Shell se prépare à un lent déclin de sa production de pétrole – Les Échos

Publié le 11 févr. 2021 à 14:02

Après BP et Total , c’est au tour du géant pétrolier Shell de se préparer au lent déclin des énergies fossiles . Le groupe anglo-néerlandais, spécialiste des hydrocarbures, a dévoilé, ce jeudi, les détails de son plan pour devenir neutre en carbone d’ici à 2050, en investissant plusieurs milliards par an dans les nouvelles énergies, dont les renouvelables et l’hydrogène.

Comme d’autres pétroliers, le groupe considère désormais que ses émissions de carbone et sa production pétrolière ont atteint leur pic. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a revu ses prévisions , en octobre dernier, pour tenir compte de l’impact de la pandémie de Covid-19 sur la demande mondiale de pétrole et de gaz. Elle envisage une stabilisation de la consommation dans les prochaines années, suivie d’une érosion.

Déclin de la production pétrolière

Shell table désormais sur un déclin de sa production de pétrole de l’ordre de 1 à 2 % par an jusqu’en 2030. Ce qui ne l’empêche pas de prévoir des investissements considérables – 8 milliards de dollars par an – dans l’exploration et la production d’hydrocarbures, ainsi que 8 à 9 milliards dans le gaz et les produits chimiques.

Pour réduire son empreinte carbone, le groupe mise surtout sur des solutions controversées, telles que le captage et le stockage de carbone, ainsi que des mécanismes de compensation. Contestés par les ONG, ces derniers consistent à financer des projets naturels telle que la préservation de forêts ou de zones humides, qui absorbent du carbone.

Le groupe anglo-néerlandais avait déjà dévoilé les grandes lignes de ses ambitions énergétiques, mais n’avait pas, jusque-là, donné beaucoup de détails. Dans un communiqué publié ce jeudi , il dévoile un calendrier pour sa baisse prévue des émissions de CO2, de l’ordre de 6 à 8 % d’ici à 2023, 20 % d’ici à 2030, 45 % d’ici à 2035 et 100 % d’ici à 2050. Jusqu’à présent, la major pétrolière ne visait que 30 % de baisse de ses émissions d’ici à 2035.

L’investissement pour les seules énergies renouvelables, dont l’hydrogène, ne sera que de 2 à 3 milliards de dollars par an, soit autour de 10 % du total des dépenses du groupe toutes activités confondues. C’est moins ambitieux que d’autres compagnies pétrolières, dont l’américain BP , qui a ouvert la voie en septembre dernier.

Suppressions de postes

Le but est, au total, de réorienter progressivement les dépenses vers les énergies vertes et de devenir moins dépendants des prix du pétrole et du gaz. « Nous accélérons notre stratégie pour réduire les émissions carbone et créer de la valeur pour nos actionnaires, nos clients et la société en général », assure le directeur général, Ben van Beurden.

« Les prévisions financières de Shell ne changent pas », note Alastair Syme, analyste chez Citi, qui évoque un « approfondissement » de son ambition climatique. Contrairement à d’autres majors pétrolières, le groupe anglo-néerlandais ne s’est pas fixé d’objectif chiffré de croissance de ses capacités renouvelables. L’analyste relève en outre la création d’un nouveau rendez-vous qui aura lieu tous les trois ans avec les actionnaires de Shell. Il permettra de leur donner voix au chapitre sur la stratégie climatique du pétrolier.

Shell, qui a subi une perte massive de 21,7 milliards de dollars en 2020, a mis en place, pendant la pandémie de Covid-19, une profonde restructuration et passé des dépréciations d’actifs colossales dans ses comptes. Il va notamment supprimer 7.000 à 9.000 postes d’ici à 2022. Ces économies doivent lui permettre de rester rentable avec des cours plus faibles et de remplir son objectif de « verdir » ses activités.

Avec AFP

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Simonetta Sommaruga inaugure la centrale solaire thermique des SIG – lfm.ch

Avec 800 m2 de panneaux solaires, la chaleur produite est injectée dans le plus vaste…

31 minutes ago

Communauté de communes Somme Sud-Ouest : bientôt de l’hydrogène sans carbone grâce aux éoliennes – actu.fr

Par Pauline Defoix Publié le 2 Mar 21 à 7:09  Le Réveil de Neufchâtel Voir…

1 heure ago

NextEra, le géant vert préféré de Wall Street – Les Échos

Un héron s'est aventuré sur le parking à demi déserté. Le drapeau de Floride attend…

2 heures ago

L’industrie allemande réclame une politique européenne plus verte – EURACTIV France

Pas de temps à perdre. Plus de six mois avant les élections législatives allemandes, la…

2 heures ago

Opinion | Energie nucléaire : ne renonçons pas au progrès – Les Échos

La vague de froid polaire sans précédent qui vient de s'abattre sur le Texas a…

3 heures ago

This website uses cookies.