Pétrole, gaz : la crise des investissements se prolonge – Les Échos

Publié le 25 janv. 2021 à 6:30

De nombreux secteurs économiques connaîtront un vif rebond de leurs investissements en 2021, après une année noire provoquée par la crise sanitaire. Ce n’est pas le cas du pétrole et du gaz. Les investissements dans l’exploration et la production d’hydrocarbures ont chuté de 30 % en 2020, tombant à 380 milliards de dollars, leur plus bas niveau depuis quinze ans. Et aucune reprise n’est prévue cette année, prévient le cabinet Rystad Energy, qui fait autorité en la matière.

« La crise s’est traduite par 160 milliards de dépenses en moins pour les compagnies pétrolières et gazières l’an dernier, et les investissements vont rester à peu près au même niveau en 2021 », explique Olga Savenkova, analyste chez Rystad. La chute est d’autant plus spectaculaire qu’elle semble durable, et qu’elle part d’une base déjà réduite. Lors du précédent krach des cours du pétrole, en 2014-2016, le secteur avait bridé ses investissements de plus de 40 % en deux ans, et ils n’étaient pas vraiment remontés depuis.

Des effets plus profonds

La crise actuelle a des effets bien plus profonds. Il y a cinq ans, les groupes pétroliers avaient commencé par obtenir des réductions de prix de la part de leurs fournisseurs, les compagnies pétrolières comme Vallourec ou TechnipFMC. « Cette fois-ci, il n’y a plus beaucoup de marge pour faire baisser les prix. La contraction des dépenses se traduit par une nette réduction de l’activité d’exploration-production », poursuit la même experte.

Le secteur le plus touché est celui du schiste, aux Etats-Unis. Beaucoup de forages, au Texas ou au Nouveau-Mexique, n’étaient plus profitables l’an dernier avec un baril de brent à moins de 50 dollars. Les investissements dans le pétrole et le gaz de schiste américains ont chuté de plus de 50 % en 2020, selon Rystad. Le recul a été moins violent dans l’exploration-production pour les hydrocarbures conventionnels à terre (-24 %) et en mer (de -15 % à -16 %).

Virage à 180 degrés

Total, Shell et les autres ont réduit leur activité de forage, différé certains projets… ExxonMobil, première compagnie privée du secteur , a opéré un virage à 180 degrés. Alors qu’elle prévoyait d’augmenter ses investissements ces prochaines années, la major du Texas les réduira finalement de près de moitié entre 2019 et 2021.

En Europe, des compagnies ont profité de la crise pour accélérer leur transition vers les énergies renouvelables. Le britannique BP , par exemple, a fait savoir qu’il ne lancerait plus de projets d’exploration pétrolière et gazière dans les pays où il n’est pas déjà présent. « Nous n’attendons pas de hausse significative des investissements en 2021, voire pas de hausse du tout », écrivent les analystes d’UBS. La reprise des dépenses sera lente, « même si les prix du pétrole se rétablissent plus vite que prévu ».

Impact sur la production

« L’accent restera mis sur la réduction des coûts », juge, elle aussi, l’agence de notation Fitch. Les grandes compagnies pétrolières vont privilégier la génération de cash afin de préserver leurs dividendes. Grâce aux coupes drastiques dans leurs budgets d’investissement, elles limitent la casse : le flux de trésorerie qu’elles dégageront cette année atteindrait 87 % du niveau constaté en 2019 à la veille de la crise, calcule UBS.

Avec des investissements aussi bas, la production pétrolière sera inévitablement affectée. Rystad ne prévoit pas de retour aux 100 millions de barils quotidiens de 2019 avant 2023. Pour certains puits, la chute des investissements a un effet immédiat. Dans le schiste aux Etats-Unis, il faut environ 400 forages pour maintenir la production stable. Or on n’en comptait que 260 fin 2020.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Les groupes pétroliers prennent le virage des énergies renouvelables – Boursier.com

Sylvie Aubert, publié le 25/02/2021 à 09h57 , modifié le 26/02/2021 à 01h57 Les groupes…

3 heures ago

Jean-Luc Martinet lorgne le marché des énergies renouvelables au Maroc – Le Desk

Banques CIH Bank: Le PNB consolidé en hausse de 10,3% en 2020 Le produit net…

6 heures ago

Investir dans les énergies renouvelables au Burkina Faso – Deutsche Welle

Eco Afrique Au Burkina Faso, moins d’un million de personnes sont connectées au réseau électrique…

11 heures ago

Electricité renouvelable, quoi qu’il en coûte ? – Journal de l’Automobile

Zoom de l’Arval Mobility Observatory – Plus les semaines passent, plus la question de l’accès…

12 heures ago

This website uses cookies.