Sur initiative des EAU et de l’ONUDI un Sommet mondial pour l’industrie et la fabrication – Hespress Français

Le Sommet mondial pour l’industrie et la fabrication, une initiative conjointe entre les Emirats arabes unis et l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel « ONUDI », a démarré ce vendredi sa 3è session en conférence virtuelle et se poursuivra jusqu’à demain samedi 5 septembre. A cette effet, une série de dialogues hypothétiques, sont organisés sous le titre « Mondialisation locale : des chaînes de valeur mondiales plus durables et inclusives ».

L’événement rassemble une centaine d’experts de haut niveau du monde entier, chefs de file de l’industrie des secteurs public et privé pour discuter l’avenir du secteur industriel et l’impact des crises inattendues sur les chaînes de valeur mondiales, mettant en évidence les technologies et le rôle de la quatrième révolution industrielle dans la récupération des activités économiques et sociales des sociétés mondiales post-Corona. Les participants au sommet discuteront du rôle de l’utilisation des technologies de la quatrième révolution industrielle pour construire des chaînes de valeur mondiales plus résilientes et contribuer au relèvement et à la prospérité post-pandémique.

Parmi les sujets qui seront abordés dans la série de dialogues virtuels, comment maintenir la santé et la sécurité de la main-d’œuvre en temps de crise mondiale, les problèmes liés à la cyber sécurité avec l’utilisation croissante des plateformes de commerce électronique et des plateformes de communication directe via Internet, et l’exploitation de l’intelligence artificielle afin de faciliter la prise de décisions ainsi que l’utilisation des robots dans les usines pour protéger la main-d’œuvre de l’exposition aux risques pour la santé, et intégrer la technologie de l’Internet des mégadonnées pour surveiller l’épidémie et sa propagation.

Outre le rôle des femmes dans le secteur industriel, le sommet portera également sur, la sûreté et la sécurité industrielles et les indicateurs de performance industrielle qui mesurent celle des entreprises et des gouvernements en fonction de leur engagement envers l’environnement, la responsabilité sociale, la gouvernance et les futurs leaders du secteur industriel.

António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies qui a ouvert le sommet mondial pour l’industrie et la fabrication, a souligné la question cruciale du renforcement de l’emploi des technologies de la quatrième révolution industrielle pour accélérer le processus de reprise après les répercussions de l‘épidémie de Corona. Le SG de l’ONU a également mis l’accent sur les nombreux défis qui ont accompagné l’épidémie et sur le rôle que la transformation numérique et l’énergie propre peuvent jouer pour façonner un nouvel avenir plus inclusif, durable et prospère.

« L’ampleur de la dépendance mondiale vis-à-vis des produits industriels peut être perçue à travers les perturbations causées par le manque d’approvisionnement vital et la perturbation des chaînes de valeur mondiales en raison de l’épidémie du coronavirus et avec les nombreux effets négatifs de l’épidémie, elle a contribué à un bond en avant dans la transformation numérique dans les secteurs. Éducation, travail et communication », a-t-il dit.

Et de poursuivre: « Grâce à la technologie, nous avons pu, poursuivre notre travail, améliorer l’efficacité, renforcer la sécurité dans le secteur industriel et mettre en place des infrastructures vitales ». Le SG a ajouté, « Nous devons nous assurer que les technologies numériques ne contribuent pas à augmenter le taux de chômage des femmes ou à aggraver le fossé économique entre les pays ».

Puis à propos de l’utilisation croissante des énergies renouvelables et de la nécessité de réduire les émissions de carbone, il a estimé que «les technologies vertes peuvent contribuer à réduire les émissions de gaz nocifs de plus de 70%. A l’heure actuelle, la production d’énergie à partir de sources renouvelables est moins coûteuse que la production à partir de combustibles fossiles. Le secteur industriel a pris des mesures rapides et ambitieuses qui contribueront à réduire les émissions de carbone dans une large mesure d’ici 2050 ».

Pour sa part, Dr Sultan bin Ahmed Al Jaber, ministre émirati de l’Industrie et des Technologies avancées, a souligné que les Emirats Arabes Unis poursuivent leur vision du leadership avisé pour se concentrer sur l’utilisation de la technologie moderne pour renforcer la croissance des industries nationales, améliorer sa compétitivité et renforcer sa contribution à l’augmentation de la valeur ajoutée locale et à la diversification de l’économie.

« En reconnaissance de l’importance du rôle de la technologie dans la promotion de la croissance du secteur industriel, la direction avisée des Émirats arabes unis a créé un ministère de l’Industrie et des Technologies de pointe, dont les principales tâches consistent à développer les industries nationales, à accroître la flexibilité et la compétitivité, à renforcer la valeur ajoutée locale et à contribuer à l’accélération de la diversification économique. Il est au cœur des missions du ministère, dont il s’efforcera de profiter pour améliorer la performance industrielle et favoriser une meilleure intégration entre les différents secteurs », a-t-il mis en avant.

Puis le ministre de préciser « En diffusant et en appliquant des technologies modernes, nous travaillons à jeter les bases d’une économie basée sur la connaissance, en construisant un système qui fournit et soutient la création d’emplois durables, et nous cherchons à obtenir une valeur plus élevée de nos secteurs vitaux dans lesquels nous avons des avantages compétitifs tels que l’énergie, la pétrochimie, les minéraux, les chaînes d’approvisionnement et les services logistiques. « En plus de cibler les secteurs qui favorisent l’autosuffisance, tels que l’eau, l’agriculture et l’alimentation. Nous travaillerons également à créer de la valeur à partir de nouveaux secteurs prometteurs tels que la biotechnologie, la santé et les industries pharmaceutique ».

Dr Sultan bin Ahmed Al Jaber a, en outre, évoqué le rôle de la pandémie de Covid-19 dans l’accélération de la transformation numérique, ce qui est conforme à la mission fondamentale du Sommet mondial sur l’industrie et l’industrialisation de tirer parti des capacités offertes par la quatrième ère industrielle.

Il a, en ce sens, a évoqué les répercussions de la pandémie sur les chaînes d’approvisionnement mondiales, notant l’importance du rôle des technologies de pointe dans leur protection et leur promotion, et expliquant que l’utilisation des technologies de « l’intelligence artificielle » peut contribuer à un changement de paradigme majeur dans les performances des secteurs industriel et manufacturier.

L’utilisation des «mégadonnées» fournit également des informations précises qui permettent une prise de décision immédiate pour combler les lacunes, tandis que la technologie « d’apprentissage automatique » accélère le transfert des connaissances et de l’expertise nécessaires entre divers secteurs, a-t-il ajouté.

Enfin le Dr Sultan bin Ahmed Al Jaber  a conclu en lançant un appel ouvert pour renforcer la coopération dans la poursuite des objectifs souhaités: « Conformément à l’approche du leadership en étendant les ponts de communication et de coopération avec la communauté internationale, nous reconnaissons l’importance des partenariats qualitatifs pour atteindre nos objectifs et faire progresser les progrès et le développement dans le monde entier. Il est caché à quiconque que tout au long de l’histoire des Emirats arabes unis, l’esprit de partenariat a été une caractéristique fondamentale de notre approche visant à apporter des solutions positives aux défis mondiaux. Nous sommes toujours prêts à construire des partenariats fructueux avec toutes les parties souhaitant coopérer et travailler avec nous ».

A noter que le Sommet mondial sur l’industrie et l’industrialisation a été créé en 2015 dans le cadre d’une initiative conjointe entre les Émirats arabes unis et l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), en tant que plate-forme mondiale visant à jeter des ponts entre les entreprises manufacturières, les experts en technologie, les agences gouvernementales et non gouvernementales, pour bénéficier des transformations résultant de la quatrième révolution industrielle en renforçant le secteur industriel avec les capacités et les opportunités qui lui permettent de jouer un rôle central au service de l’économie mondiale.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

A Bordeaux, sur le chantier de la plus grande centrale solaire urbaine d’Europe – Construction Cayola

Avec une puissance installée de 59 MW, la centrale de Labarde sera la plus grande centrale…

27 minutes ago

Photovoltaïque et fa’a’apu : une solution d’avenir ? – La Dépêche de Tahiti

Proposer un système de double-production, avec des serres agricoles surmontées de panneaux photovoltaïques, c'est le…

1 heure ago

«Total a l’ambition d’être dans le Top 5 mondial des producteurs d’énergies renouvelables» – Le Parisien

Total a présenté ce jeudi son projet de reconversion « verte » de la raffinerie…

1 heure ago

La Chine peut-elle se passer de son addiction au charbon – Les Yeux du Monde

Réuni en session plénière à la mi-mai, le congrès du Parti communiste chinois a dévoilé…

2 heures ago

Les initiatives d’Orange pour réduire son empreinte environnementale en Afrique et au Moyen-Orient – orange.com

Les initiatives d’Orange pour réduire son empreinte environnementale en Afrique et au Moyen-Orient | Orange…

2 heures ago

Le Maroc, un pont d’énergie verte entre l’Europe et l’Afrique (The Parliament Magazine) – MAP Express

jeudi, 24 septembre, 2020 à 16:55 Bruxelles  – Le Maroc est devenu un pont d’énergie…

3 heures ago

This website uses cookies.