Ministère de l’énergie : Un limogeage, une fusion, et des questions – El Watan

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a décidé, à travers ce dernier remaniement ministériel, de fusionner les ministères de l’Energie et des Mines et de les confier à Mohamed Arkab, qui remplacera désormais Abdelmadjid Attar qui quitte prématurément le gouvernement, sa gestion du ministère de l’Energie n’ayant duré que quelques mois.

Les raisons du limogeage restent inconnues, et les spéculations sont nombreuses. Certaines ont trait au retard sur le dossier de la loi sur les hydrocarbures, et l’arrêt des importations de carburants, ainsi que le dossier de la refonte de la loi sur l’électricité, alors que d’autres ciblent des tensions entre le désormais ex-ministre et ses vis-à-vis, au sein des entités relevant du secteur.

Les méthodes de gestion du ministre n’ayant pas été du goût de tous. Hier, lors de la passation de consignes avec son successeur, Abdelmadjid Attar a semblé donner quelques indices.

Il parlera notamment de chantiers et analyses lancés, ou qui auraient dû être lancés dont «la nécessité de revoir de fond en comble aussi bien l’organisation des entreprises du secteur pour les focaliser sur leurs métiers et missions de base, que leurs programmes de développement qui doivent être adaptés à la réalité que le pays vit aujourd’hui».

Il estimera à ce propos que «ce sont des chantiers difficiles et ardus qui nécessitent de bousculer des habitudes et des comportements», soulignant qu’«il faut les mettre en œuvre quelle que soient les positions, les craintes ou les oppositions éventuelles, parce qu’il y va de l’intérêt du pays».

En nommant Abdelmadjid Attar à la tête du département de l’Energie, le président de la République avait relevé «la stagnation dans le secteur» et donné des instructions précises en faveur de la relance des activités de prospection des réserves non exploitées.

Un axe de travail devait être organisé notamment autour de la récupération des réserves existantes pour parvenir à relever, à brève échéance, le taux de récupération au-delà de 40%. Le président de la République avait ordonné, en outre, l’arrêt de toute importation de carburant et de produits de raffinage, au premier trimestre 2021.

Il avait aussi donné instruction pour qu’un audit profond soit engagé au niveau de Sonatrach. Le limogeage est-il dû au retard dans la prise en charge de ces dossiers ? Officiellement, comme de coutume, aucune raison n’est avancée et aucun signe avant-coureur n’avait laissé présager le départ de Abdelmadjid Attar.

Ce dernier a tenu en tout cas à étaler, hier, son bilan, point par point, face à la presse et cadres du département. Lors de son allocution de départ prononcée en marge de la cérémonie de passation de consignes avec son successeur, Abdelmadjid Attar a cité notamment l’accélération du chantier relatif à l’établissement des décrets d’application de la nouvelle loi pétrolière 19-13, en insistant sur la récupération des prérogatives du ministère en matière d’établissement des textes, et en renforçant les pouvoirs des agences nationales.

Il soulignera notamment «la finalisation de 36 textes d’application en sept mois», ce qui correspond, selon lui, à «une performance jamais égalée depuis la loi de 1986». Il ajoutera que son département a mis en place, depuis un peu plus de deux mois, une task force chargée de préparer le prochain appel d’offres sur les opportunités de partenariat en exploration production.

«Ce chantier est très bien avancé, et il ne reste que l’arbitrage du ministre sur le choix des projets dont la sensibilité est très importante et conditionnera le succès du prochain appel d’offres», insistera Attar, qui ajoute que le ministère a récemment aussi mis en place une nouvelle task force chargée de reprendre la loi sur l’électricité de 2002.

«Vous devez savoir que de nombreux décrets d’application n’ont jamais vu le jour, alors que cette loi est plutôt dépassée par ce qui se passe en matière de mutation dans le domaine de l’énergie», a déclaré le ministre qui soulignera la finalisation de la réorganisation du ministère de l’Energie (…), y compris le lancement du processus de création d’une nouvelle entreprise chargée des énergies renouvelables.

Il citera enfin la présidence qu’il a assurée «à la tête de l’OPEP et du GECF en fournissant tous les efforts qui ont permis à notre pays d’accomplir un bon mandat au cours duquel le marché pétrolier a pu être stabilisé à la grande satisfaction des pays membres». En plus du départ de Abdelmadjid Attar, il est à noter que la décision de fusion opérée entre le département de l’Energie et celui des Mines est également inattendue.

Le secteur avait été déclaré «prioritaire» par le président de la République, il y a quelques mois. Qu’en sera-t-il désormais, alors que le département a à nouveau été accolé au secteur de l’Energie, après avoir été pendant des années considéré comme secondaire au secteur de l’Industrie ? Les ambitions de développement du secteur ont-elles été revues à la baisse ? Autant de questions que de mauvais signaux économiques.

La décision de fusion laisse en effet planer, à juste titre, des doutes sur la cohérence de la stratégie gouvernementale et ses chances de succès, en l’absence d’une vision claire à moyen et long termes.


Post Views:
951

Advertisements

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Opinion | Energie nucléaire : ne renonçons pas au progrès – Les Échos

La vague de froid polaire sans précédent qui vient de s'abattre sur le Texas a…

28 minutes ago

Energies renouvelables: Ouarzazate se dote d’un Institut – L’Économiste

Par L'Economiste| Le 28/02/2021 - 15:28 | Partager A l'instar de Tanger et d'Oujda, la…

4 heures ago

Le rôle stratégique et essentiel des métaux rares pour la santé – The Conversation FR

La pandémie de Covid-19 a mis en évidence que la plupart des pays ne disposaient…

9 heures ago

PV-Diesel-Global : SMA et plusieurs partenaires lancent un projet de recherche sur les… | Zone bourse – Zonebourse.com

24.02.2021 PV-Diesel-Global : SMA et plusieurs partenaires lancent un projet de recherche sur les solutions…

10 heures ago

Maroc-Allemagne : des signes précurseurs d’une rupture diplomatique – Challenge.ma

C’est tombé comme une foudre. Le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et…

10 heures ago

This website uses cookies.