 2021. ED ALCOCK…

1 heure ago

2020, année historique pour les énergies renouvelables – Moustique

38%. C'est la part des énergies renouvelables dans la production d'électricité en Europe en 2020,…

2 heures ago

En 2020, les énergies renouvelables ont détrôné les combustibles fossiles – EURACTIV France

Les énergies renouvelables ont généré 38 % de l’électricité européenne en 2020, contre 37 %…

2 heures ago

Europe : les énergies renouvelables ont dépassé les fossiles en 2020 26/01/2021 – ID, L’info Durable

En 2020, la production électrique européenne a fait la part belle aux énergies renouvelables. Pour la première…

2 heures ago

This website uses cookies.