Categories: Industry News

[Tribune] L’autoconsommation ou l’électricité renouvelable en circuit court – Environnement Magazine

Aymeric Bourdin, délégué général du think tank Réseau Durable et Président de l’Atelier Europe, revient sur l’émergence de l’autoconsommation collective en France et sur le rôle important des collectivités locales dans son développement.

L’autoconsommation collective, cette possibilité pour plusieurs consommateurs de produire eux-mêmes tout ou partie de l’électricité consommée, apparaît comme un atout pour accélérer l’intégration des renouvelables dans les territoires, pour lutter contre la précarité énergétique et pour rendre les citoyens acteurs de leurs consommations. Les réseaux intelligents en sont l’infrastructure pilier.

À la fin du deuxième trimestre 2020, 77.678 installations en autoconsommation étaient raccordées au réseau, dont une vingtaine d’opérations d’autoconsommation collective, selon les données communiquées par Enedis. La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), feuille de route énergétique de la France d’ici à 2028, fixe à 200.000 le nombre d’opérations d’autoconsommation à l’horizon 2023, dont 50 en autoconsommation collective.

Ce nouveau concept a encore récemment bénéficié d’éléments de simplification pour en accélérer le développement. À la suite de la transposition de la directive européenne du 11 décembre 2018 dans la loi Énergie-climat de 2019, le périmètre de ces opérations a été élargi et le tiers-investissement autorisé. Ces grands principes permettent de dépasser le stade de l’expérimentation pour passer à une phase de déploiement plus large. Bonne nouvelle pour le climat !

Une implication concrète des citoyens qui s’appuie sur les smart grids

Nouvel usage qui consiste à consommer tout ou partie de l’énergie que l’on produit, l’autoconsommation est collective si les parties prenantes sont liées entre elles au sein d’une personne morale (association, coopérative, copropriété…).

Cette pratique répond à l’aspiration toujours plus grande de la population à consommer de l’énergie verte produite à côté de chez soi. Contrairement à l’autoconsommation individuelle qui s’opère au sein d’un foyer, elle consiste en un partage de l’énergie produite entre différents consommateurs et producteurs à travers le réseau public de distribution d’électricité. C’est pourquoi l’énergie solaire photovoltaïque est très adaptée car elle permet d’utiliser ce réseau déjà existant.

Plus qu’un réseau, la pratique s’appuie sur les smarts grids, ces réseaux intelligents qui utilisent les compteurs communicants afin de suivre précisément l’électricité produite et consommée par les logements.

À ce titre, le projet d’autoconsommation collective de Rochebelle à Alès (Gard) est la plus importante initiative de ce genre en France avec le raccordement de trois centrales solaires photovoltaïques en toiture destinées à chauffer l’eau de 100 logements. Les compteurs intelligents facilitent la répartition de l’énergie entre les locataires tout en les aidant à mieux maîtriser leur courbe de consommation.

Si certains territoires se prêtent mieux que d’autres à ces installations, c’est qu’il faut une densité minimale de population sur le territoire concerné pour avoir un effet de masse qui prenne en compte l’ensemble des besoins. Pour autant, ces installations sont tout à fait possibles également en milieu rural. Par ailleurs, la quantité d’ensoleillement détermine également l’intérêt de ce type de solutions.

De nombreux projets pionniers dans les territoires

Si le nombre d’installations est encore faible en France puisque le dispositif est récent, la tendance est néanmoins à l’accélération.

Du côté des particuliers, la première installation d’autoconsommation collective en France a vu le jour fin 2017 à Bordeaux avec la résidence « Les Souffleurs ». La première année a permis d’évaluer la pertinence de la formule choisie avec 42% d’électricité autoconsommée sur place en 2018. L’expérimentation, qui tient ses promesses, entre désormais dans une nouvelle phase.

S’agissant des entreprises, le projet Partagélec fait partie des premiers projets français d’autoconsommation collective avec toitures photovoltaïques. Mis en service en 2018 dans le Morbihan, il fournit douze entreprises d’une même zone d’activité.

Autoconsommer, c’est faciliter l’intégration des énergies renouvelables par les territoires et  permettre, dans certains cas, de réduire ses factures d’électricité. Cela va dans le sens de la transition énergétique, avec des citoyens toujours plus acteurs de leur consommation. C’est ainsi que le bailleur social Plurial Novilia lance à Reims la première opération d’autoconsommation collective de la région grâce à des panneaux photovoltaïques sur le toit d’un immeuble du quartier Jean Jaurès, dans le but de réduire de 20% la facture d’électricité des locataires.

Sur le plan technique, la diminution des prix du stockage pourra sans doute à l’avenir donner un élan et des perspectives nouvelles à l’autoconsommation collective.

Dans tous les cas, les collectivités territoriales auront un rôle clé à jouer pour favoriser le développement de ces nouveaux modes de production et de consommation d’énergie.

admin

Share
Published by
admin

Recent Posts

Les énergies renouvelables ont tenu bon en 2020 mais leur retard s’accumule – L’Usine Nouvelle

La maintenance des réacteurs nucléaires a fait baisser la production électrique des centrales françaises en…

15 minutes ago

Pour une électricité verte et bon marché, il va falloir repasser – libération

Autres articles Mauvaise nouvelle pour les écologistes marocains et ceux africains en général : la…

1 heure ago

L’agglo de Vannes mise sur le soleil et le bois pour mettre les entreprises au chaud – Le Télégramme

1 Le Fonds chaleur, c’est quoi ? Il s’agit d’un dispositif visant à développer la…

1 heure ago

Lyon : les élus écologistes veulent voir fermer la centrale du Bugey avant 2024 – Lyon Mag

Les élus écologistes s'attaquent désormais à l'Ain et à la centrale nucléaire du Bugey. Dans…

4 heures ago

Le Canada nommé membre officiel du conseil de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables – Magazine MCI

Le ministre des Ressources naturelles du Canada, l’honorable Seamus O’Regan Jr., annonce qu’au terme d’un…

4 heures ago

Investissement : Bank of Africa s’allie au chinois CADFund – Leseco.ma

Bank of Africa vient de conclure un partenariat avec le Fonds de développement Chine-Afrique, confirmant…

5 heures ago

This website uses cookies.