Total marque un grand coup dans la méthanisation en croquant Fonroche Biogaz – L’Usine Nouvelle

Patrick Pouyanné avait prévenu. Total serait aussi actif dans les énergies renouvelables en 2021 qu’il l’a été en 2020. C’est que pour atteindre la neutralité carbone en 2050, y compris sur son scope 3, c’est-à-dire les émissions de ses produits, le groupe qui se présente désormais comme « multi-énergies » va devoir drastiquement augmenter les énergies bas carbone dans son mix de vente. En septembre 2020, Total annonçait qu’en 2030 le groupe vendrait 35 % de produits liquides dont 30 % de produits pétroliers, 50 % de produits gaziers dont 5 % de biogaz ou d’hydrogène, et 15 % d’électrons.

5 % de biogaz en 2030

Pour les électrons, c’est bien engagé. Total a déjà engrangé 10 gigawatts de projets éoliens et photovoltaïques. Le groupe s’attaque maintenant au gaz renouvelable. Lundi 11 janvier, il annonce l’acquisition du français Fonroche Biogaz, « pour décarboner une partie du gaz naturel », a expliqué le PDG Patrick Pouyanné à L’Usine Nouvelle.

« Nous entendons produire 1,5 térawattheure (TWh) par an de biométhane dès 2025 et Fonroche Biogaz constitue donc la pierre angulaire de notre développement sur ce marché », précise Philippe Sauquet, directeur général Gas, Renewables & Power de Total, dans un communiqué. Le montant de l’opération n’a pas été dévoilé.

Acquérir des compétences

Selon le PDG de Total, Fonroche Biogaz est le plus gros acteur français de méthanisation avec un portefeuille de plus de 500 GWh, soit plus de 10 % du marché. La société de 85 personnes est basée à Agen (Lot-et-Garonne). Fonroche dispose déjà de sept unités en fonctionnement et quatre en développement.

Mais ce ne sont pas seulement ses capacités de production de gaz à partir de biomasse qui intéressent Total. « Ils ont une vraie compétence, que l’on n’avait pas vraiment, notamment celle du milieu agricole », précise Patrick Pouyanné.

Lorgner la mobilité gaz

Cette acquisition n’est pas le premier pas de Total dans le biogaz. Total est déjà présent dans ce segment via ses filiales Méthanergy (cogénération à partir de biogaz) en France, PitPoint au Benelux et Clean Energy aux États-Unis (50 % des stations de gaz du pays) dont Total détient 25 %. Et c’est vers cette société qu’Amazon, qui est en train d’acquérir une flotte de 2 500 camions roulant biogaz, s’est tourné fin 2020 pour se fournir en biogaz.

En décembre 2020, Total a signé un Memorandum of Understanding (MoU) avec Clean Energy Fuels Corp visant à établir une coentreprise détenue à parts égales et dotée de 100 millions de dollars pour développer des projets de production de gaz renouvelable aux États-Unis. L’objectif du groupe est de produire de 4 à 6 TWh par an de biométhane d’ici à 2030. « Le biogaz m’intéresse aussi pour la mobilité gaz », souligne le PDG de Total. En attendant de s’attaquer à la mobilité hydrogène ?

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Energies renouvelables: Ouarzazate se dote d’un Institut – L’Économiste

Par L'Economiste| Le 28/02/2021 - 15:28 | Partager A l'instar de Tanger et d'Oujda, la…

2 heures ago

Le rôle stratégique et essentiel des métaux rares pour la santé – The Conversation FR

La pandémie de Covid-19 a mis en évidence que la plupart des pays ne disposaient…

7 heures ago

PV-Diesel-Global : SMA et plusieurs partenaires lancent un projet de recherche sur les… | Zone bourse – Zonebourse.com

24.02.2021 PV-Diesel-Global : SMA et plusieurs partenaires lancent un projet de recherche sur les solutions…

7 heures ago

Maroc-Allemagne : des signes précurseurs d’une rupture diplomatique – Challenge.ma

C’est tombé comme une foudre. Le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et…

8 heures ago

Nergica reçoit 1,5 million d’Ottawa pour le développement des énergies renouvelables – Le Soleil – Groupe Capitales Médias

Le centre de recherche pourra embaucher quelques nouveaux employés et acquérir de nouveaux équipements avec…

9 heures ago

Grâce au recyclage, les voitures électriques sont beaucoup moins gourmandes en matières premières – Le Journal de Montréal

Les voitures électriques sont beaucoup moins gourmandes en matières premières que les voitures thermiques, surtout…

9 heures ago

This website uses cookies.