Royaume-Uni – Un nouveau pas vers la sortie du charbon – Tribune de Genève

La fermeture de la mine de Bradley génère réjouissances chez les défenseurs de l’environnement mais inquiète certaines entreprises, notamment Banks Group.

La fin de vie de Bradley a été saluée par les défenseurs de l’environnement, notamment de la part d’Extinction Rebellion, pour empêcher le maintien du site jusqu’en 2021.

AFP

Au nord de l’Angleterre, la mine de Bradley, près de Durham, est l’une des dernières du pays. Elle a cessé son activité cette semaine, peu après les sites de Shotton et Brenkley, affiliés au même propriétaire, Banks Group, qui déplore «la fermeture de la dernière mine de charbon en Angleterre», et affirme que jusqu’à 250 emplois sont menacés. Une avancée qui pourrait être retardée par plusieurs projets d’extraction destinés aux aciéries et cimenteries.

Une page se tourne

La fin de vie de Bradley a été saluée par les défenseurs de l’environnement après des mois de pressions et des manifestations, notamment de la part d’Extinction Rebellion, pour empêcher le maintien du site jusqu’en 2021 comme l’a demandé en vain par Banks Group aux autorités britanniques.

Celles-ci mettent en avant que le site de Hartington, également dans le nord de l’Angleterre près de Sheffield, subsiste encore même si son envergure n’est pas comparable avec ceux de Banks, et qu’il reste quelques petites mines souterraines ailleurs en Angleterre.

Quelques mines demeurent également «au Pays de Galles et en Écosse», fait valoir un porte-parole de Banks Group. C’est néanmoins une page qui se tourne dans un pays où l’extraction de la houille remonte à l’époque romaine et où plusieurs dizaines de sites étaient encore opérationnels au début des années 2000.

Urgence climatique

Face à l’urgence climatique, le Royaume-Uni a décidé l’arrêt définitif du charbon pour produire de l’électricité à horizon 2025, et les centrales utilisant cette ressource s’y comptent désormais sur les doigts d’une main.

Paul Etkins, professeur d’économie à l’université UCL, souligne aussi qu’avec la montée en force des énergies renouvelables qui représentent «presque 40% de l’électricité britannique» et dont le coût a fortement baissé, «les mines de charbon à usage thermique ferment parce qu’elles ne sont plus rentables».

«Nous sommes extrêmement proches de la fin du charbon pour produire de l’électricité au Royaume-Uni et la fermeture progressive des centrales thermiques à charbon fonctionne», renchérit Isobel Tarr, l’une des responsables de l’association écologiste Coal Action, interrogée par l’AFP.

Toutefois, cela ne concerne pas «le charbon destiné à produire du ciment ou de l’acier et les entreprises (minières) essaient de faire la transition vers ces industries», remarque-t-elle.

Politiquement chargé

Plusieurs projets de nouvelles mines à ciel ouvert sont ainsi en cours de validation par les autorités, comme celui de Highthorn, également porté par Banks Group. Un autre est combattu vigoureusement par les écologistes à Woodhouse Colliery, dans le comté de Cumbrie au nord-ouest du pays, qui serait la «première mine de charbon en profondeur bâtie en 40 ans au Royaume-Uni».

Le sujet est politiquement chargé, entre les emplois en jeu en pleine récession pour une administration qui a promis un coup de pouce aux régions, et les engagements climatiques du gouvernement, qui vise la neutralité carbone à horizon 2050. Banks Group fustige des décisions qui traînent et affirme que ne pas autoriser ces chantiers au Royaume-Uni entraîne plus d’importations polluantes de pays lointains comme les États-Unis ou la Russie.

Des alternatives à trouver

Un argument contesté par Paul Etkins, qui fait valoir que les émissions de CO2 dues au transport du charbon sont minimes comparé à celles de sa combustion.

Pour Isobel Tarr, il n’y aura pas de fin du charbon en Grande-Bretagne sans «vision audacieuse pour passer à la production d’acier et de ciment propre et (…) empêcher l’ouverture de nouvelles mines».

Les associations comme Coal Action ou Green Alliance affirment notamment qu’il est possible de produire de l’acier avec moins de charbon, notamment en recyclant l’acier, en modernisant les fonderies pour les rendre plus efficaces en énergie ou grâce à des techniques innovantes utilisant le gaz naturel ou l’hydrogène.

ATS/NXP

Publié aujourd’hui à 08h20

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Energies renouvelables : chargé à bloc, CVE veut poursuivre sa diversification – Nouvelles Publications

le 24 septembre 2020 - Caroline DUPUY - Economie CVE - La société basée à…

28 minutes ago

Intelligence artificielle et énergies renouvelables: un couple durable ? – EURACTIV France

L’imprévisibilité, tel est le grand défi auquel sont confrontés les énergies renouvelables. L’offre et la…

1 heure ago

La nécessaire consolidation de l’économie verte – allnews.ch

Les investissements dans les énergies renouvelables devraient être de 1’000 à 2’000 milliards de dollars…

3 heures ago

« Dans l’après Covid, un modèle zéro carbone fera plus que jamais sens » – Le Petit Journal

Loreto Ordoñez est depuis 2011 à la tête de la filiale espagnole du groupe ENGIE…

4 heures ago

Le Mené. Trois jours de partages autour des énergies renouvelables – maville.com

Kévin Porée, ingénieur en autonomie énergétique au Mené, sera présent à la dixième édition des…

6 heures ago

Transition énergétique : investissons dans l’humain – Gazette des communes

Par les représentants du réseau des Territoires à énergie positive (Tepos) Face à la crise…

7 heures ago

This website uses cookies.