Categories: Industry News

Les géants verts – PAPERJAM

Jeff Bezos n’a pas eu le choix. Même à la tête d’une fortune estimée à 164,5 milliards de dollars, l’homme le plus riche de la planète a dû céder… à ses employés. Après une première lettre ouverte, en avril 2019 , signée par 8.702 d’entre eux, 357 employés ont remis le couvert, en janvier , en réclamant au conseil d’administration d’entrer dans une nouvelle logique.

Pour la première fois de son histoire, cette semaine, Amazon a publié son rapport «Amazon Sustainability» avec un engagement fort: être neutre d’un point de vue carbone en 2040, 10 ans avant la date butoir des accords de Paris, et avec un nouvel outil, un fonds doté de 2 milliards de dollars pour investir dans des initiatives vertes.

Le plan prévoit d’utiliser 100% d’énergies renouvelables en 2025, de rendre neutres les envois de colis, avec un but intermédiaire de 50% d’ici 2030, et d’acheter 100.000 véhicules électriques, la plus grosse commande jamais passée pour une société privée,  auprès de l’américaine Rivian… dans laquelle elle avait déjà investi 440 millions de dollars . Elle a déjà lancé 91 projets mondiaux d’énergies renouvelables, 31 projets éoliens et solaires à l’échelle des services publics, 60 systèmes solaires sur site et collaboré avec plus de 1.000 fournisseurs de produits, eux-mêmes engagés dans une nouvelle démarche.

Amazon va commander 100.000 véhicules électriques de livraison à une start-up à laquelle elle a déjà apporté 400 millions de dollars en capital l’an dernier. La R1S (photo) est un des deux modèles de cette société. (Photo: Rivian)

Emporté par son élan, Jeff Bezos est même allé jusqu’à acheter les droits intellectuels du stade de Seattle, siège de la compagnie, pour le rebaptiser «Climate Pledge Arena», annonce-t-il sur son compte Instagram.

Google, la pionnière

En 2017, lorsque Google a atteint pour la première fois 100% d’énergies renouvelables (2.700MW dont 2.000MW d’éolien), Amazon en était à peine à la moitié (1.200MW). Les Gafam occupaient les quatre premières places (Google, Amazon, Microsoft, Apple), tandis que Facebook était sixième, derrière le ministère américain de la Défense.

Première à s’engager sur ce terrain dès 2009, Google s’est retrouvée parmi les acheteurs d’électricité sur les marchés de gros dès l’année suivante, avant de se heurter à un problème: l’absence d’offre, qui a obligé la société de technologie à investir elle-même partout dans le monde pour répondre à son propre besoin .

Mais la société qui cherche à s’implanter à Bissen est engagée dans une autre guerre, celle de l’eau. «Les centres de données ont consommé environ 626 milliards de litres d’eau pour refroidir leurs serveurs à vrombissement et alimenter leurs installations en 2014, selon le laboratoire national Lawrence Berkeley du département de l’Énergie. D’ici 2020, la consommation annuelle d’eau pourrait atteindre environ 660 milliards de litres», écrit Mashable sur le sujet. L’augmentation n’est pas spectaculaire par rapport au développement de l’activité parce que tous les gestionnaires de data centers travaillent sur toutes les technologies de refroidissement disponibles et sur toutes les sources, que ce soit l’eau de pluie, l’eau souterraine ou l’eau de récupération d’autres industriels.

Eau souterraine à New York, eau de mer en Finlande et eau des canaux industriels en Belgique viennent s’ajouter à deux technologies, les Nets, qui permettent d’économiser 15% d’eau dans le refroidissement, et l’intelligence artificielle, qui pousse même l’économie jusqu’à 40%. Le chiffre devrait évoluer, assurent les experts de Google, parce que DeepMind progresse au fur et à mesure .

Apple face à d’autres défis

Apple a rejoint dès 2016 le RE100 , une organisation de 100 sociétés désireuses de devenir plus vertueuses. Deux ans plus tard, la marque à la pomme avait atteint, pour la première fois, la neutralité carbone, et elle devrait devenir, cette année, excédentaire dans sa production d’énergie verte, par l’intermédiaire de sa cinquantaine de fournisseurs.

En 2018, elle a annoncé participer à une initiative chinoise, le China Clean Energy Fund , à hauteur de 300 millions de dollars.

Mais elle reste confrontée à d’autres problématiques: le recyclage de ses appareils. Au rythme d’une nouvelle gamme par an, au prix de plus en plus élevé pour en faire un produit de plus en plus exclusif, le marché du secondaire ne sait plus quoi faire de ses smartphones. Selon un rapport du Sénat français, sorti cette semaine, 40% de l’empreinte carbone de la planète sont dus aux appareils . Dans une troisième bataille, celle de l’accès aux matériaux rares, Apple a commencé à tenter de récupérer les matériaux des anciens smartphones pour les utiliser dans les nouveaux.

Et Facebook a pris du retard

Autant de développements que les rapporteurs du Sénat français ont réussi… à rater. Car Amazon, Apple et Google ont tous reçu la meilleure note du CDP , une ONG britannique qui met la pression sur des centaines de sociétés dans le monde chaque année concernant les questions environnementales.

Un seul des géants n’a pas obtenu de «A»… Facebook.

Là où les autres sont déjà passés à 100% d’énergies renouvelables, Facebook prévoit de parvenir à 75% cette année et s’est engagée à ce que chaque nouveau data center soit neutre «by design». Le réseau social a aussi déjà agi sur les autres émissions et sur l’eau, à l’instar de ce que font ses rivaux.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Orange signe avec Boralex son premier contrat long terme d’électricité renouvelable en France – Economie – L’Usine Nouvelle

Le groupe Orange a annoncé le 7 juillet 2020 avoir signé avec le fournisseur canadien…

25 minutes ago

Électricité verte: Orange signe un contrat d’achat avec Boralex – Le Monde de l’Energie

Orange a signé un contrat avec Boralex pour se fournir directement en électricité renouvelable auprès…

1 heure ago

9 centrales solaires citoyennes s’installent sur les toits de la ville de Paris – notre-planete.info

Le financement participatif de centrales solaires a le vent en poupe, de plus en plus…

1 heure ago

Energies renouvelables : Ørsted et TSMC signent le plus grand accord d’achat au monde – Infomédiaire

Le développeur énergétique danois Orsted a annoncé, ce mercredi, la signature avec la compagnie taiwanaise…

1 heure ago

Le Pacte vert est-il compatible avec le Traité de Lisbonne et la Charte de l’Énergie ? – The European Scientist FR

Malgré la COVID-19, nombreux sont ceux à Bruxelles – y compris une alliance pour la…

2 heures ago

Orange signe un Contrat d’Achat d’Électricité renouvelable en France avec Boralex – orange.com

Ce Corporate PPA signé entre Orange France et Boralex est le premier contrat d’achat d’électricité…

2 heures ago

This website uses cookies.