[Tribune] Le non-sens de la voiture électrique qui fonctionne sans énergies renouvelables ! – Environnement Magazine

Julien Tchernia, cofondateur et président du fournisseur d’énergie alternatif, ekWateur, propose un zoom sur la voiture électrique. « Si elle fonctionne aux énergies fossiles, elle perd tout son caractère vert ! Il faut donc (re)penser le marché et faire en sorte que véhicule électrique et énergie renouvelable aillent de pair », estime-t-il.

Nul doute que nous avons tous apprécié l’environnement plus sain pendant les deux mois de confinement et que nous appelons de nos vœux les plus chers le développement de la voiture électrique pour pouvoir enfin respirer un air plus pur.

Fortement soutenues par le gouvernement via des primes à la conversion ou des bonus-malus, quelles précautions prendre pour que ces voitures soient aussi vertes qu’on le souhaite ?

Comment fonctionnent les voitures électriques ?

D’où vient l’énergie électrique nécessaire à l’alimentation de ces véhicules propres ? Comme l’électricité de nos bâtiments, usines, ou rues, l’électricité des voitures provient des centrales de production existantes : nucléaire, renouvelable, charbon, gaz… Pour certaines des énergies fossiles polluantes pour la planète. Et donc ce n’est pas parce que la voiture n’émet pas de CO2 que l’électricité utilisée pour la recharger n’en a pas émis. La pollution n’est pas enrayée mais déplacée. Et est ce pertinent d’alimenter une voiture électrique par une centrale à charbon ? N’est-il pas moins polluant de verser directement l’essence dans le réservoir de son véhicule ?

Étudions la chaine de l’énergie dans son ensemble. Un moteur électrique à un très bon rendement : environ 90% de son énergie est transformer en énergie mécanique. Pour le moteur à explosion ce rendement est beaucoup plus faible et est de l’ordre de 35 %. Un taux sans appel en faveur du moteur électrique. Mais cette vision fait abstraction de l’intégralité de la chaine de production. En effet, sachant que le rendement d’une centrale à charbon est de 30% et que la déperdition d’énergie lors du transport de l’électricité le long des câbles est de 15%, le rendement du moteur électrique passe alors à 25%. De l’autre côté, la chaîne du pétrole est très peu énergivore par rapport à l’énergie qu’elle transporte : entre l’extraction et la pompe, la perte est d’environ 10%. Cela donne un rendement total de la chaine essence de 38 %. C’est mieux… Entre une voiture à essence et une voiture électrique dont l’électricité provient du charbon, pas de doute il faut garder la voiture à essence.

Et si les voitures électriques étaient le véhicule du monde d’après ?

Le caractère écologique de la voiture électrique est donc intimement lié à sa source d’énergie. Si elle provient d’énergie renouvelable, ce véhicule remplit sa fonction intrinsèque de non polluant. Il est donc indispensable d’associer ces deux volets, voiture électrique et énergie renouvelable sans quoi l’effet est encore plus néfaste. Or aujourd’hui l’énergie renouvelable ne représente que de l’ordre de 17% de l’énergie produite en France. Les ambitions de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) fixe la part des énergies renouvelables à 33% de la consommation finale brute d’énergie en 2030.

Les détracteurs des énergies renouvelables jouent sur l’aspect intermittent du solaire et de l’éolien. C’est un fait. Mais aujourd’hui de nombreuses entreprises travaillent sur des technologies permettant de lisser la consommation. C’est le cas notamment de Jedlix, une startup qui propose un logiciel permettant de stopper la recharge lors d’un pic de consommation d’électricité et de charger automatiquement le véhicule électrique aux heures creuses avec de l’électricité la plus verte et au prix le plus bas. La voiture électrique devient alors une partie de la solution à l’intermittence de la production de renouvelable. Comme le chauffe-eau électrique, en son temps, a résolu une partie du problème de la surproduction d’électricité d’origine nucléaire la nuit, la batterie des voitures électriques résout une partie de la problématique de stockage des énergie renouvelables.

Nous avons donc là l’occasion de substituer la demande d’énergie fossile par de l’énergie électrique d’origine renouvelable en France, tout en simplifiant le déploiement…Attelons-nous ensemble à faire de la voiture électrique un véhicule du monde de l’après.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Ecologie : quand la crise du coronavirus aide à éveiller les consciences – Europe 1

INTERVIEWLe chemin reste encore long, mais les consciences évoluent. Selon un sondage BVA exclusif pour le…

5 minutes ago

Des cellules photovoltaïques reflétant la lumière permettraient de générer plus d’énergie – Clubic

Participez aux discussions Recevez des notifications   Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous

5 minutes ago

Après avoir eu le vent en poupe en 2019, l’éolien demande de nouvelles mesures en 2020 – Batiactu

Avec de bons résultats, l'éolien tient la route et pourrait même passer à la vitesse…

2 heures ago

Ikea France va commercialiser des panneaux solaires « clé en main » – La Tribune

Le géant suédois de l'ameublement Ikea va commercialiser à partir de ce mardi "un service…

2 heures ago

La STEG et Akuo : contrat d’achat d’électricité pour un projet de 10 MWc – Economiste Maghrebin

ce projet devra produire 36 Gigawatt d'électricité par an Akuo, producteur indépendant Français d’énergie renouvelable…

3 heures ago

Dole met à profit le soleil pour se rapprocher de sa promesse de devenir carboneutre – LeLézard.com

Classé dans : L'environnement, Science et technologie, Chasse, pêche et plein airSujet : Nouveaux produits…

3 heures ago

This website uses cookies.