Categories: Industry News

Le plan hydrogène vert de Total et Engie à La Mède – L’Usine Energie – L’Usine Nouvelle

Voilà plus d’un an que Patrick Pouyanné, le PDG de Total, brandit ce projet dès que l’on lui parle d’hydrogène. En ce début 2021, le pétrolier, qui se veut maintenant un groupe multi-énergies, s’engage enfin. Le 13 janvier, Total a annoncé avoir signé avec Engie un accord de coopération pour concevoir, développer, construire et exploiter la plus grosse unité de production d’hydrogène vert de France, sur le site de la bioraffinerie de la Mède de Total à Châteauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône).

40 MW d’électrolyseurs

Baptisé Masshylia, ce projet prévoit d’alimenter, par plus de 100 MW de fermes solaires construites ad hoc, un électrolyseur de 40 MW afin de produire, dans un premier temps, cinq tonnes d’hydrogène vert par jour pour alimenter la bioraffinerie, lui évitant ainsi 15 000 tonnes d’émissions de CO2 par an.

Tout reste à faire, car l’actuel parc solaire de 8 MW installé à La Mède ne sera pas utilisé pour ce projet. Engie et Total envisagent d’installer sur le site une autre ferme solaire de 10 MW, qui serait directement reliée en courant continu à l’électrolyseur de 40 MW, sans passer par le réseau. Une connexion directe qui reste à créer.

100 MW de fermes solaires à construire

Les 90 MW de photovoltaïque restants seront répartis sur plusieurs nouvelles fermes, construites dans la région par les filiales des deux groupes, Quadran chez Total et Engie Green. « On veut en faire un projet territorial et nous avons déjà identifié des terrains potentiels » explique Olivier Machet, le responsable du projet chez Engie.

Pour l’électrolyseur de 40 MW, qui sera le plus puissant en France, le binôme a identifié une dizaine de fournisseurs potentiels, mais rien n’est décidé à ce stade. « La sélection se fera sur des critères de capacité d’industrialisation, de coût et de retombées économiques locales et nationales, voire européennes », précise le responsable du projet.

Un stockage de surface de plusieurs tonnes à dimensionner

On sait en revanche qu’il ne sera pas utilisé à 100 % du temps pour produire les cinq tonnes par jour destinés à alimenter la bioraffinerie de La Mède. Et ce volume ne représente qu’environ 10 % de la consommation d’hydrogène du site de Total, qui continuera d’utiliser l’hydrogène gris (à partir de gaz) produit sur place. Ce projet prévoit en effet de porter la production à 15 tonnes par jour dans un second temps, en augmentant la fourniture en électricité renouvelable, qui sera certifiée et tracée.

Pour assurer une alimentation constante des installations de Total en hydrogène vert, une unité de stockage journalière ou saisonnière, de grande capacité – plusieurs dizaines, voire centaines de tonnes – sera installée in situ. Là encore, les choix technologiques ne sont pas figés. Il pourra s’agir soit d’un stockage de surface en bonbonnes sous 200 bars de pression, soit d’un stockage en canalisations, également sous pression mais plus faible, de plusieurs kilomètres. Cette deuxième option permettrait, dans un second temps, d’alimenter également en hydrogène vert la raffinerie Lavera voisine de Petroineos. Son dimensionnement reste aussi à affiner.

Un pilotage logiciel temps réel inédit

Mais le cœur du projet réside dans la brique logicielle de management du système énergétique, ou SME, lui aussi à développer. C’est ce système de pilotage qui adaptera en temps réel la production d’hydrogène vert en fonction de la production d’électricité photovoltaïque prévue et réalisée sur les différentes fermes et de la capacité de stockage, pour alimenter en permanence le site avec la plus grande constance possible.

Enfin, les équipes projets de Total et Engie, soit une cinquantaine de personnes qui collaborent depuis un an, travaillent sur la sécurité industrielle du projet, en recourant à des modèles numériques 3D pour chaque composant de l’installation. Cela permettra notamment de faire tourner des simulations, mais aussi de développer des modules de formation pour les pompiers.

Des dizaines de millions d’euros de subventions à trouver

La plus grande inconnue de ce projet reste son financement. Et la décision de cet investissement « à trois chiffres » (avec six zéros derrière), avance Michèle Azalbert, directrice de la BU hydrogène vert d’Engie, ne sera pas prise avant « fin 2021, début 2022 ». On parle de 150 à 180 millions d’euros. Le feu vert final dépend de l’obtention de subventions, dont les demandes ont déjà été déposées auprès des autorités françaises (AMI de l’Ademe) et européennes (IPCEI et Fonds de l’innovation).

Si le projet est soutenu, la construction des installations débutera en 2022, à l’issue de l’étude d’ingénierie avancée, et la production en 2024. Le projet, évolutif, pourrait alors encore grandir avec l’installation d’une seconde unité d’électrolyse de 40 MW, intégrant les mêmes briques technologiques que la première, pour fournir la région en hydrogène vert, pour d’autres industriels ou pour la mobilité lourde. Mais la route est encore longue jusqu’à la première livraison.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Une réunion intersectorielle sur la Géothermie dans le modèle énergétique – Algérie Presse Service

Oran: décès du moudjahid Dr Mohamed Guentari - mardi 26 janvier 2021 16:20 Oran: portes…

39 minutes ago

Total et Engie voient grand pour l’hydrogène décarboné en France – Auto Infos

Total et Engie ont signé un accord de coopération pour concevoir et exploiter le projet…

1 heure ago

Avec son bateau Manta, Yvan Bourgnon va s’attaquer à la pollution plastique – Capital.fr

Publié le 26/01/2021 à 13h55 Pixabay Alors que les déchets plastiques sont une cause de…

1 heure ago

abonné Ciel / Espace Les 5 dernières inventions futuristes d’Elon Musk – Science et Vie

Inventeur, chef d’entreprise, ingénieur, entrepreneur : né en 1971 à Pretoria en Afrique du Sud,…

1 heure ago

General Electric repasse dans le vert en 2020 – La Presse

(New York) Le conglomérat américain General Electric (GE) est revenu dans le vert en 2020,…

1 heure ago

Le fonds IFM lance une OPA partielle sur l’espagnol Naturgy – allnews.ch

L’offre concerne 220 millions d’actions de Naturgy, au prix de 23 euros par action. Ce…

2 heures ago

This website uses cookies.