«Total a l’ambition d’être dans le Top 5 mondial des producteurs d’énergies renouvelables» – Le Parisien

Total a présenté ce jeudi son projet de reconversion « verte » de la raffinerie de Grandpuits, pour un budget de 500 millions d’euros sur quatre ans. Pour son PDG Patrick Pouyanné, le groupe doit progressivement sortir du pétrole, au profit du renouvelable.

Maintenir le raffinage à Grandpuits, cela n’avait vraiment plus d’intérêt ?

PATRICK POUYANNÉ. Il aurait fallu investir 595 millions d’euros, simplement pour remettre en état le pipeline qui l’approvisionne. Par ailleurs, le raffinage européen est en surcapacité depuis plusieurs années. Et les besoins en pétrole vont encore diminuer dans les prochaines années. On s’est donc dit qu’il y avait peut-être mieux à faire avec cet argent. En créant par exemple une activité renouvelable. En nous servant de l’expérience de la reconversion de la Mède (NDLR : reconvertie en bio raffinerie et centrale solaire). La raffinerie perdait 100 millions d’euros par an. Aujourd’hui, elle en gagne 50 millions.

Vous assurez qu’aucun licenciement n’est à craindre ?

Ni licenciement, ni mobilité forcée. Souvenez-vous quand on a arrêté le vapocraqueur de Carling en Moselle en 2013, on a fait exactement la même chose. Idem avec La Mède en 2015. Il n’y a pas de raison pour que ce soit différent ici. On va même se débrouiller pour ramener de nouvelles entreprises sur le site. Pendant le confinement, nous n’avons pas fait appel au chômage partiel. Le groupe se trouvait en situation de pouvoir faire face lui-même à la crise. Le dispositif devait profiter à d’autres entreprises, plus en difficulté. Alors ce n’est pas maintenant qu’on va se mettre à licencier des salariés.

D’autres reconversions de raffineries sont-elles envisagées ?

Pas à ce stade. Après, je vous mentirais si je vous disais qu’il n’y aura pas de suite à ce qu’on fait à Grandpuits. De toute façon, on a aussi besoin d’assurer de l’approvisionnement en produits pétroliers pendant encore pas mal d’années. Il va donc nous rester trois raffineries de brut. Normandie et ses 1500 salariés. C’est la principale plateforme du système, dans laquelle on a investi 1 milliard d’euros au début des années 2010. Donges également, dans laquelle on investit 450 millions d’euros, pour faire de l’essence aux spécifications européennes, alors que sa production était jusqu’à maintenant essentiellement destinée au continent africain. Et Feyzin, dans la région lyonnaise, incontournable car elle se situe au cœur d’un bassin d’activité tournée vers la chimie.

« Total va continuer à chercher du pétrole pas cher mais on n’investira plus dans des projets trop coûteux », explique Patrick Pouyanné./LP/Philippe Lavieille

Grandpuits s’inscrit dans un projet bien plus vaste ?

Un projet qui nous occupera pour les trente prochaines années. Mais que nous commençons à mettre en œuvre dès maintenant. Au niveau mondial, le pétrole va décliner. C’est simple, si on veut contenir le réchauffement climatique à 2 °C, il faut en diviser au moins par deux la consommation. Total va donc continuer à chercher du pétrole pas cher mais on n’investira plus dans des projets trop coûteux. L’argent sera réservé en partie pour le gaz et le renouvelable. Aujourd’hui notre activité, c’est 55 % de pétrole, 40 % de gaz, et moins de 5 % d’électricité renouvelable. En 2050, ce sera 20 % de pétrole ; 40 % de gaz, certes une énergie fossile mais qui émet deux fois moins de CO2 que le charbon ; et 40 % de renouvelable. Total a ainsi l’ambition d’être dans le Top 5 mondial des producteurs d’énergies renouvelables.

Quels sont vos prochains projets ?

Nous nous positionnons actuellement sur un projet d’éolien flottant en France, du côté de la Méditerranée. Nous allons également annoncer ce vendredi le développement pour 3 gigawatts (GW) supplémentaires de projets solaires en Espagne. Rien qu’en 2020, nous avons annoncé pour 12 GW de projets d’électricité renouvelable. Soit l’équivalent d’une dizaine de gros réacteurs nucléaires. Des capacités que nous comptons doubler d’ici les cinq prochaines années.

Face à vous, vous avez un concurrent redoutable, la Chine…

Elle fait sa révolution, c’est clair. Même si nous n’avons pas dit notre dernier mot. En témoigne, et c’est un exemple parmi d’autres, le consortium mis en place avec PSA pour construire des batteries. Grâce à l’Europe, il faut le dire, et à l’axe franco-allemand. Mais demain, il faudra également privilégier les sociétés européennes pour les marchés publics, si nous voulons affronter la Chine.

Qu’adviendra-t-il de vos 3700 stations-service ?

Je me suis engagé fin 2018 à n’en fermer aucune en France. C’est un outil d’aménagement du territoire. 90 % des Français continueront de se trouver à moins de dix minutes d’une station Total, où qu’ils se trouvent. Mais nous avons également engagé une réflexion pour en faire des lieux de vie, en montant des partenariats avec La Poste par exemple. Cela nous permet de garder un lien avec nos clients. D’autant qu’aujourd’hui, nous leur apportons aussi le gaz et l’électricité, via Direct Energie.

Allez-vous y installer des bornes de recharges ?

Nous avons commencé. Les propriétaires de voitures électriques rechargeront 40 % du temps chez eux, 40 % au bureau, 15 % dans la rue, et 5 % dans les stations. Nous avons repris un réseau de 20 000 bornes à Amsterdam. Et pas plus tard que cette semaine, celui que Vincent Bolloré opérait à Londres. Et ce n’est donc qu’un début. Nous avons calculé qu’il faudrait un bon millier de bornes de recharge rapide, pour un coût total de 500 millions d’euros, afin que 95 % des Français se trouvent à moins de 15 minutes de l’une d’entre elles. Aujourd’hui, on n’en compte qu’une petite trentaine. J’ai moi-même une Renault Zoé, je sais combien c’est important. Il faut se retrousser les manches.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Energies renouvelables : Mohammed VI préoccupé par les retards – Yabiladi

Le roi Mohammed VI, accompagné du prince héritier Moulay El Hassan, a présidé jeudi 22…

13 minutes ago

Stratégie Des énergies Renouvelables : Le Rappel à L’ordre Du Roi Mohammed VI – Ecoactu

🔴 Stratégie Des énergies Renouvelables : Le Rappel à L'ordre Du Roi Mohammed VI Nous…

13 minutes ago

Energies renouvelables : Le Roi Mohammed VI constate des retards dans l’exécution la stratégie nationale – Finances News Hebdo

Dans le cadre du suivi des grands chantiers et projets stratégiques, Sa Majesté le Roi…

1 heure ago

Transition climatique : les ambitions polonaises jugées insuffisantes – Les Échos

Publié le 22 oct. 2020 à 16:32Mis à jour le 22 oct. 2020 à 17:27Le…

3 heures ago

Stockage énergie solaire : le suédois Azelio signe un accord avec Jet Energy Maroc – Médias 24

Azelio a signé un protocole d'accord (MoU) avec Jet Energy, entreprise basée au Maroc, pour…

5 heures ago

Un timbre-poste spécial Noor Ouarzazate – L’Économiste

Le Groupe Barid Al-Maghrib vient d’émettre un timbre-poste en partenariat avec Masen illustrant le complexe…

5 heures ago

This website uses cookies.