Categories: Industry News

Un bâtiment test pour le confort thermique – Moniteur

Instrumentation –

Le temple du solaire, conçu comme un démonstrateur, alimente de ses données la recherche depuis sept ans.

Atrium climatique, façades différenciées en fonction des points cardinaux, capteurs solaires… Les fondamentaux du confort thermique sont presque tous réunis. A Chambéry (Savoie), les architectes Michel Rémon et Frédéric Nicolas érigeaient en 2013 pour l’Institut national de l’énergie solaire (Ines) un bâtiment consacré à l’innovation et la recherche, à la formation et à l’évaluation dans le domaine du solaire. Baptisé Hélios, l’édifice de 7 500 m² devait, au regard de sa destination, répondre à des exigences énergétiques considérables : des consommations annuelles inférieures à 27 kWh/m².an et l’utilisation de l’énergie solaire pour couvrir a minima 40 % de ses besoins.

D’où la décision du CEA Tech, direction de la recherche technologique du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), exploitant des lieux, de l’instrumenter entièrement en 2016 afin d’étudier son comportement. Sept ans après sa construction, le bâtiment continue à être étudié. « Ces mesures, que nous menons en continu et sur le long terme, alimentent les données et les projets de recherche afin d’innover en permanence », soutient Etienne Wurtz, directeur de la recherche, chef du service bâtiment et systèmes thermiques au département de l’énergie solaire du CEA.

<img src="data:image/svg+xml, » data-original= »/mediatheque/9/2/0/002126029_520x330_c.jpg » width= »520″ height= »330″ alt= »PHOTO – 22931_1370513_k3_k1_3176820.jpg »>
Dans l’atrium,
afin de mesurer
la stratification
des températures, des
sondes avec bouclier
thermique ont été
positionnées sur
des mâts à 2,5, 7 et 11 m
au-dessus du sol.
– © CEA

Au total, près de 200 capteurs ont été installés sur l’édifice. « Une centaine pour les équipements de production et de distribution d’eau chaude et de chauffage, une trentaine sur quatre bureaux, autant sur les éléments de l’enveloppe, le reste réparti sur les systèmes de ventilation et la station météorologique, détaille Eric François, ingénieur chercheur au CEA. L’instrumentation comprend des capteurs de températures de l’air et des fluides caloporteurs, l’hygrométrie, la pression, les vitesses d’air, les débits, la pluviométrie, mais aussi de nombreux comptages d’énergie calorifique ou électrique, des fins de course (positions des ouvertures ou des vannes) ainsi que des retours de marche des équipements motorisés. » Etienne Wurtz complète : « A partir des schémas synoptiques des systèmes thermiques innovants instrumentés, nous faisons des modélisations que nous comparons avec les modèles de systèmes conventionnels et des cas idéals. » Les scientifiques peuvent alors étudier les interactions complexes entre l’enveloppe et les équipements énergétiques, comme la ventilation naturelle ou la stratification de la température, le tout en temps réel et en milieu occupé.

Identification d’écueils. C’est aussi de cette manière qu’ils ont pu analyser la performance thermique résultante et identifier d’éventuels écueils. « Selon les simulations thermiques dynamiques, une brise d’air frais devait s’engouffrer sous l’aile érigée en toiture pour rafraîchir l’atrium. Malheureusement, le vent est un élément capricieux qui ne se comporte pas toujours comme prévu par la théorie », explique le directeur de la recherche. Quant aux 280 m² de panneaux solaires thermiques en toiture, ils n’assurent que 10 % des besoins, trois fois moins que ce qui était attendu. Autre complication, les protections solaires orientables sont défectueuses, et la climatisation des laboratoires par Dessicant Cooling, une technologie alimentée par les mêmes capteurs solaires thermiques, n’a jamais fonctionné. Quant à la consommation annuelle – qui se limite pourtant à 72 kW/m².an -, elle est trois fois supérieure à celles envisagée initialement.

Pour Etienne Wurtz, « le projet reste une réussite où il fait bon vivre, mais il ne faut pas confondre fonctionnement, démonstration et innovation. Certaines solutions technologiques n’ont pas apporté les performances escomptées, certes, mais c’est là l’intérêt du retour d’expérience. » Innover, c’est aussi identifier les écueils pour mieux faire demain.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Comment produire son énergie – L’énergie tout compris

Eolienne Depuis le début des années 2000, le marché de l’énergie éolienne s’est beaucoup développé…

1 minute ago

Energie : Le complexe solaire Noor, locomotive de la modernisation de la production électrique nationale (vidéo) – 2M Maroc

Vu du ciel, son immensité impressione. Le complexe Noor Ouarzazate, c'est l'un des plus grands parcs solaires…

21 minutes ago

Éclairage public : Le président Macky Sall promet 100 000 lampadaires aux Communes. – DakarActu

L'éclairage public est devenu une des priorités du gouvernement du Sénégal. Hier, jeudi 22 octobre…

1 heure ago

Electricité: L’Autorité de régulation opérationnelle – L’Économiste

C’est parti pour la nouvelle Autorité nationale de régulation de l’électricité (ANRE). Cette instance a…

2 heures ago

Ces vitres photovoltaïques intelligentes sont capables de produire de l’énergie grâce au Soleil – Daily Geek Show

— WichitS / Shutterstock.com Des chercheurs américains ont conçu un vitrage à la fois photovoltaïque…

2 heures ago

Dinard. Olivier et Jacques Barreau, à l’origine de Grain de Sail – maville.com

Faire revivre l’histoire du commerce en bateau à voile, tout en associant aventure et développement…

3 heures ago

This website uses cookies.