HRS prépare son introduction en bourse – Essor Isère

le 25 janvier 2021 – Caroline THERMOZ-LIAUDYÉconomie

©Samuel Moraud

HRS, Hydrogen refueling solutions, a annoncé le 12 janvier l’approbation de son document d’enregistrement par l’Autorité des marchés financiers, dans le cadre de son projet d’introduction en bourse sur le marché Euronext Growth.

Créée en 2004, l’entreprise HRS s’est lancée dans l’hydrogène depuis 2009, et a fourni dans les dix années qui ont suivi, 34 stations de distribution d’hydrogène, soit 17 % du parc européen : respectivement 22,5 % du parc français et 26 % du parc allemand. Depuis 2019, l’entreprise a pris un virage stratégique autour des stations de plus grande capacité. « Depuis 2019, nous avons intégré la partie design, recherche et innovation, afin de pouvoir proposer des stations sous notre marque propriétaire, et pour proposer des stations permettant de délivrer 500 kg. Ce sont des stations qui nous sont demandées pour des flottes de véhicules, ou par exemple à Paris, pour les flottes de taxis en prévision des JO de 2024. Les besoins de stations de grande capacité vont aller croissants, car ce qui va tirer la mobilité hydrogène, c’est surtout la mobilité lourde : flotte captive, PL… », explique Philippe Bottu, directeur général délégué.

© Samuel Moraud

L’international dans le viseur

La prochaine étape pour HRS, c’est donc l’introduction sur le marché Euronext Growth, qui devrait être finalisée prochainement. « Nous avons choisi ce vecteur pour pouvoir garder la gestion opérationnelle de l’entreprise, mais aussi parce que nous avons des velléités de déploiement à l’international. Dès 2022, nous irons vers l’Allemagne, l’Espagne et le Portugal qui sont des pays très dynamiques sur l’hydrogène. En tant que société cotée, nous devrions avoir plus de facilités pour le développement commercial et industriel. Dès 2023, nous visons les Etats-Unis, via une alliance avec un partenaire américain spécialiste des énergies renouvelables ».

Les objectifs sont clairement identifiés : l’accélération du déploiement commercial et international, l’installation d’un nouveau site en Isère (lire encadré), et évidemment, le développement technologique. « L’évolution technologique devra nous permettre de gagner en capacité, en efficacité énergétique -nous travaillons sur ce point avec le CEA- et de réduire les coûts ».

L’hydrogène vert aussi

© Samuel Moraud

Si les stations de ravitaillement HRS peuvent être alimentées par toutes les sources d’hydrogène, issues de l’énergie fossile ou vert, l’entreprise basée à Champ-sur-Drac mise sur les énergies renouvelables. HRS a d’ailleurs livré HyBalance, la seule station en hydrogène vert en fonctionnement en Europe aujourd’hui (Danemark). « Une source d’électricité verte sous-entend la présence d’un électrolyseur. Elle est moins stable que l’électricité d’un réseau standard et il faut s’adapter aux variations. Mais nos stations sont capables de s’adapter à n’importe quelle source d’énergie ou d’électrolyseur. »

HRS est partie prenante du projet Zero Emission Valley, et produira trois des sept stations déjà attribuées (sur les 19 au total). L’entreprise iséroise livrera aussi une station pour le projet HyGo, dans la région Grand Ouest. « Nos projets en cours concernent beaucoup l’hydrogène vert. L’écosystème est en train de bouger et il y a une vraie volonté de le développer ».

© Samuel Moraud

A ce jour HRS présente un carnet de commandes pour trois nouvelles stations, et est en négociations pour 14 autres à réaliser d’ici 2025. L’entreprise s’est aussi positionnée sur 44 projets supplémentaires, livrables entre 2021 et 2027. Forte de cette dynamique commerciale, HRS vise 10 M€ de chiffre d’affaires au 30 juin 2021 (contre 2,6 M€ en juin 2020). Un CA réalisé uniquement sur l’activité historique, et qui devrait même doubler d’ici 2022, pour atteindre, selon les prévisions de l’entreprise, 85 M€ en 2025. HRS ambitionne un résultat opérationnel courant positif dès la fin de l’exercice 2021.

Caroline Thermoz-Liaudy

2022 : un nouveau site, démonstrateur et zone d’essai

Un nouveau site devrait être construit d’ici 2021 dans la métropole Grenobloise.

Ce projet devrait doubler la capacité de production, (qui est actuellement de 60 unités par an). « Ce site comprendra un centre d’essai, un centre d’innovation dans lequel on travaillera avec le CEA sur la capacité énergétique des stations, et une station grande capacité d’une tonne, ouverte au public pour la recharge de véhicule ».

Ce projet doit nécessiter l’investissement de 15 M€.



Caroline THERMOZ-LIAUDY
Journaliste

Ses derniers articles

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Le Sahara marocain est devenu un « pôle d’investissement et de croissance » (Presse espagnole) – 2M Maroc

Le Maroc a mis en place "un plan ambitieux de développement" comprenant une centaine de…

56 minutes ago

Ouarzazate : l’Institut de formation aux métiers des énergies renouvelables inauguré – Médias 24

Le ministre de l'Education nationale, de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur, Saaid Amzazi, a…

3 heures ago

Le réseau électrique s’adapte pour gérer finement toutes les sources d’énergie – Ouest-France

RTE, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité français, gère le réseau électrique français. Il…

3 heures ago

« Les démarches de transition énergétique recréent du lien » – Gazette des communes

Chiffres-clés 2020 : Publication du rapport « La transition énergétique territoriale, créatrice de valeur(s) et moteur de…

3 heures ago

Ouarzazate : inauguration de l’Institut de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique – Maroc diplomatique

Le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la…

5 heures ago

This website uses cookies.