Alerte sur les systèmes électriques en Europe – La Croix

L’Europe risque-t-elle de manquer de courant en 2030 ? C’est la question posée par France stratégie, l’organisme de prospective rattaché à Matignon, dans une note publiée vendredi 15 janvier. La réponse est nuancée, mais la note insiste sur la fragilité de plus en plus grande des réseaux.

Moins de production thermique

La première cause est le déclassement dans un certain nombre de pays européens des moyens de production pilotables, c’est-à-dire qui fonctionnent quand on le leur demande. France stratégie en dresse la liste. En Allemagne, 9,5 GW de nucléaire vont être retirés du réseau d’ici à 2022, avec la fermeture des derniers réacteurs, ainsi que 15 GW de charbon d’ici à 2023.

→ A LIRE. Le système électrique sera sous tension cet hiver

En 2025, la Belgique aura également abandonné son parc nucléaire, soit 6 GW en moins. En Italie et en Espagne, la sortie du charbon (en 2025 et 2030) induit la suppression de 15 GW. En France, l’arrêt du charbon en 2022 et la réduction du parc du nucléaire conduisent au retrait de 16 GW. Au total, « plus de 110 GW de puissance pilotable seront retirés du réseau européen en 2030-2035 », souligne l’étude.

Plus de production renouvelable

Dans le même temps, les énergies renouvelables (ENR) devraient fortement monter en puissance. Environ 400 GW seront installés d’ici à 2030. Mais l’importance des volumes déployés est trompeuse. L’essentiel est, en effet, d’avoir de l’électricité au moment où l’on en a le plus besoin.

Or les ENR sont mal adaptées pour cela, compte tenu de leur intermittence. À la pointe (quand la demande est la plus forte), la disponibilité du parc éolien terrestre est de 10 %, de 20 % pour l’éolien en mer (avec des vents plus réguliers), mais de seulement 2 % pour le solaire, qui par nature est absent les soirs d’hiver.

De moins en moins de marges de manœuvre

Résultat, pour l’ensemble des sept pays étudiés (France, Belgique, Allemagne, Italie, Suisse, Espagne et Royaume-Uni), qui sont les plus interconnectés, les marges deviendraient négatives, alors qu’elles sont positives aujourd’hui (+ 35 GW).

Autrement dit, si tout le monde connaît les mêmes pics de demande au même moment, il manquerait 7,5 GW en 2030 et 10 GW en 2035. En France, les marges seraient négatives de 5 GW en 2030 et de 9 GW en 2035, selon les calculs de France stratégie.

C’est assez théorique, mais malgré tout inquiétant. « Sans développement de flexibilités supplémentaires, notre pays devrait alors compter sur les importations, sachant qu’au niveau européen les marges sont également négatives, qu’il ne sera pas toujours possible de compter sur les importations pour boucler l’équilibre offre demande, et, faut-il le rappeler, que tous les pays ne pourront pas importer en même temps 100 % de leur capacité d’interconnexion », souligne l’étude.

L’heure des choix

Des décisions rapides doivent être prises, soulignent les experts de France stratégie, tout en reconnaissant que cela n’est pas facile. La nécessité d’augmenter les capacités de production pilotables pose problème : d’acceptation par l’opinion pour le nucléaire, de respect des engagements climatiques dans le cas du gaz.

L’étude plaide ainsi pour plus de coordination entre les États, alors que jusqu’à présent toutes les grandes décisions ont été prises de manière unilatérale par les pays, sans la moindre concertation, comme la sortie du nucléaire en Allemagne. Les solutions passent aussi par une réforme des mécanismes de marché qui ne fonctionnent plus de manière satisfaisante, comme on l’a vu ces derniers mois, avec la multiplication des prix négatifs de l’électricité.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Energies renouvelables: Ouarzazate se dote d’un Institut – L’Économiste

Par L'Economiste| Le 28/02/2021 - 15:28 | Partager A l'instar de Tanger et d'Oujda, la…

2 heures ago

Le rôle stratégique et essentiel des métaux rares pour la santé – The Conversation FR

La pandémie de Covid-19 a mis en évidence que la plupart des pays ne disposaient…

7 heures ago

PV-Diesel-Global : SMA et plusieurs partenaires lancent un projet de recherche sur les… | Zone bourse – Zonebourse.com

24.02.2021 PV-Diesel-Global : SMA et plusieurs partenaires lancent un projet de recherche sur les solutions…

7 heures ago

Maroc-Allemagne : des signes précurseurs d’une rupture diplomatique – Challenge.ma

C’est tombé comme une foudre. Le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et…

8 heures ago

Nergica reçoit 1,5 million d’Ottawa pour le développement des énergies renouvelables – Le Soleil – Groupe Capitales Médias

Le centre de recherche pourra embaucher quelques nouveaux employés et acquérir de nouveaux équipements avec…

9 heures ago

Grâce au recyclage, les voitures électriques sont beaucoup moins gourmandes en matières premières – Le Journal de Montréal

Les voitures électriques sont beaucoup moins gourmandes en matières premières que les voitures thermiques, surtout…

9 heures ago

This website uses cookies.