L’industrie pétrolière et gazière jouera un rôle important dans la fourniture de solutions pratiques au changement climatique: Sultane Al Jaber – Emirates Agence Nouvelles

ABOU DHABI, 20 janvier 2021 (WAM) – Les Emirats arabes unis (EAU) sont impatients de travailler en étroite collaboration avec l’administration Biden sur les efforts mondiaux visant à atténuer le changement climatique tout en accélérant la reprise économique post-COVID, selon le ministre de l’Industrie et des Technologies Avancées et PDG du Groupe de la Compagnie Pétrolière Nationale d’Abou Dhabi (ADNOC), Dr. Sultane ben Ahmed Al Jaber.

Dr. Al Jaber a fait ces commentaires lors du 5e Forum mondial sur l’énergie du Conseil de l’Atlantique, qui se déroule virtuellement dans le cadre de la Semaine de la durabilité d’Abou Dhabi (ADSW).

Dr. Al Jaber a déclaré: « Notre alliance stratégique avec les États-Unis est également très solide. Alors que nos deux pays sortent de la pandémie, je crois qu’il existe de grandes opportunités de collaboration dans le secteur de l’énergie et dans divers autres secteurs. À commencer par l’énergie, nous avons des partenariats clés de concession et d’exploration avec ExxonMobil, Occidental et Baker Hughes, entre autres.

À court terme, il est possible d’approfondir la coopération autour du pétrole et du gaz non conventionnels, que nous découvrons à Abou Dhabi. Et il existe des opportunités très claires de tirer parti de notre coopération dans les technologies améliorant l’efficacité, les nouvelles énergies telles que l’hydrogène, la capture du carbone, et les énergies renouvelables – qui apporteront toutes des solutions pratiques au défi climatique ».

Dr. Al Jaber s’exprimait lors d’une session interactive avec l’ancien envoyé spécial des États-Unis et coordonnateur des affaires énergétiques internationales, Amos Hochstein.

Le pétrole et le gaz joueront un rôle important dans la transition vers un avenir plus sobre en carbone et devraient être au centre de la conversation sur le changement climatique, a déclaré Dr. Al Jaber tout en soulignant que le monde dépendra toujours du pétrole et du gaz pendant de nombreuses décennies à venir et que les EAU investissent pour réduire davantage l’intensité en carbone de leurs barils.

« Ici, les Émirats arabes unis ont un double avantage: un leadership qui a toujours mis la protection de l’environnement au premier plan, et un avantage naturel car notre géologie nous donne une des huiles les moins intensives en carbone au monde. Nous nous appuyons sur cette position en réduisant notre intensité carbone de 25% supplémentaires au cours des 10 prochaines années, en améliorant l’efficacité et en agrandissant notre installation CCUS à l’échelle industrielle, qui est la première et la plus grande de la région », a-t-il noté.

Dr. Al Jaber a souligné que les Émirats arabes unis explorent le potentiel de nouveaux carburants tels que l’hydrogène, qui pourraient «changer la donne dans la transition énergétique».

ADNOC produit déjà environ 300 000 tonnes d’hydrogène par an dans le cadre de ses processus industriels actuels, et la « société explore la viabilité des marchés en Asie et en Europe et établira l’analyse de rentabilisation au fur et à mesure que ces marchés se développent, pour positionner les EAU en tant que fournisseur majeur de Blue Hydrogen ».

Dr. Al Jaber a ensuite appelé à des investissements intelligents dans les nouvelles énergies afin de créer un mix énergétique diversifié viable et a expliqué comment les EAU diversifient leur mix énergétique alors qu’ils stimulent le développement durable et combattent le changement climatique.

Les Émirats arabes unis ont toujours apporté des contributions positives aux défis mondiaux et le défi du changement climatique n’est pas différent. C’est la philosophie qui nous a guidés pour lancer Masdar il y a 15 ans et pour en faire un centre de technologies propres et le foyer permanent de la Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA).

« Masdar est un investisseur actif dans les énergies renouvelables aux EAU et dans le monde, avec des projets dans 30 pays, y compris ici même aux EAU. Donc, nous ne parlons pas seulement, nous prenons le pas et nous avons vu de première main, comment un investissement judicieux dans la diversification du bouquet énergétique peut être rentable », a déclaré le ministre.

Renforçant l’engagement des EAU à atténuer le changement climatique, Dr. Al Jaber a souligné que le pays était le premier de la région à signer les Accords de Paris. Il a ajouté qu’à la suite de la soumission le mois dernier de la deuxième contribution déterminée au niveau national (NDC) des EAU au Secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), ils sont devenus le premier pays de la région à s’engager à une réduction des émissions à l’échelle de l’économie.

Il a souligné l’importance de l’étroite relation stratégique multiforme des EAU avec les États-Unis et a souligné que les EAU et les États-Unis entretiennent une relation profondément enracinée et de longue date basée sur des valeurs partagées et des intérêts stratégiques et a exprimé son optimisme quant à la possibilité de renforcer davantage la relation à travers plusieurs secteurs.

« La relation entre les Émirats arabes unis et les États-Unis est multiforme et englobe la diplomatie, la sécurité, l’énergie, le commerce et la culture.

En bref, nous sommes très alignés en termes de promotion de la paix, de création d’opportunités et de prospérité. L’Accord d’Abraham est un excellent exemple. Avec le soutien diplomatique des Etats-Unis, nous avons créé un pont pour la première fois entre Israël et les pays du Golfe et cet accord est déjà une opportunité économique croissante pour toute la région.

« En dehors de l’énergie, alors que notre économie se diversifie, je vois un potentiel d’investissement important dans nos secteurs émergents de la fabrication, de la biotechnologie, de la santé et de l’agrotechnique, d’autant plus que de plus en plus de sociétés d’investissement et de capital-investissement américaines découvrent les Émirats arabes unis comme un puits stable. En outre, j’aimerais que nous collaborions plus étroitement dans le domaine de l’IA et de la technologie de pointe – en élargissant le partenariat avec notre nouvelle université MBZUAI et d’autres centres de recherche ici aux EAU « , a poursuivi le ministre.

En conclusion de la session, Dr. Al Jaber a partagé son point de vue sur la façon d’équilibrer le besoin de développement économique dans les économies émergentes avec le besoin d’une action climatique mondiale et universelle.

« Je crois fondamentalement que nous pouvons accélérer les progrès sur les objectifs de changement climatique tout en veillant à ce que les objectifs de changement climatique soient atteints si nous évitons les politiques de taille unique. Les efforts pour enrayer le changement climatique doivent prendre en compte les taux variables de développement économique dans le monde.

« Nous pouvons tous convenir que la réduction du carbone est un objectif commun, mais elle ne doit pas compromettre la capacité des économies émergentes à offrir à leur population un avenir meilleur. Nous devons créer les mécanismes appropriés en termes de financement, de mix énergétique et de développement économique plus large qui trouvent le bon équilibre ».

Le ministre émirati a déclaré que les EAU continueraient de diriger en tant que citoyen du monde responsable et utiliseraient leur pouvoir de rassemblement pour faire progresser le progrès mondial.

Le Forum mondial de l’énergie du Conseil atlantique a été organisé en partenariat avec le ministère de l’Énergie et des Infrastructures des Émirats arabes unis. L’événement se déroule virtuellement du 19 au 22 janvier, rassemblant des leaders politiques, industriels et d’opinion internationaux et régionaux pour examiner les implications géopolitiques et géo-économiques à plus long terme de l’évolution du système énergétique.

Traduit par: Mervat Mahmoud.

http://wam.ae/en/details/1395302902866

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Maroc : le secteur des énergies renouvelables créera 400.000 emplois. – Agriculture Maroc

Maroc : le secteur des énergies renouvelables créera 400.000 emplois. Regardez aussi بلغت حقينة السدود…

11 minutes ago

Engie acte sa sortie du charbon d’ici à 2027 L’énergéticien a clos une année – Le Figaro

L’énergéticien a clos une année 2020 marquée par des charges exceptionnelles. Toujours un pas plus…

21 minutes ago

Engie acte sa sortie du charbon d’ici à 2027 – Le Figaro

L’énergéticien a clos une année 2020 marquée par des charges exceptionnelles. Toujours un pas plus…

1 heure ago

GCLSI livre des trousses solaires G-Home à Enpal, en Allemagne – CNW Telbec

SUZHOU, Chine, 26 février 2021 /CNW/ - GCL System Integration Technology Co., Ltd. (« GCLSI » ou « la Société ») (Shenzhen : 002506), une entreprise chinoise…

2 heures ago

Electriciens sans Frontières distribue 750 kits solaires à Saint-Martin – Soualiga Post

Depuis le passage d’Irma, l’ONG Electriciens sans Frontières (ESF), partenaire de la cellule de crise…

4 heures ago

En France, plus d’un quart de l’électricité est renouvelable – Journal La Croix

C’est un niveau jamais atteint. En 2020, l’électricité d’origine renouvelable a représenté 26,9 % de…

4 heures ago

This website uses cookies.