Technip : le virage vers le renouvelable en question – Les Échos

Publié le 11 janv. 2021 à 6:48

Technip Energies, l’un des leaders mondiaux du secteur parapétrolier, peut-il se convertir à la transition écologique ? La question se pose avec une acuité renouvelée depuis la semaine dernière. Le groupe franco-américain TechnipFMC a annoncé qu’il se scinderait en deux d’ici à la fin du mois de mars.

D’un côté, Technip Energies, basé à Paris, spécialiste de l’ingénierie : conception et construction de plateformes pétrolières, de sites de production de gaz liquéfié ou encore d’usines pétrochimiques. De l’autre, le reste de l’entreprise, basée au Texas, conservera le nom de TechnipFMC, et se focalisera sur les équipements pour les activités pétrolières et gazières.

« Anecdotique »

Les deux sociétés seront « idéalement positionnées pour capitaliser sur les enjeux de la transition énergétique », a assuré le groupe dans un communiqué. Bpifrance, qui sera l’actionnaire de référence de l’entité française, promet de son côté d’« accompagner Technip Energies dans sa stratégie tournée vers la transition énergétique ». La banque publique française s’est engagée à augmenter sa participation dans Technip Energies une fois le groupe coté.

Or, aujourd’hui, « la transition énergétique n’est qu’à l’état de projet chez Technip Energies », explique Christophe Héraud, délégué syndical central CFDT. En termes d’activité réelle, « c’est anecdotique » à l’échelle de près de plus de 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Bioraffineries, captage du CO2…

« Les nouvelles énergies représentent une partie infime du chiffre d’affaires et les investissements en R & D dans ce domaine sont très faibles », critique Cécile Marchand, chargée de campagne aux Amis de la Terre. L’ONG demande à Bpifrance « de poser des conditions très claires en tant qu’actionnaire de référence de Technip Energies. L’entreprise doit réduire son exposition aux hydrocarbures pour se tourner résolument vers les énergies renouvelables ».

Technip ne compte pas se lancer dans l’ingénierie de l’éolien en mer, contrairement à son concurrent italien Saipem qui a annoncé un ambitieux virage vert en 2019 . Le groupe peut se targuer cependant d’avoir participé à la construction de bioraffineries comme celle de Total à La Mède , dans les Bouches-du-Rhône. Il a aussi développé des compétences dans le recyclage des plastiques, le captage du CO2 et l’amélioration de l’efficacité énergétique des installations pétrolières et gazières.

Un leader de l’hydrogène fossile

Une grande partie de la stratégie « verte » de l’entreprise reste à l’état embryonnaire toutefois. C’est le cas en particulier dans l’hydrogène, un marché d’avenir sur lequel l’Union européenne et la France misent gros. Technip est un leader des infrastructures de production d’hydrogène « gris », issu d’énergies fossiles comme le gaz naturel : le groupe revendique son implication dans 35 % de la base installée mondiale.

Cette part de marché le place en position de force, selon lui, pour convertir ces infrastructures à l’hydrogène « vert », issu d’électricité renouvelable, ou encore pour capter le CO2 généré par ces unités de production. Pour accélérer dans l’hydrogène, Technip a récemment pris une participation minoritaire au capital de McPhy, un fabricant français d’électrolyseurs .

Le gaz, énergie de la transition ?

Plus controversé, Technip Energies est le numéro un mondial de la construction d’unités de gaz naturel liquéfié (GNL). Il a remporté en particulier deux contrats géants dans l’Arctique russe pour des projets portés par Novatek en partenariat avec Total. Il est en lice, au sein d’un consortium, pour un autre contrat de 20 milliards de dollars au Qatar.

Le gaz est présenté par les producteurs d’hydrocarbures comme « l’énergie de la transition », parce qu’il émet moins de CO2 que le charbon pour produire de l’électricité. Une ligne fustigée par les ONG. « Les grands projets de GNL auxquels Technip participe sont de gros émetteurs de carbone et ont en outre un impact sur la biodiversité, souligne Cécile Marchand. Ils sont incompatibles avec le respect de l’Accord de Paris ».

Convaincre

Certains investisseurs sont convaincus du potentiel de l’entreprise dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Coté indépendamment à la Bourse de Paris, Technip Energies pourrait devenir « l’action de la transition énergétique que les investisseurs réclament », estiment les analystes de Barclays dans une note publiée vendredi. Le directeur général de la nouvelle entité, Arnaud Piéton, devra présenter des objectifs concrets au cours des prochains mois pour convaincre.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

EDF: nouvelle mobilisation des syndicats mardi pour protester contre le projet « Hercule » – BFMTV

Les syndicats organisent mardi une nouvelle journée de mobilisation contre le projet "Hercule" qui prévoit…

1 heure ago

Alerte sur les systèmes électriques en Europe – Journal La Croix

L’Europe risque-t-elle de manquer de courant en 2030 ? C’est la question posée par France…

4 heures ago

Alerte sur les systèmes électriques en Europe – La Croix

L’Europe risque-t-elle de manquer de courant en 2030 ? C’est la question posée par France…

5 heures ago

Et si vous placiez votre épargne au profit des énergies renouvelables ? – Révolution Énergétique

En France, les taux d’intérêts des livrets d’épargne réglementés sont si bas qu’ils ne rapportent…

5 heures ago

La Russie s’élance dans le développement éolien – Révolution Énergétique

Jusqu'il y a peu, la Russie n'avait accordé que peu d'intérêt au développement de l'éolien3e…

5 heures ago

Gironde : Un projet de parc solaire géant prévoit d’abattre 1.000 hectares de forêt – 20 Minutes

La centrale photovoltaïque serait située sur la commune de Saucats en Gironde. — POCHARD PASCAL/SIPA…

6 heures ago

This website uses cookies.