Categories: Industry News

Le véhicule électrique, objet de toutes les convoitises – allnews.ch

Une offensive cruciale pour l’Europe.

BYD, MG Motor ou encore Nio sont des noms qui ne vous parlent peut-être pas encore. Pourtant, ils pourraient bien devenir les fabricants de votre prochaine voiture. Ces trois groupes chinois sont les premiers à se lancer dans l’export de véhicules électriques depuis l’Empire du Milieu vers le Vieux Continent, mais ils ne devraient pas être les derniers.

Longtemps barrée par la domination des acteurs occidentaux sur les moteurs thermiques, la Chine a fait le choix de soutenir massivement la transition vers l’électrique. Depuis 2009, la Chine a commencé à développer l’écosystème des véhicules électriques avec des subventions et un soutien au travers d’achats pour les flottes publiques Le développement de la chaîne de valeur de la batterie, composant essentiel dont la fabrication était jusque-là le domaine réservé des Coréens et des Japonais, a permis en quelques années le développement de CATL, un mastodonte qui pèse désormais 90 milliards de dollars en Bourse et contrôle près du quart de la demande mondiale de batteries pour les voitures électriques1.

Des trajectoires opposées

Les énergies renouvelables offrent un parallèle historique intéressant pour analyser la politique industrielle européenne. L’Europe a été pionnière pour développer les industries de l’éolien et du solaire en soutenant la demande locale. Les deux industries ont cependant suivi des trajectoires opposées.

Plusieurs champions européens de l’éolien se sont imposés au niveau mondial, et ce malgré la délocalisation de nombreux composants en Chine. Les sites d’assemblage, de R&D et une bonne partie de la valeur ajoutée sont restés en Europe. Au sein du secteur de l’énergie solaire, on ne se souvient plus des SolarWorld ou Q-Cells qui en quelques années sont passés de géants mondiaux au dépôt de bilan suite au dumping chinois. Aujourd’hui plus de 80% des panneaux solaires fabriqués dans le monde le sont par des acteurs chinois2. D’autres paramètres expliquent ces parcours opposés, notamment la taille des pales d’éoliennes qui limite le risque de délocalisation et le besoin en électricité bon marché pour fabriquer le polysilicium à la base du solaire photovoltaïque. Mais il ne faut pas se montrer naïf: la Chine, de par la taille de son marché domestique et son électricité au charbon à bas prix, pourrait répliquer le scénario du solaire concernant la chaîne de valeur du véhicule électrique.

Le risque est important car le secteur de véhicules électriques emploie 5,8% de la population active de l’Union européenne. Au-delà de ce chiffre, sont concernés également tous les emplois indirects, tandis que l’impact social déjà criant de la désindustrialisation se renforcerait.

Apprendre de ses erreurs

Une myriade de nouvelles «start-ups» du véhicule électrique se sont lancées aux Etats-Unis et en Chine. Ces sociétés ont su profiter de l’engouement du marché pour financer des sites de production et on retrouve désormais des noms prometteurs et bien établis comme Li Auto, Xpeng en Chine ou Rivian, Fisker et Lucid aux Etats-Unis. Rien de tel en Europe alors que la région concentre une bonne partie de l’écosystème automobile et de ses ingénieurs. Ce triste constat devrait nous interroger sur le manque de dynamisme entrepreneurial en Europe et la faiblesse des structures de financement.

La Commission européenne semble prendre la mesure de ce risque et passe à l’offensive avec le plan baptisé «Airbus des batteries». Saft, le spécialiste français des batteries, dont Total a pris le contrôle en 2016, s’est allié à PSA pour la création d’un premier site de production en France. Le site devrait démarrer la production en 2023 avec une capacité initiale de 8GWh par an.

Plus encourageant encore, Verkor, soutenue par Schneider Electric, n’a pas hésité à voir grand en lançant un projet d’une Gigafactory capable de produire plus de 16GWh par an. Il sera cependant nécessaire de ne pas reproduire les mêmes erreurs qu’avec l’industrie du solaire car l’Europe devra faire preuve du même pragmatisme que la Chine pour permettre à ces jeunes pousses de grandir.

Un argument rationnel et aligné avec l’objectif climatique de la transition vers la mobilité électrique serait de prendre en compte les émissions de gaz à effet de serre sur tout son cycle de vie car la fabrication de la batterie est un poste important de ces émissions. Les émissions du mix électrique sont de 555gCO2/kwH en Chine contre 387g en Allemagne et 48g en France3. L’Hexagone, avec son mix électrique décarboné, se doit donc de se positionner comme un pivot industriel dans la stratégie européenne du véhicule propre.

1 Source: Bloomberg. Données au 23/11/2020.
2 Source: Bloomberg. Données au 23/11/2020.
3 Source: NGO Climate Transparency

AVERTISSEMENT
Ce document est émis par Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. (ci-après «Edmond de Rothschild») sise 18 rue de Hesse, 1204 Genève, Suisse, une banque suisse agréée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Il n’a pas de valeur contractuelle et est conçu exclusivement à des fins d’information. Ce document n’a aucune valeur contractuelle et vous est fourni à titre informatif uniquement et ne doit pas être interprété comme un conseil en investissement personnalisé ou une recommandation ou une sollicitation ou une offre d’achat, de vente ou de détention de titres ou d’instruments financiers ou d’adopter une stratégie d’investissement.
Les chiffres, commentaires, analyses contenus dans ce document reflètent le sentiment du groupe Edmond de Rothschild sur les marchés, basé sur son expertise, ses analyses économiques et sur les informations en sa possession à la publication, qui peuvent donc évoluer. Les chiffres, commentaires, analyses et recherches d’investissement contenus dans ce document peuvent être incorrects, obsolètes ou non pertinents lorsqu’ils sont lus par les investisseurs en raison de la date de publication du document ou de l’évolution du marché.

Tout investissement comporte des risques, en particulier le risque de fluctuations des prix et des rendements. Les performances et la volatilité passées ne préjugent pas des performances ou volatilités futures et ne sont pas constantes dans le temps.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Total vend 50 % de ses parts dans deux portefeuilles français d’énergies renouvelables – Les Smart Grids

La société française d’énergie Total a vendu la moitié de ses parts dans deux portefeuilles…

17 minutes ago

[Bonne Nouvelle] Engie se fixe un calendrier pour sortir du charbon d’ici 2027 – Novethic.fr

Publié le 28 février 2021 Engie veut se débarrasser de ses dernières centrales à charbon.…

1 heure ago

En 2020, plus du quart de l’énergie consommée en France vient des renouvelables – La Tribune

Les énergies renouvelables ont continué leur progression et fourni plus du quart de l'électricité consommée…

2 heures ago

Les trousses de modules solaires G-Home de GCLSI ont bien été livrées à Enpal, en Allemagne – LeLézard.com

Classé dans : L'environnement, Science et technologie, Exploitation pétrolière, Chasse, pêche et plein air SUZHOU,…

2 heures ago

Écologie. Megève : des panneaux solaires sur le toit du Palais ? – Le Dauphiné Libéré

Pourquoi ne pas utiliser les rayons solaires pour alimenter le Palais des sports de Megève…

4 heures ago

Masdar et Samruk-Kazyna vont explorer les possibilités d’énergie renouvelable au Kazakhstan – WAM French

ABOU DHABI, 25 février 2021 (WAM) -- Masdar, l'un des leaders mondiaux des énergies renouvelables…

4 heures ago

This website uses cookies.