Pékin et Bruxelles proches d’un accord sur les investissements – Journal La Croix

Il est sur la table des négociations depuis 2013 : l’accord entre la Chine et l’Union européenne sur les investissements serait sur le point d’être conclu, à en croire les signaux donnés ces dernières semaines par les représentants des deux parties.

Les deux parties s’étaient données jusqu’à la fin de l’année pour conclure un accord. « Ce projet de traité découle de frustrations, explique Jean-François Di Meglio, président de l’institut de recherche Asia Centre. La Chine avance qu’elle ne peut pas investir en Europe comme elle le souhaite et les Européens sont limités ou bloqués dans leurs investissements en Chine. »

→ À LIRE. Le commerce entre la Chine et l’Union européenne sous tension

L’Union européenne estime que son marché est déjà largement ouvert et voit dans cet accord une façon de rééquilibrer les relations. Dans un rapport rendu le 10 septembre 2020, la Chambre de commerce de l’Union européenne en Chine pointait du doigt les barrières à l’investissement dans le pays : transferts de technologie imposés, limitation ou interdiction des investissements dans certains domaines, subventions accordées largement aux entreprises publiques chinoises, qui faussent la concurrence.

« La Chine demande accès à plusieurs secteurs : infrastructures portuaires, énergies renouvelables ou encore télécoms, explique François Godement, historien et conseiller pour l’Asie à l’institut Montaigne. L’Europe a finalement davantage de revendications que la Chine ».

Accès aux énergies renouvelables

Peu d’éléments ont fuité sur les concessions accordées par les deux parties. L’une comme l’autre ont toutefois un intérêt à conclure l’accord avant l’échéance du 31 décembre 2020. L’Allemagne, qui a pris la présidence du conseil européen pour la période du deuxième semestre 2020, avait fait de cette signature l’une de ses priorités. « Il y a une dimension symbolique pour Berlin de parvenir à la conclusion d’un accord », analyse Jean-François Di Meglio.

Pour le président Xi Jinping, la signature d’un accord sino-européen marquerait un signal fort envoyé par la Chine au futur président américain, Joe Biden, avant son investiture le 21 janvier 2021. « Pékin a intérêt à faire un coup politique, davantage qu’économique d’ailleurs, explique Philippe Le Corre, chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique. Il y a une concurrence stratégique entre la Chine et les États-Unis dans le monde. La Chine met en garde sur le fait qu’elle a des moyens de réagir et de contrebalancer la puissance américaine ». Autrement dit, il s’agit de montrer qu’elle n’est pas isolée.

« Xi Jinping a besoin de minimiser la possibilité de coopération entre Européens et Américains, abonde François Godement. Cela semble mener la Chine à faire des concessions dans les négociations ».

Mécanisme d’arbitrage

Reste à voir comment l’accord se traduira dans les faits. La question de l’acceptation par la Chine d’un mécanisme d’arbitrage en cas de litiges, et donc de possibles sanctions commerciales, reste par exemple en suspens. « Ce projet de traité n’a pas pu être préparé dans des conditions normales. Il devait y avoir des rencontres physiques ces six derniers mois pour se pencher sur les détails, cela n’a pas été le cas », explique Jean-François Di Meglio. À ses yeux, un accord sans le règlement de ces détails serait « essentiellement symbolique ».

Cette mise en pratique s’avère d’autant plus délicate que les Européens espèrent également obtenir des engagements de la Chine en matière d’environnement et de respect du droit du travail international. La question du travail forcé des Ouïghours et des Tibétains cristallise les tensions. « L’Union européenne pourrait demander un droit de regard sur les conditions de travail en Chine, propose Jean-François Di Meglio. Mais Pékin n’accepte pas de regard extérieur, que ce soit sur ce sujet comme sur le plan environnemental. »

Parlement européen

En cas d’accord, celui-ci devra également passer la barrière du vote du Parlement européen. Les députés ont voté une résolution demandant à la Chine de « mettre un terme aux dispositifs de travail forcé et aux incarcérations de masse des minorités ethniques ». Lundi 21 décembre, c’est la diplomatie européenne qui a demandé au pays la « libération immédiate » de l’avocate Li Yuhan et de plusieurs autres défenseurs des droits humains.

« Il est difficile de prédire la position du Parlement européen. Sur le plan des droits de l’homme, il a une longue histoire de vote de résolutions qui sont peu suivies d’effets », analyse François Godement. La différence étant que les députés européens doivent désormais ratifier les traités négociés par la Commission européenne. « En tout cas, il y aura une bataille sur la ratification ».

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Total émet 3 milliards d’euros d’obligations pour intensifier l’inclusion du renouvelable dans son portefeuille – Agence Ecofin

(Agence Ecofin) - La transition énergétique est actuellement au cœur de la politique des géants…

34 minutes ago

[Emploi] Ils recrutent en 2021 : CVE cherchent 60 talents dans les énergies renouvelables – Gomet’

CVE accélère encore. Le groupe basé à Marseille dispose après des levées de fonds successives…

3 heures ago

Pétrole : comment investir en Bourse à l’aube d’un nouveau monde ? – Le Revenu

La crise sanitaire et le changement climatique forcent l’industrie pétrolière à se réinventer. En Bourse,…

4 heures ago

Entrepreneuriat: Le cluster solaire réactive son incubateur vert – L’Économiste

Encourager l’émancipation des startups opérant dans le secteur des énergies renouvelables et des Green Technologies.…

4 heures ago

Pétrole et gaz : Les hydrocarbures continueront d’être la principale énergie du monde dans le prochain quart d – Afrimag

Alors que les énergies renouvelables ont le vent en poupe, il leur faudra encore du…

9 heures ago

Colloque 2021: Propulser nos énergies renouvelables, Relancer notre économie – Le Maitre Papetier

Cet évènement est le rendez-vous incontournable de l’industrie des énergies renouvelables. L’atteinte des cibles climatiques…

11 heures ago

This website uses cookies.