RTE se voit en chef d’orchestre de la transition énergétique – Les Échos

Publié le 9 oct. 2020 à 6:27

Tout juste nommé à la présidence du directoire du réseau de transport d’électricité haute tension RTE, Xavier Piechaczyk doit se mettre en mode gestion de crise. « RTE repasse en plan de continuité d’activité dans les zones où la circulation du virus est la plus forte. Cela implique un mode d’organisation du travail plus rigoureux pour les salariés dont la fonction est vitale pour le réseau électrique, les dispatcheurs par exemple », explique l’ex-directeur général adjoint de RTE qui en a pris les rênes début septembre.

Inédit, ce contexte place aussi RTE – qui réalise l’équilibre entre offre et demande d’électricité -, sous une forte pression car quasiment jamais la production d’électricité nucléaire n’aura été aussi faible. « En juin, nous pensions que tout l’hiver serait difficile mais grâce aux efforts d’EDF dans sa production nucléaire, la période la plus tendue se concentre entre le 15 novembre et noël », explique Xavier Piechaczyk.

La transition énergétique comme terrain de jeu

Pour RTE, cette situation préfigure aussi ce qu’il pourrait avoir à gérer dans les années à venir, puisque la feuille de route énergétique du gouvernement prévoit une baisse importante de la part du nucléaire dans la production électrique française. « La transition énergétique est notre unique horizon et elle va être notre terrain de jeu », pointe Xavier Piechaczyk.

Pour le nouveau patron de RTE, le réseau de transport est davantage un acteur essentiel de cette transition qu’un de ses rouages. C’est de fait le gestionnaire de réseau qui doit raccorder les nouveaux moyens de production comme les éoliennes qui viendront s’installer au large des côtes françaises. Mais RTE tient aussi un rôle « d’éclaireur des politiques publiques et d’optimisateur », explique Xavier Piechaczyk.

Une transition énergétique qui coûte cher

Dans les prochaines semaines, RTE doit publier une étude réalisée avec l’agence internationale de l’énergie pour déterminer si oui ou non un réseau électrique peut fonctionner avec 100 % – ou presque – d’énergies renouvelables. Et l’été prochain, à moins d’un an de l’élection présidentielle, RTE viendra pointer, dans un autre rapport très attendu, les avantages et les inconvénients de la construction (ou non) de nouveaux réacteurs nucléaires en France.

Mais Xavier Piechaczyk veut aller plus loin : « Il faut que nous fassions monter en puissance notre rôle d’optimisateur. La transition énergétique aura un coût, tant sur le plan économique qu’environnemental et sociétal. RTE doit proposer des solutions pour minimiser l’empreinte du réseau de transport mais aussi du mix électrique français », affirme-t-il.

« Il faut bien sûr que le réseau soit au rendez-vous, qu’il y ait des lignes pour transporter l’électricité produite par les nouveaux moyens de production mais nous devons aussi améliorer la pilotabilité du système », plaide Xavier Piechaczyk.

Garantir à la collectivité des investissements à bon escient

Pour cela, il mise sur des innovations technologiques. Sur des outils qui permettent de mesurer l’intensité sur les lignes électriques afin d’y faire passer plus d’électricité quand cela est possible ou encore sur des outils qui permettent de réduire la production des éoliennes ou autres panneaux solaires lorsque cela est nécessaire.

« Le réseau de transport ne doit pas être dimensionné pour la pointe. On estime que l’utilisation « d’automates de zones » pour écrêter la production d’environ 200 heures de production d’énergies renouvelables par an permettrait d’économiser 7 milliards d’investissements dans le réseau de transport », détaille Xavier Piechaczyk.

« Quand on dispose d’un mix électrique comme celui de la France, il faut un chef d’orchestre qui garantisse à la collectivité que l’ensemble de ses investissements dans son système électrique est exploité le mieux possible. Cette mission est parfaitement dans nos gènes », fait valoir Xavier Piechaczyk.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Le Maroc et le Malawi signent 4 accords de coopération – Infomédiaire

Le Maroc et le Malawi ont signé, à Rabat, quatre accords couvrant les domaines de…

2 heures ago

Le Matin – Jet Energy et Azelio partenaires dans un projet de 45MW au Maroc et en Afrique francophone – LE MATiN

Le marocain Jet Energy et le suédois Azelio mettent en place un projet de stockage…

2 heures ago

Signature à Rabat de quatre accords de coopération entre le Maroc et le Malawi – libération

Autres articles Le Maroc et le Malawi ont signé, samedi à Rabat, quatre accords couvrant…

3 heures ago

UE : Appel à Candidature Pour L’accélération De La Transition Verte Et L’accès à L’énergie – Ecoactu

UE : Appel à Candidature Pour L'accélération De La Transition Verte Et L'accès à L'énergie…

3 heures ago

Entretien. Reconfinement en Europe et recomposition des chaînes d’approvisionnement: quels impacts sur le Maroc? – Le360.ma

Selin Özyurt, économiste senior chez Euler Hermès-Allianz, analyse les derniers développements de la crise sanitaire…

4 heures ago

Ville nouvelle de Hassi Messaoud: le projet mis sous la tutelle du ministère de l’Habitat – Algérie Presse Service

ALGER - Le projet de réalisation la Ville nouvelle de Hassi Messaoud (Ouargla) a été…

5 heures ago

This website uses cookies.