Categories: Industry News

El Hierro et Espagne : 45 % et 44 % d’EnR en 2020 dans leur mix électrique, par Alain Gioda – Futura-Sciences

Le billet sera assez bref car l’important ce sont les faits et, durant l’ensemble de l’année 2020, Gorona del Viento, la centrale hydro-éolienne de l’île d’El Hierro aux Canaries, a bien tourné, sans incident technique. Elle a fourni 45,2 % d’EnR (Energies Renouvelables) dans le mix électrique insulaire de 46 664 MWh (1 MWh = un mégawatt actif pendant une heure = 106 watts/h). Ce résultat est inférieur à celui obtenu en 2019. Sur El Hierro, la cause en est simple : la faiblesse des vents, d’une année sur l’autre.

[embedded content]

« El año 2020, no ha sido bueno en vientos alisios [les alizés] en Canarias » d’après Tomás Padrón, le père de la centrale EnR de Gorona del Viento d’El Hierro.

Au total le mix électrique annuel d’El Hierro se décompose ainsi depuis 2015, la première année du fonctionnement complet de la centrale hydro-éolienne :
2020, EnR 45,2 % versus énergie fossile (fioul lourd) 54,8 % ;
– 2019, EnR 54 % versus énergie fossile (idem) 46 % ;
– 2018, EnR 56,4 % versus énergie fossile (idem) 43,6 % ;
– 2017, EnR 45,3 % versus énergie fossile (idem) 54,7 % ;
– 2016, EnR 40 % versus énergie fossile (idem) 60 % ;
– 2015, EnR 30 % versus énergie fossile (idem) 70 %.
Rappelons la transparence des informations avec le suivi en direct, via ce lien hypertexte, et la mémoire sauvegardée des anciennes données offertes pour El Hierro,  grâce au REE (Réseau Electrique Espagnol) qui a une application spécifique pour chacune des îles des Canaries. Les îles de l’archipel ne sont pas interconnectées. Pour El Hierro, la plus petite et la plus isolée, la quête de l’autonomie y compris pour son alimentation électrique est devenue un thème central pour devenir une terre attrayante, tout en répondant aux objectifs du développement durable (voir l’animation suivante en espagnol).

[embedded content]

Si, sur El Hierro, l’année 2020 fut médiocre, quant aux EnR, la situation fut tout autre dans l’ensemble de l’Espagne. En fait, depuis les années 2000, El Hierro fut une vitrine ou un modèle pour les EnR mais, à partir de l’an dernier, l’ultime île des Canaries (car la plus éloignée de Madrid) est rejointe par l’ensemble du territoire espagnol.

En 2020, les énergies renouvelables produisirent 43,6 % de de l’électricité espagnole et leur part fut la plus grande jamais enregistrée dans le mix national, depuis que ce dernier soit publié en 2007. Il s’agit des informations officielles de la Red Eléctrica de España (REE) présentées, à l’occasion du bilan prévisionnel de l’année dernière, le 11 de décembre.

Parcs éoliens de la zone du col de Torre Miró (1 259 m), une région que j’ai visitée en décembre 2019. Puertos de Morella, province de Castellón, Communauté Valencienne, Espagne. © http://vamosderuta.blogspot.com.

En 2020, furent produits, à partir des EnR, 109 269 GWh (GWh ou un gigawatt actif pendant une heure =109 Wh) soit une augmentation de 11,6 % par rapport à l’année précédente. Ce résultat fut obtenu malgré un recul de la production nationale électrique de 4 %. Cette dernière s’établit à 250 387 GWh ou 250,4 TWh (1 térawatt-heure = 1012 Wh). En 2020, l’énergie éolienne atteignit 21,7 % du total de la production espagnole et elle fut la plus importante parmi les EnR, seulement devancée de peu par la nucléaire (22,2 %). Les plus notables des EnR la complétant dans le mix furent l’hydraulique (11,9 %) et le solaire photovoltaïque (6,1 %) qui connut un boom de + 65,9 % par rapport à 2019. A l’inverse, l’énergie du charbon ne joua plus qu’un rôle résiduel (2 % du mix national en 2020) avec une production électrique annuelle de seulement 5 064 GWh. C’est tout un pan de l’histoire industrielle de l’Espagne qui s’efface, l’industrie charbonnière basculant vers l’archéologie minière et le patrimoine national.

Résumé et structure de l’énergie électrique espagnole. Comparaison interannuelle 2020-2019. Il est à noter que, en France, le térawatt-heure (TWh) est utilisé dans le scénario 2000-2050 de l’association négaWatt. © www.elperiodicodelaenergia.com.

Le modèle espagnol s’articule ainsi : la prépondérance des EnR ; le blocage de tout investissement pour de nouvelles centrales électriques nucléaires dont les 7 réacteurs (pour une puissance installée de 7,4 GW) devraient cesser de fonctionner en 2035 ; et la fin très prochaine du charbon comme source d’énergie. Attention ! il y eut de multiples à-coups et des volte-faces, au plan politique, et ce que je décris ci-dessus est le résultat. La transition énergétique ibérique ne fut pas et elle n’est toujours pas un long fleuve tranquille.
L’Espagne devrait commencer, dès 2027, à fermer l’ensemble de ses sept réacteurs afin d’atteindre son objectif de sortie du nucléaire.

Centrale nucléaire d’Almaraz sur le fleuve Tage : deux réacteurs pour une puissance totale de 2 GW. Sa fermeture est programmée pour 2028. Province de Cáceres, Estrémadure, Espagne. © NS Energy.
Centrale nucléaire de Vandellòs II d’une puissance de 1 GW, au bord de la Méditerranée (2016), Tarragone, Catalogne, Espagne. La centrale était double avec un premier réacteur dit Vandellòs I mais, en 1989, ce dernier souffrit un incendie touchant la turbine. Il ne repartit jamais et, de nos jours, cette première centrale est encore en phase de démantèlement. Entrée en fonction en 1988, la centrale de Vandellòs II devrait fermer ses portes en 2035, en étant ainsi l’avant-dernière à fonctionner en Espagne, juste avant la plus récente construite, celle de Trillo . © Jorge Franganillo, CC.

Les Asturies sont le bastion des charbonnages espagnols (Les Houillères du Nord ou Hunosa) avec huit puits de mines actifs. En 2020, trois centrales thermiques à charbon y ont fermé : Narcea dite aussi Soto de la Barca ; Soto de Ribera (complétement close à l’horizon 2022) ; et Lada. De plus, toujours en Asturies, la centrale à charbon d’Aboño a été fermée, pour l’unité I, et elle est cours de reconversion, pour l’unité II.

Centrale thermique à charbon de Narcea ou de Soto de la Barca. Elle fut déconnectée du réseau électrique en 2020. Tineo, province d’Oviedo, Asturies. © El Periódico de la Energía.
Vue de détail du charbon entassé pour la centrale thermique de Narcea ou de Soto de la Barca. Les dernières années, avant sa déconnexion du réseau en 2020, elle fut surtout alimentée par du charbon importé qui venait par camion. Tineo, province d’Oviedo, Asturies. © El Periódico de la Energía.

Jusqu’en 2019, Aboño I et II était la centrale électrique espagnole qui émettait, avec ses 7 546 000 t/an, le plus de CO2. ArcelorMittal Asturias y a le projet de gaz de cokerie le plus avancé, avec l’injection d’ « hydrogène gris » qui devrait commencer début 2021, afin de mettre aux nouvelles normes européennes Aboño II.

« L’hydrogène gris » désigne celui obtenu directement du gaz, le plus souvent naturel, ou du charbon. Par kg produit, il émet de l’ordre de 9 kg de C02 à partir du gaz et de 20 kg à partir du charbon. Le procédé d’ArcelorMittal, grâce au gaz naturel et de cokerie, sera dans la partie basse de cette fourchette.

La centrale thermique à charbon d’Abono I- Groupe industriel EDP. Carreño, banlieue du port de  Gijón, Asturies, Espagne. Elle est fermée depuis 2020 et celle jumelle, appelée Aboño II, est en voie de reconversion. © COPE.ES.

Les étapes de la  transition énergétique espagnole sont définies par le Plan Nacional Integrado de Energía y Clima (PNIEC) de 2019, dont le but en 2030 est d’arriver à 74 % du mix électrique national fourni par les EnR. La part congrue devrait être fournie, de façon implicite, pour l’essentiel par les centrales thermiques au fioul, diesel et gaz (essentielles aux Canaries sauf sur El Hierro), sachant que l’énergie nucléaire s’effacerait progressivement.

La centrale thermique de Granadilla I et II de la société Endesa. Abona, île de Tenerife, Canaries, Espagne. Elle est à cycle combiné ou mixte, avec des groupes fonctionnant au fioul et diesel et des turbines à gaz, pour une puissance installée de 697 MW. Granadilla est le plus gros émetteur de CO2 des sept îles des Canaries avec 1 870 000 de tonnes relâchées dans l’atmosphère (année 2018). Elle se situe à la 14ème place parmi les centrales électriques espagnoles les plus polluantes. © Empresarios Agrupados 2014.

L’image mise en avant est une vue partielle des panneaux solaires de la centrale de Núñez de Balboa (Badajoz, Estrémadure, Espagne et à deux pas de la frontière avec le Portugal). Construit en moins d’un an et inauguré en 2020, ce gigantesque parc solaire s’étend sur 1 000 hectares soit l’équivalent de la superficie de plus de 1 375 terrains de football. Il produira 832 GWh d’électricité par an, correspondant aux besoins de 250 000 habitants, et il permettra d’éviter l’émission annuelle de 215 000 tonnes de CO2. C’est la plus grande centrale photovoltaïque européenne.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Les groupes pétroliers prennent le virage des énergies renouvelables – Boursier.com

Sylvie Aubert, publié le 25/02/2021 à 09h57 , modifié le 26/02/2021 à 01h57 Les groupes…

2 heures ago

Jean-Luc Martinet lorgne le marché des énergies renouvelables au Maroc – Le Desk

Banques CIH Bank: Le PNB consolidé en hausse de 10,3% en 2020 Le produit net…

6 heures ago

Investir dans les énergies renouvelables au Burkina Faso – Deutsche Welle

Eco Afrique Au Burkina Faso, moins d’un million de personnes sont connectées au réseau électrique…

11 heures ago

Electricité renouvelable, quoi qu’il en coûte ? – Journal de l’Automobile

Zoom de l’Arval Mobility Observatory – Plus les semaines passent, plus la question de l’accès…

11 heures ago

This website uses cookies.