Le Matin – Lancement à Benguérir de la construction d’un centre de recherche sur les réseaux intelligents – LE MATiN

La construction d’un centre de recherche sur les réseaux électriques intelligents, dont le lancement est prévu pour le 15 janvier, devrait constituer la dernière phase de la plateforme de recherche internationale sur les énergies renouvelables, «Green and Smart Building Park» de Benguérir.

Le ministère de l’Énergie et la Coopération sud-coréenne donneront une nouvelle fois corps à leur partenariat en procédant, ce vendredi, au coup d’envoi de l’édification d’un centre de recherche sur les réseaux électriques intelligents. Cette nouvelle structure viendra compléter la plateforme «Green and Smart Building Park».
D’un coût global de 220 millions de dirhams, dont 75 millions sont assurés par la Coopération coréenne, le reste étant partagé à parts égales entre le Groupe OCP et l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (Iresen), «Green and smart building park» est une plateforme de recherche scientifique dédiée à l’écoconstruction, aux réseaux intelligents et à la mobilité durable initiée par l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles. Un communiqué de ce dernier indique que le centre en devenir, financé par le gouvernement sud-coréen, «accompagnera le positionnement du Maroc au niveau continental en propulsant les capacités nationales dans la recherche, le développement et l’innovation dans le domaine des réseaux électriques intelligents».
Les réseaux électriques intelligents sont conçus pour répondre à l’impératif d’assurer une production énergétique régulière. Or cette production peut être variable au cours du temps avec l’introduction des énergies renouvelables dans la production d’électricité.
L’alimentation des véhicules électriques à partir du réseau et les consommations liées aux équipements électroniques peuvent également être à l’origine de l’irrégularité du réseau de la centrale aux centres de consommation finale. D’où la nécessité pour le Maroc, qui ambitionne d’atteindre 52% de son électrice installée d’ici 2030à partir d’énergies renouvelables, d’un tel centre de recherche. En avril 2019, Aziz Rabbah, ministre de l’Énergie et des
mines, avait précisé que les montants injectés dans le secteur de l’énergie, 130 milliards de dirhams de 2017 à 2023, sont assurés à 30% par des investissements nationaux, les 70% restant le sont via la coopération internationale.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

[Tribune] 2021 : énergies renouvelables et ressources énergétiques distribuées sur le devant de la scène – Environnement Magazine

Colin Beaney, VP, Energy, utilities & resources d’IFS, décrit les tendances 2020 du marché des…

26 minutes ago

Monde : Energie renouvelables, 2,5 milliards USD dépensés par Total pour l’acquisition d’actifs solaires – Zoom Média

Le pétrolier Total, l’un des grands énergéticiens au monde vient d’exécuter des dépenses à hauteur…

41 minutes ago

Économie : Europe Énergie déploie ses ailes dans l’Hexagone – La Tribune

En 2019, à Olivet dans le Loiret, Europe Energie ouvrait sa première agence avec l'expertise…

1 heure ago

Hydrogène vert : accélération des investissements en France et en Europe – LE MONDE DU DROIT : le magazine des professions juridiques – Le Monde du Droit

Eran Chvika, avocat associé en charge de l’équipe Financement & Projets du cabinet d’avocats international…

2 heures ago

August Debouzy : arrivée de deux nouvelles associées, Laure Bonin et Leila Hubeaut – Affiches Parisiennes

le 21 janvier 2021 - AP REDACTION - Droit - Mercato avocats © DR August…

2 heures ago

La filière solaire en colère contre l’Etat L’Etat souhaite renégocier une partie des contrats – Le Monde

Des panneaux photovoltaïques flottants, à Piolenc (Vaucluse), en juillet 2019. GERARD JULIEN / AFP Le…

3 heures ago

This website uses cookies.