Transition énergétique et énergies renouvelables : Chitour tend la perche aux associations – El Watan

Donner une véritable dynamique au secteur des énergies renouvelables et éviter de l’enfermer dans des slogans, tels sont les messages forts délivrés jeudi dernier à Alger par Chems-Eddine Chitour, ministre de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables, lors d’une rencontre avec les représentants du mouvement associatifs.

Car, il faut bien l’admettre, les Algériens avaient de plus en plus de difficultés à discerner entre les effets d’annonce et les réelles avancées. Cette rencontre s’inscrit dans le prolongement d’une série de consultations que le ministre a entreprises dès sa nomination le 23 juin 2020 avec plusieurs institutions et acteurs de la société. Pour booster le secteur, il compte beaucoup sur la société civile et particulièrement sur les associations qui, dit-il, «sont mieux armées que le ministère pour expliquer les grands enjeux. Nous avons devant nous une fenêtre de 10 ans pour réussir la transition énergétique».

Pour le ministre, l’heure est à l’action. «Si nous continuons à consommer l’énergie de la même façon, nous aurons des problèmes en 2030, soit il faut exporter, soit il faut consommer, on ne peut pas continuer ainsi», a-t-il averti. Il poursuit : «Tout est lié : le développement durable, la consommation d’énergie, consommer moins, consommer mieux, le bien commun, ce sont des concepts qu’avec vous (les associations), nous allons mettre sur le terrain».

Reconnaissant que la conjoncture est délicate en termes de financement, il s’interroge : «Nous allons être 55 millions d’habitants en 2030, c’est-à-dire qu’il y aura 1 million d’habitants en plus par année. Est-ce que nous avons les moyens de leur offrir un niveau de vie digne pour eux dans un environnement de plus en plus difficile ?». Selon lui, «il y avait jusque-là des problèmes structurels, c’est la fin du pétrole, ce qui fait qu’il y a des convulsions, il y aura des guerres de plus en plus importantes de pétrole, de l’eau, de l’alimentation et pour les matières premières et un énorme problème de changements climatiques qu’on ne prend pas en considération».

Le ministre ne mâche pas ses mots en évoquant un «pays en danger écologique et énergétique qu’il faut sauver. Le combat commence dès maintenant, le grand challenge du ministère est celui des économies d’énergie». Il faut savoir que 80% de la consommation énergétique provient des transports, de l’habitat et du tertiaire. Il y a un problème de pédagogie : il faut expliquer au citoyen qu’il ne peut pas climatiser en ouvrant la fenêtre, qu’au lieu d’avoir 5 climatiseurs, il faut climatiser juste là où il est.

Il cite des chiffres : l’Algérien consomme en moyenne 1300 kilowatts par habitant et par an. Il y a ceux qui consomment jusqu’à 10 000 kilowatts, d’autres zéro kilowatt, faisant allusion à ceux qui vivent «dans les zones d’ombre», où des habitants n’ont toujours pas d’eau potable, ni d’électricité. «Il faut une justice écologique et énergétique», a-t-il martelé.

Parmi les économies d’énergie à faire, il y a le secteur de l’habitat car chaque habitation consomme plus d’une tonne de pétrole. En Europe, c’est 50 kwh par m2 et par an, nous sommes autour de 200 kwh/an. «Il faut sortir de la vision égoïste, après moi le déluge en pensant aux générations futures. Elles ont droit à une Algérie verte ou il fera bon vivre», poursuit-il.

Il faut trouver les moyens d’une transition en douceur. Dans le secteur des transports dira-t-il, «nous envisageons de convertir l’année prochaine 200 000 voitures au GPL», ce qui représente, selon lui, «200 000 tonnes d’essence d’économie». Le diesel fuel sera utilisé pour convertir une partie du diesel qui est selon les environnementalistes «un danger public, il faut le supprimer ; dans tous les pays du monde, le diesel est condamné, nous avons un diesel très polluant avec une norme Euro 2, en Europe, on est à la norme Euro 6, il faudra donc qu’on le réduise en consommant moins avec une politique des prix ; nous avons commencé cette année 5 DA en plus, c’est un premier pas dans la bonne direction. Volkswagen supprimera le diesel en 2025».

Il préconise en outre de se diriger absolument vers l’électricité (le camion électrique, le bus électrique, la voiture électrique). L’automobiliste pourra faire un plein d’électricité l’équivalent d’un plein d’essence pour 4 fois moins d’argent ; en plus, l’électrique n’est pas polluant et il est silencieux. 80% des pièces des moteurs électriques et thermiques sont les mêmes avec moins d’entretien.

Concernant le plan solaire prévu par le gouvernement, il a affirmé qu’il consistait à réaliser de petites centrales de 10 à 50 mégawatts en fonction de la demande de certains secteurs comme l’agriculture, l’industrie et les collectivités locales. Il est favorable pour taxer «le gaspillage exagéré» et aller vers l’économie circulaire car «nous avons une économie linéaire, on consomme et on jette sans donner une seconde vie aux choses. Le taux de gaspillage de l’énergie dans le pays représente entre 10 et 15% de la production nationale globale», indiquera-t-il.

Post Views: 0

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Il ne faut pas faire confiance au lobby du nucléaire, l’avenir est renouvelable et public – solidaire.org

Le 27 septembre, le peuple suisse se prononcera sur l’achat d’une quarantaine de nouveaux avions…

1 heure ago

Énergie Énergies renouvelables : le Gouvernement accroît son soutien de 25 % en 2021 – Enviscope

Dans le cadre du plan de relance, l’État engage un effort sans précédent en faveur…

4 heures ago

Deux Marseillais testent leur van 100% électrique et solaire sur les routes de France – Made in Marseille

Le Van démonstrateur de Rémi Pillot roulant grâce à des batteries électriques et l’énergie solaire,…

5 heures ago

Greenlight Planet, leader du marché des produits solaires en prépaiement, obtient un investissement de 90 millions $ – LeLézard.com

Classé dans : L'environnement, Le Covid-19Sujets : Product/Service, Funding Greenlight Planet Inc., le plus grand…

9 heures ago

LPA-CGR avocats conseil de Triodos Bank et de Crédit Coopératif – Fiscalonline.com

LPA-CGR avocats a accompagné Triodos Bank et le Crédit Coopératif à l’occasion du financement, pour…

12 heures ago

Le Burkina Faso a désormais sa propre usine de fabrication de panneaux solaires – LeFaso.net

Située dans la zone industrielle de Kossodo à Ouagadougou, cette usine spécialisée dans la fabrication…

15 heures ago

This website uses cookies.