Vers «un partenariat stratégique» entre l’Algérie et l’Espagne – El Watan

Visite du président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez à Alger

«Le gouvernement espagnol s’intéresse davantage aux nouveaux domaines tels que les énergies renouvelables, les industries agroalimentaires et le soutien et l’encouragement des start-up».

Contrat gazier, échanges commerciaux, investissement, émigration clandestine… autant de dossiers aussi importants les uns que les autres ont été avant-hier au menu de la visite du président du gouvernement espagnol, Pedro Sanhez en Algérie.

Toutes ces questions ont été passées en revue lors de ses entretiens avec le président de la République, Abdelmadjid Tebboune et du premier ministre, Abdelaziz Djerad. Certaines mêmes ont pu trouver une issue rapide, à l’instar de l’accord gazier entre Sonatrach et Naturgy sur le contrat à long terme.

L’Algérie est «un partenaire stratégique extrêmement important pour l’Espagne et l’Europe» et «nous veillons à approfondir ces relations privilégiées qui lient nos deux pays», a déclaré le président du gouvernement espagnol au terme de sa rencontre avec le chef de l’Etat.

«L’Algérie joue un rôle extrêmement important pour ce qui est de la stabilité de la région, particulièrement dans la région du Maghreb et au Sahel et nous veillerons à renforcer la coopération dans ce cadre», a indiqué Pedro Sanchez au sujet des crises qui perdurent en Libye et dans la région du Sahel en annonçant que sa visite en Algérie est une occasion qui s’offre aux gouvernements des deux pays pour exprimer «leur profonde volonté de tenir une rencontre de haut niveau entre les deux pays en 2021, et ce, pour traduire la qualité des relations bilatérales».

Selon lui, «la coopération peut être établie dans plusieurs domaines, pas seulement dans les domaines de l’énergie et du commerce, mais aussi dans les domaines de la sécurité et de l’intérieur, et particulièrement en matière de lutte contre les flux migratoires». Les deux gouvernements «sont déterminés à faire face au problème migratoire qui constitue un défi pour les deux parties, pas seulement pour les pays d’accueil mais aussi pour les pays de transit».

Pedro Sanchez pense qu’il existe plusieurs approches à faire face à ce problème. Il n’y a pas que l’approche sécuritaire, a-t-il expliqué, mais aussi «par le biais de l’aide et l’encouragement des pays d’origine à travers le développement économique et le soutien des jeunes pour leur offrir des opportunités de travail et les encourager à s’abstenir de la migration». Ces mesures, a-t-il ajouté, entrent dans le cadre de la coopération bilatérale, sur laquelle nous misons pour éviter d’autres pertes humaines dans la mer Méditerranée.

Le président du gouvernement espagnol a mis, en effet, en avant «l’importance du mémorandum d’entente signé entre les deux gouvernements concernant l’environnement et le soutien au développement rural». Selon lui, «le gouvernement espagnol s’intéresse davantage aux nouveaux domaines tels que les énergies renouvelables, les industries agroalimentaires et le soutien et l’encouragement des start-up».

«L’Algérie est un partenaire très important de l’Espagne, en témoignent les 550 sociétés espagnoles qui exercent en partenariat avec leurs homologues algériennes au mieux de l’intérêt des deux pays à travers la création de richesses et d’emplois», souligne Pedro Sanchez qui qualifie le climat de affaires «très avantageux et encourageant».

M. Sanchez a rappelé au demeurant le volume et le nombre de sociétés espagnoles l’accompagnant, étant donné que les sociétés espagnoles «sont très intéressées par l’investissement en Algérie ; certaines y exercent depuis 50 ans et ont apporté des avantages ayant profité aux deux pays».

Il parlera d’ailleurs de la suppression de la règle 51/49 en estimant que son «amendement favorisera les investissements étrangers en Algérie, au moment où il existe des opportunités de diversification des investissements, notamment dans les domaines des énergies renouvelables, des industries agroalimentaires et des bureaux de consulting».

Ce sont ces dossiers qui ont été au menu du forum algéro-espagnol qui s’est déroulé jeudi dernier à l’Hôtel El Aurassi à Algérie en présence du Premier ministre, Abdelaziz Djerad qui a indiqué que «les entreprises espagnoles pourront coordonner avec leurs homologues algériennes pour parvenir à de véritables opportunités de partenariat et d’investissement au niveau du marché algérien où elles trouveront toutes les conditions de croissance et de prospérité».

«L’Algérie est un pays sur lequel l’Espagne mise dans ses stratégies à moyen et long termes»

Le Premier ministre a insisté sur «les principaux secteurs que le programme d’action du gouvernement vise à promouvoir, à savoir les hydrocarbures, les énergies renouvelables, les industries manufacturières, l’industrialisation, le tourisme et l’économie du savoir». Son homologue espagnol, qui a mis à son tour en avant les opportunités offertes aux deux pays d’approfondir et de renforcer la coopération économique à moyen et long termes, notamment dans les domaines de l’énergie, du numérique, de l’industrie agroalimentaire, de la défense, de l’environnement, de la technologie, de l’ingénierie et des bureaux d’études, a aussi mis l’accent sur l’importance de la coopération et de la consolidation des partenariats dans les domaines de la santé, de la médecine et de la pharmacie. Selon lui, «l’Algérie est un pays sur lequel l’Espagne mise dans ses stratégies à moyen et long termes, de par sa place prépondérante dans la région du Maghreb et en Afrique».

Devant une délégation d’affaires espagnole, composée d’une quinzaine de grandes entreprises activant notamment dans le secteur de l’énergie, de l’industrie mécanique, de l’industrie agroalimentaire, des finances et de la construction, ainsi que quatre organisations – la Chambre de commerce d’Espagne, la Confédération espagnole des organisations des entreprises, l’Union générale des travailleurs et l’Agence de promotion de travail, Foment del Trebal –, le ministre délégué chargé du commerce extérieur, Aissa Bekkaï, a qualifié cette rencontre de «très importante» pas seulement du fait que l’Espagne constitue le 5e fournisseur et le 3e client de l’Algérie (selon les statistiques des 9 premiers mois de 2020) mais aussi du fait de la mutation économique à laquelle aspire l’Algérie et qui exige davantage d’investissements.

Son collègue de l’Industrie, Ferhat Aït Ali Braham, a indiqué que le climat des affaires a enregistré, ces derniers mois, des changements sur le plan législatif visant à lever les obstacles sur l’investissement étranger, notamment à travers la libéralisation des initiatives et l’annulation de l’obligation d’établir des partenariats avec une partie locale, à l’exception de certaines filières stratégiques.

L’Algérie s’attend, en contrepartie, dit-il, à des investissements «sérieux qui s’inscrivent dans le cadre de la politique nationale visant à augmenter les niveaux d’intégration industrielle locale dans les différentes filières industrielles».

Pour sa part, la Secrétaire d’Etat espagnole au Commerce, Xiana Méndez Bértolo, a estimé que l’Algérie constituait un partenaire «stratégique» et irremplaçable pour son pays, indiquant que le chiffre des échanges bilatéraux dénote l’importance des relations économiques devant être, justement, améliorées en faveur d’une relation durable entre les deux parties.


Post Views:
1 344

Advertisements

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Maroc-Malawi: Signature de quatre accords de coopération couvrant divers domaines – MAP

samedi, 24 octobre, 2020 à 15:04 Rabat – Le Maroc et le Malawi ont signé,…

15 minutes ago

Partenariat de près de 3 M$ pour la recherche solaire – ACTUALITÉS – Estrie – Estrieplus.com – Le journal Internet – EstriePlus.com

Dans le but de développer la prochaine génération de cellules solaires qui réponde aux besoins…

43 minutes ago

Livre : « Agriculture et énergie renouvelable post covid-19 », par Boukar Michel – Tchadinfos

L’ancien ministre du Pétrole et de l’Energie, Boukar Michel, a mis sur le marché, un…

3 heures ago

L’expérience du Maroc à la COP22 intéresse le Royaume-Uni – Agriculture Maroc

Le ministre britannique de l’Environnement revient sur l’expérience du Maroc à la COP22.Lors d’une visite…

3 heures ago

Xinhua Silk Road : Le secteur de l’énergie solaire de la Chine profitera d’une croissance accélérée dans le contexte de son objectif de carboneutralité – LeLézard.com

Classé dans : L'environnement, Exploitation pétrolière NANJING, Chine, 23 octobre 2020 /CNW/ - Le secteur de l'énergie…

4 heures ago

Comment produire son énergie – L’énergie tout compris

Eolienne Depuis le début des années 2000, le marché de l’énergie éolienne s’est beaucoup développé…

5 heures ago

This website uses cookies.